questeur

Recherches associées à questeur: censeur, édile, preteur, questure

questeur

[ kɛstœr] n.m. [ lat. quaestor, de quaerere, chercher ]
1. Dans l'Antiquité, magistrat romain chargé de fonctions financières.
2. Membre élu du bureau d'une assemblée parlementaire, chargé de la gestion financière et de l'administration intérieure.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

QUESTEUR

(kuè-steur) s. m.
Terme d'antiquité romaine. Magistrat chargé de l'administration des finances.
Aujourd'hui, dans certains corps, membre chargé de surveiller les dépenses.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Vous serés mout boins amparliers [avocat].... Car mout savés parler parfont Ensement que cil quester [avocats] font [J. DE CONDET, p. 110]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. quaestorem, de quaestum ou quaesitum, de quaerere (voy. QUERIR).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

questeur

QUESTEUR. (QUES se prononce CUES.) n. m. T. d'Antiquité romaine. Magistrat romain chargé particulièrement, dans les armées ou dans les provinces, de l'administration des finances. Les questeurs donnaient au peuple les combats de gladiateurs et en faisaient les frais. La tente du questeur, dans les camps, était toujours voisine de celle du général. Un proconsul et son questeur. Cicéron fut questeur de Sicile.

Il se dit, dans les Assemblées politiques, des Membres qui sont chargés de l'administration et de la police intérieure. Les questeurs de la Chambre des Députés.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

questeur


QUESTEUR, s. m. [Kuès-teur; 1re è moy.] C'était, chez les Romains, un Magistrat chargé de la garde du Trésor public, et de diverses autres fonctions. — Avec la préposition de, on le dit relativement, ou aux Provinces, ou aux Préteurs, aux Proconsuls de ses Provinces, ou aux Généraux des Armées où ils servaient comme Oficiers-Généraux. "Cicéron fut Questeur de Sicile: Cécilius fut Questeur de Verrès.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788