primitif, ive

PRIMITIF, IVE

(pri-mi-tif, ti-v') adj.
Qui est en premier lieu, qui précède. Valeur primitive d'une monnaie.
Ce qui [l'âme] doit retourner à Dieu, qui est la grandeur primitive et essentielle, n'est-il pas grand et élevé ? [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
On ne le trouve [le chameau] nulle part dans sa condition primitive d'indépendance et de liberté [BUFF., Quadrup. t. v, p. 26]
L'état primitif d'une chose, le premier état dans lequel on sait ou l'on conjecture qu'elle était. On dit de même : la forme primitive. Fig. et familièrement. Cela est bien primitif, cela dénote une trop grande simplicité.
La primitive Église, l'Église considérée dans sa naissance et comme au berceau.
Il y avait quelque danger d'idolâtrie à paraître devant les tribunaux des païens, ne fût-ce qu'à cause des serments ; c'est pourquoi, dans la primitive Église, les évêques ont été les arbitres des différends qui s'élevaient parmi les fidèles [CONDIL., Hist. anc. XV, 5]
On dit de même :
Le christianisme primitif [VOLT., Philos. Homél. du past. Bourn.]
L'innocence primitive, l'état de l'âme avant le péché. L'homme primitif, Adam.
Il se dit, en histoire naturelle, de ce qui a une existence supposée première.
Que diriez-vous d'un homme qui voudrait rechercher quel a été le cri primitif de tous les animaux ? [VOLT., Dict. phil. A B C.]
On voit la chaîne des collines primitives d'Hyères passer au nord de cette montagne [SAUSSURE, 3e voy. aux Alpes, t. v, p. 460, dans POUGENS]
Terrains primitifs, ceux qui ne contiennent pas de vestiges de corps organisés. Le monde primitif, le monde tel qu'il était dans les temps les plus anciens. Le feu primitif, la chaleur propre au globe terrestre.
Toute mine de fer, soit qu'elle ait été produite par le feu primitif.... [BUFF., Min. t. IV, p. 32]
En minéralogie, forme primitive, celle qui offre naturellement la forme du noyau qu'on obtient par la division mécanique.
Terme de grammaire. Langue primitive, absolument, la langue dont l'on suppose que toutes les autres sont dérivées ; relativement, langue qui est à l'état le plus simple et dont une ou plusieurs autres sont dérivées : l'indo-européen primitif.
Le langage d'un enfant est l'image de la langue primitive, qui, dans son origine, a dû être grossière et très bornée.... [CONDIL., Gramm. I, 2]
Temps primitifs, ceux dont les autres se forment par le changement des désinences. Mots primitifs, mots radicaux d'où dérivent d'autres mots.
Termes primitifs, soldat, arbre, cheval, par rapport à soldatesque, arbuste, chevalerie, qui en dérivent [D'OLIVET, Ess. gramm. I, 2]
Substantivement.
Elle [l'Académie] n'a dû faire entrer dans son ouvrage ni les termes.... ni les vieux mots, à moins que ce ne soient les primitifs de quelques autres conservés par l'usage [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 52, dans POUGENS]
Terme de physique. Couleurs primitives, les sept couleurs principales dans lesquelles la lumière se décompose. Ce sont le rouge, l'orangé, le jaune, le vert, le bleu, l'indigo et le violet. Chez les peintres, couleurs primitives, le rouge, le jaune, le bleu, le blanc et le noir.
En botanique, plantes primitives, celles qui sont d'origine première, qui ne proviennent point du croisement d'espèces voisines, et qui conservent le type de leur race. En entomologie, dans l'aile des insectes, nervures primitives, deux grosses nervures parallèles et rapprochées qui tirent leur origine du thorax, et qu'on divise en interne et externe.
En matière ecclésiastique, curé primitif, celui qui est originairement curé et qui a un vicaire perpétuel qu'on appelle curé.
S. m. pl. Les primitifs, les quakers, ainsi dits parce qu'ils prétendaient reproduire l'Église primitive.
Il faudra convenir que ces primitifs sont les plus respectables des hommes [VOLT., Mœurs, 153]

SYNONYME

  • PREMIER, PRIMITIF, PRIMORDIAL. Premier indique ce qui est avant le reste : la première langue. Primitif contient premier et y ajoute l'idée d'état premier : la langue primitive, celle qui est dans la forme la plus simple. Primordial contient premier, et y ajoute l'idée d'ourdir, de commencer : la langue primordiale serait, simple ou non, celle dont les autres proviendraient. Mais primitif et primordial se confondent souvent.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Car l'ung avec l'autre reside Soubz une essence primitive [, Nat. à l'alch. errant, 358]
  • XVIe s.
    Qu'ez nations où les lois de la bienseance sont plus rares et lasches, les lois primitifves et communes sont mieulx observées [MONT., III, 374]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. primitiu ; espagn. et ital. primitivo ; du lat. primitivus, de primus, premier.