prodigieux, euse

PRODIGIEUX, EUSE

(pro-di-ji-eû, eû-z') adj.
Qui tient du prodige, qui paraît surnaturel.
Accident prodigieux [MAIRET, Sophon. I, 4]
Qui étonne, qui surprend.
Que vous savez bien.... ménager pour vous l'excès prodigieux De ce fatal amour né de vos traîtres yeux ! [MOL., Mis. IV, 3]
L'homme est à lui-même le plus prodigieux objet de la nature [PASC., Pens. I, 1, éd. HAVET.]
Qui sait si, étant revenue de ses erreurs prodigieuses touchant la royauté, elle [l'Angleterre] ne poussera pas plus loin ses réflexions ? [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Cette pente prodigieuse que nous avons au péché [ID., Hist. II, 7]
Jamais la Fontaine n'avait été impie par principes ; mais il avait vécu dans une prodigieuse indolence sur la religion, comme sur le reste [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 343, dans POUGENS]
En considérant de telles aventures, la force prodigieuse du roi Auguste et les voyages du czar, on croirait être au temps des Hercule et des Thésée [VOLT., Charles XII, 2]
Magellan, qui entreprit de faire par mer le tour du globe, et Sébastien Cano, qui acheva le premier ce prodigieux voyage, qui n'est plus un prodige aujourd'hui [VOLT., Mœurs, 149]
Dont la taille est énorme.
De la terre étonnée enfant prodigieux [DELILLE, Én. VI]
Dont le génie est extraordinaire.
Ce prince prodigieux [Charlemagne] était extrêmement modéré [MONTESQ., Esp. XXXI, 18]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Causes qui rendent la creature non seulement monstrueuse, mais prodigieuse, c'est à dire qui est du tout abhorrente et contre nature [PARÉ, XIX, 3]
    Quelle prodigieuse conscience se peult donner repos, nourrissant en mesme giste le crime et le juge [le vice et la prière] ? [MONT., 1, 396]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. prodigiosus, de prodigium, prodige.