promission

(Mot repris de promissions)

PROMISSION

(pro-mi-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Usité seulement en cette locution : Terre de promission, la terre promise.
Le mont Abarim, d'où Moïse, avant de mourir, aperçut la terre de promission [CHATEAUB., Itin. part. 3]
Fig. Pays fertile.
Dans l'ancienne république de Venise, promissions ducales, contrat fait à chaque mutation de doge entre la république et le personnage élu pour la représenter.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Josué, ki le pople Deu en terre de promissiun conduist et guiad [, Rois, p. 2]
  • XIVe s.
    J'iroie pourchasser à force et à bandon Le tresor dont j'ai fait à vous promission [, Guesclin. 12520]
  • XVe s.
    Et me semble que pour lors les terres du duc de Bourgogne se povoient mieulx dire terres de promission que nulles autres.... [COMM., I, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. promessio, promissio ; espag. promision ; ital. promissione ; du lat. promissionem, qui vient de promissus, promis (voy. PROMIS).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

promission

PROMISSION. n. f. Il n'est guère usité que dans cette locution : La terre de promission, autrement appelée La terre promise, La terre de Chanaan, que Dieu avait promise au peuple hébreu.

Fig., C'est une terre de promission se dit d'un Pays très fertile.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

promission

Promission, Promissio, Promissum.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

promission


PROMISSION, s. f. [Promi-cion; en vers, ci-on.] Il ne se dit qu'avec terre, dans cette phrâse: la Terre de Promission, ou la Terre Promise; la Terre de Chanaan, que Dieu avait promise au Peuple Hébreu. — Fig. st. fam. "Ce pays est une Terre de Promission; il est três-fertile et três-abondant.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788