réciprocité

(Mot repris de réciprocités)
Recherches associées à réciprocités: réciproque

réciprocité

n.f.
Caractère de ce qui est réciproque : La réciprocité de leur amitié.

réciprocité

(ʀesipʀɔsite)
nom féminin
caractère de ce qui est partagé, échangé la réciprocité d'un sentiment

RÉCIPROCITÉ

(ré-si-pro-si-té) s. f.
Qualité, caractère de ce qui est réciproque. La réciprocité des bons offices.
Nous sommes, en quelque sorte, forcés d'admettre cette réciprocité d'action, puisque le rappel d'une sensation par une sensation d'espèce différente est un fait que l'expérience atteste [BONNET, Ess. anal. âme, 8]
Il s'agit d'un beau cheval, en qui les lois physiques qui règlent ses mouvements, les réciprocités, les alternatives, l'harmonie, l'unité d'action soient observées dans tous leurs avantages [FALCONET, Œuv. div. t. III, p. 92]
En termes de grammaire, la réciprocité exprime que plusieurs sujets exercent l'action les uns sur les autres.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. reciprocitatem, de reciprocus (voy. RÉCIPROQUE).

réciprocité

RÉCIPROCITÉ. n. f. État, qualité, caractère de ce qui est réciproque. La réciprocité de l'amitié, des services. Je suis très sensible à votre amitié et vous pouvez compter sur une entière réciprocité. Il y a entre nous parfaite réciprocité de sentiments. Dans ce traité de paix, telle puissance renonce à tel droit, à charge de réciprocité.

réciprocité


RÉCIPROCITÉ, s. f. RÉCIPROQUE, adj. et subst. RÉCIPROQUEMENT, adv. *RÉCIPROQUER, v. act. [Réciprocité, ke, keman, ké: 1re é fer. 4e e muet au 2d et au 3e, é fer. au dern.] Réciproque, mutuel. Le 1er se dit proprement de deux; et le 2d de plusieurs. "Le mari et la femme doivent s'aimer d'un amour réciproque; et les chrétiens d'une afection mutuelle. Ce dernier pourrait se dire de deux; mais réciproque ne peut se dire de plusieurs. On dit, don mutuel, en parlant de deux personnes; et réciproque, en cette ocasion, ne serait pas si bien. Vaug. = Voy. Mutuel. Il est substantif, dans cette phrâse: je vous rendrai le réciproque, la pareille.
   La confiance exige et veut du réciproque.       La Ch.
= Réciprocité, état et caractère de ce qui est réciproque. "La réciprocité de l'amitié, des sentimens, des services. = Réciproquement, mutuellement, d'une manière réciproque. "S'aimer réciproquement: s'obliger, se rendre service réciproquement. = La remarque de Vaugelas est aplicable à l'adverbe comme à l' adjectif. = * Réciproquer, rendre la réciproque. C' est un mot de Province. Mde de Sévigné s'en moque, tout en l'employant. "Vous pouvez m'aimer tant qu'il vous plaira; mais je ne puis vous réciproquer — Le Rich. Port. le met sans remarque: l'Acad. ne le met pas.
   RÉCIPROQUE, Terme de Gramaire. On apèle verbes réciproques, ceux, qui se conjuguent avec le pronom personel me, te, se, nous, vous, etc. "Je me félicite~, il se chaufe; "Je m'ennuye, tu t'ennuyes, il s'ennuye; nous nous ennuyons; vous vous ennuyez; ils s'ennuyent etc.~ = On distingue des verbes réciproques actifs et des passifs. Les premiers expriment une action, qui se pâsse dans le sujet (ou le nom, qui et au nominatif,) les aûtres une action, qui se pâsse hors du sujet. "Je me félicite, il s'est blessé sont des verbes réciproques actifs: "cette histoire se répand dans le ville, est un exemple d'un verbe réciproque passif. On peut dire, dans les premiers, je me félicite moi-même; il s'est blessé lui-même; et pour le second, cette histoire est répandûe, etc. = Il y a des verbes, qui, sans exprimer aucune action, se conjuguent avec le pronom personel, comme, je me repens, je me meurs, je m'aperçois de mon erreur. Ceux-là ne sont réciproques que par l' expression.
   1°. M. de Wailly, d'aprês M. Dangeau, apèle ces verbes pronominaux, et ne conait pour réciproques que ceux qui expriment l'action de plusieurs sujets, qui agissent les uns sur les autres. "Il faut que deux frères s'aiment. Il remarque judicieusement sur ces verbes, que, pour qu'ils soient réciproques, sans équivoque, il est souvent nécessaire d'y ajouter ces mots, l'un l'aûtre, ou réciproquement ou entre, ou mutuellement. Cette phrâse: Cicéron et Antoine se louoient continuellement, peut signifier, ou que Cicéron avait la vanité de se louer, et qu'Antoine avait le même défaut; ou bien, que Cicéron louait Antoine et qu'Antoine louait Cicéron à son tour. Si la vérité permettait d'exprimer ce dernier sens, il faudrait dire, pour ôter l'équivoque; "Antoine et Cicéron se louaient l'un l'aûtre, ou, réciproquement, ou mutuellement, ou bien s'entre-louaient. = 2°. Les verbes réciproques ou pronominaux, prènent l'auxiliaire être dans leurs tems composés. "Je me suis félicité; il s'était répandu un bruit. Je me fusse repenti; tu te serais aperçu etc. * D'Ablancourt dit dans Lucien: ils se les ont partagés, pour se les sont: c'est aparemment une faûte d'impression. On voit la même faûte dans l'Esprit des Croizades, et chez M. Moreau. "Les Turcs se les ayant partagés. "Il se les avoit atachés. C'est une distraction des Auteurs ou des Imprimeurs. Il faut dire, se les étant partagés; il se les était atachés. = 3°. C'est une erreur de croire que tous les verbes actifs puissent être employés comme réciproques en toute ocasion. On dit, par exemple, tempérer la doctrine, pousser les choses à l'excês: mais Bossuet a eu tort de dire; la Théologie se tempéroit: cela se pousse à de tels excês, etc. La raison en est que tels verbes expriment l'action du sujet sur un aûtre, qui ne peuvent exprimer cette même action du sujet sur lui-même; ce qui est le caractère du verbe réciproque proprement dit, du verbe réciproque actif. Que si l'on dit que du moins ces verbes peuvent être réciproques passifs, et qu' ainsi se tempérer, se pousser, veulent dire, être tempéré, être poussé, je repondrai que les réciproques passifs, ne sont tels que par l'usage, et qu'on ne peut doner ce nom et cet éfet qu'à ceux, qui sont usités. Voy. Paroître et suspendre. = 4°. Remarquez aussi que, quand le verbe réciproque est actif, l'on ne doit point unir au pronom personel, qui est son régime, d'aûtres régimes directs. "Pour s'amuser, et les personnes avec lesquelles il étoit en société. Il faut alors répéter le verbe et le pronom, ou mettre un autre verbe; pour s'amuser lui-même et pour amuser les personnes, ou bien, pour s'amuser et divertir les persones, etc. = 5°. Quand il y a deux verbes réciproques de suite, il faut répéter le pronom personel. "Elles se refroidissent et altèrent. Marsol. Dites, et s'altèrent. = 6°. Ces pronoms personels sont, tantôt en régime simple (à l'acusatif.) "Je me suis blessé (moi-même), tantôt en régime composé, (au datif) nous nous sommes prescrits des règles (à nous-mêmes:) cette distinction est nécessaire; et elle décide seule de la déclinaison du Participe. On dira: Ils se sont blessés, avec l's, marque du pluriel; et ils se sont prescrit, sans s. Voy. PARTICIPE. = Il est des verbes, qui au réciproque sont tantôt actifs, tantôt neutres, et avec lesquels, tantôt on décline le participe, tantôt on ne le décline pas. Le verbe proposer est dans ce câs: on dira d'une femme, en déclinant: elle s'est proposée pour modèle; et elle s'est proposé de partir dès demain. Dans la 1re phrâse, se est en régime simple, elle s'est proposée elle-même. Dans la 2de il est en régime composé: elle s'est proposé à elle-même de partir etc. = 7°. * Autrefois, quand le verbe était à l'infinitif régi par un aûtre verbe, on transportait souvent le pronom personel de cet infinitif régi au verbe régissant. Ex. "Ils faisoient tant de bruit, que ces chefs de bande ne se pouvoient faire entendre. L'Ab. Vertot; au lieu de, ne pouvaient se faire entendre. "Il leur rendit compte de ce qui se venoit de pâsser dans le Sénat, Id. pour de ce qui venoit de se pâsser. Cette construction est en elle-même bizârre et sauvage: mais elle est encôre plus mauvaise, quand l'infinitif est précédé d'une préposition, comme dans le 2d exemple. = Il est des Auteurs, qui font pis encôre, et qui dans cet arrangement peu régulier, changent le v. auxil. avoir au v. auxil. être. "Tous ceux qui s'en étoient pu sauver, revenoient dans les chaloupes. Voy. d'Anson: "Elle ne s'étoit pu résoûdre à y consentir. Mars. Xim. La source de cette faûte, c'est qu'on fait afecter par le pronom se, non l'infinitif, qui est réciproque, mais le v. pouvoir, qui ne l'est pas. Il faut changer la construction, et dire, qui avoient pu s'en sauver: elle n'avoit pu se résoûdre. = * 8°. Plus anciènement encôre, on mettait quelquefois le verbe réciproque devant le nominatif. "Aux jours de Dimanches et de Fêtes se gardera le même ordre qu'aux aûtres jours. S. Fr. de Sales. On dirait aujourd' hui; le même ordre se gardera, ou mieux, on gardera le même ordre, etc.

Synonymes et Contraires

réciprocité

nom féminin réciprocité
Caractère réciproque.
univocité.
Traductions

réciprocité

גומלין, הדדיות (נ), הופכיות (נ), יחס גומלין (ז), פעולת גומלין (נ), הֲדָדִיּוּת, יַחַס גּוֹמְלִין, גּוֹמְלִין

réciprocité

reciprocity

réciprocité

Gegenseitigkeit

réciprocité

互惠

réciprocité

gensidighed

réciprocité

ömsesidighet

réciprocité

[ʀesipʀɔsite] nfreciprocity