quincaille

QUINCAILLE

(kin-kâ-ll', ll mouillées, et non kin-kâ-ye) s. f.
Toute sorte d'ustensiles, d'instruments de fer ou de cuivre. Marchandise de quincaille.
Le sauvage, qui est enchanté à la vue d'une pendeloque de verre, d'une bague de laiton, ou d'un bracelet de quincaille [DIDEROT, Rech. phil. sur le beau, Œuv. t. II, p. 463, dans POUGENS.]
Fig.
Cette rouillée quincaille de l'antiquité [NAUDÉ, Rosecroix, V, 1]
Par mépris, la monnaie de cuivre. Pourquoi me donnez-vous cette quincaille ?

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    [Vieux deniers] il ne chantoit plus ; il ne songeoit plus qu'en ce pot de quincaille [DESPER., Contes, XX]
    [Quincaillerie] Et alloit toujours levant le museau, comme un vendeur de cinquailles [ID., ib. LXXXV]
    Quand je serai plus garny de cliquaille [d'argent], Vous en aurez ; mais il vous faut attendre [MAROT, II, 372]
    Triolets, virelais, rondeaux, balades, et autres telles especes de vieilles quinquailles rouillées [TAHUREAU, Dialogues, p. 12, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dit pour clinquaille (voy. CLINQUANT).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

quincaille

QUINCAILLE. n. f. Toute sorte d'ustensiles, d'instruments de fer ou de cuivre comme couteaux, ciseaux, chandeliers, etc. Il vieillit.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

quincâille


QUINCâILLE, s. f. QUINCâILLERIE, s. f. QUINCâILLIER, s. m. [Kein-kâ-glie, glie-rie; glié: 1re et 2e lon. 3e e muet aux 2 prem., é fer. au 3e.] On apèle quincâille, toute sorte d'ustensiles, d' instrumens de fer ou de cuivre, comme couteaux, ciseaux, chandeliers, mouchettes, etc. etc. = Par mépris, monaie de cuivre. = Quincâillerie, marchandises de toute sorte de quincâille: "Faire comerce de quincâillerie. = Quincâillier, marchand, vendeur de quincâille.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

quincaille

hardware