réconcilié, ée


Recherches associées à réconcilié, ée: se réconcilier

RÉCONCILIÉ, ÉE

(ré-kon-si-li-é, ée) part. passé de réconcilier
Ramené à l'amitié, à la paix.
Les charmes de l'amour réconcilié qui valent presque ceux de l'amour naissant [VOLT., Princ. de Bab. X]
Je serai du moins réconciliée avec moi-même, si je ne puis l'être avec mon mari [MARMONTEL, Contes moraux, Heureusement.]
Tout à coup le bruit des armes cesse, et les peuples, réconciliés ou vaincus, viennent se perdre dans le peuple romain [CHATEAUBR., Génie, IV, III, 1]
Ennemis réconciliés, ennemis qui ont renoncé réciproquement à leur inimitié.
Il [saint Louis] les regarda [les rebelles] comme des amis acquis, non pas comme des ennemis réconciliés [FLÉCH., Panégyr. St Louis.]
Henri [roi d'Espagne en 1474], après un de ces raccommodements, fut attaqué d'un mal violent dans un repas que lui donnaient quelques-uns de ses ennemis réconciliés, et mourut bientôt après [VOLT., Mœurs, 102]

PROVERBE

    Il ne faut se fier à un ennemi réconcilié.
Qui a fait la paix avec Dieu.
Tremblez, âmes réconciliées qui renoncez si souvent à la grâce de la pénitence [BOSSUET, Anne de Gonz.]