puîné, née

PUÎNÉ, NÉE

(pui-né, née) adj.
Qui est né après un frère, après une sœur. Frère puîné. Sœur puînée. Substantivement. Un puîné. Une puînée.
M. de Boutteville était de la maison de Montmorency, petit-fils d'un puîné du baron de Fosseux [SAINT-SIMON, 16, 187]
Par extension.
Sanchoniaton aurait parlé de Moïse, s'il avait été son contemporain ou son puîné [VOLT., Dial. XXIV, 17]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Par quoy l'on ne peut proceder à faire les estats et distributions d'iceulx decrets, ne congnoistre ceulx qui sont aisnez ou puisnez [plus anciens ou plus récents] [, Ordonn. roy. à la suite de l'Anc. coust. de Normandie, f° 33, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Loy [chez les Indiens d'Amérique] que les aisnez succedent à tout le bien, et n'est reservé aulcune part au puisné, que d'obeissance [MONT., II, 336]

ÉTYMOLOGIE

  • Puis, et né.