récipé

RÉCIPÉ

(ré-si-pé) s. m.
Mot latin qui signifie prenez, et par lequel le médecin commence une formule. Ce mot s'écrit ordinairement en abrégé par un R dont la seconde jambe est barrée, R.
Ordonnance ou formule médicale indiquant le remède que doit prendre un malade. Fig. et familièrement.
Mais enfin, c'est un mal dont vous ne guérirez Que par le récipé d'un hymen salutaire [REGNARD, le Distr. III, 1]
Par extension, toute sorte de recettes et de formules de remèdes.
Ce mal.... S'obstine aux récipés et ne se veut guérir [RÉGNIER, Sat. X]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et jaçoit ce qu'il eust de coutume de bailler à plusieurs un recipé par escrit, toutefois il se fia bien de tant en la religieuse, que de bouche lui diroit ce qu'avoit à faire [LOUIS XI, Nouv. XX]
  • XVIe s.
    Ostez le baz de R, vous ferez D, et ainsi au lieu de recipe [reçois], nous aurons decipe [déçois] [CHOLIÈRES, Cont.t. I, matin. II, p. 53, verso, dans POUGENS]
    Un recipé [récépissé] est une obligation [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 147]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. recipe, reçois, prends, impératif de recipere, recevoir (voy. ce mot).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877