réconforter

(Mot repris de réconforterait)

réconforter

v.t. [ anc. fr. conforter, du lat. fortis, fort ]
1. Redonner des forces physiques, de la vigueur à : Ce verre de vin chaud m'a réconforté remonter, revigorer ; épuiser, exténuer, fatiguer
2. Aider à supporter une épreuve : Les paroles amicales de ses frères l'ont réconfortée consoler, soutenir ; démoraliser, désespérer
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

RÉCONFORTER

(ré-kon-for-té) v. a.
Donner de la force.
Il [le perroquet] partageait.... Tous les sirops dont le cher père en Dieu, Grâce aux bienfaits des nonnettes sucrées, Réconfortait ses entrailles sacrées [GRESSET, Ver-vert, I]
Donner de la force morale.
En ce fâcheux état ce qui nous réconforte, C'est que la bonne cause est toujours la plus forte [MALH., II, 1]
Mais attends-je en mon deuil que rien me réconforte ? [TRISTAN, Marianne, V, 2]
Je vous assure que j'ai besoin d'être réconforté ; je ne puis plus rien faire par moi-même pour le tripot [le théâtre] [VOLT., Lett. d'Argental, 4 juill. 1767]
Il suffit d'un doigt de vin Pour réconforter l'espérance [BÉRANG., Pet. coups.]
Se réconforter, v. réfl. Reprendre de la force. Se réconforter d'une longue abstinence. Se consoler.
Alors le loup s'enfuit, voyant la bête morte [tuée par le cheval qui lui avait dit de lire son nom écrit sur sa semelle], Et de son ignorance ainsi se réconforte [RÉGNIER, Sat. III]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Je atendi quet à mei repairasses [que tu revinsses vers moi], Par Deu merci que tu m'reconfortasses [, St Alexis, LXXXVIII]
  • XIIe s.
    En teus [tels] essamples s'est granment reconfortez : Mais ne purquant mult ert el corage trublez [, Th. le mart. 65]
  • XIIIe s.
    [Breuvages] Qui tut vus recunforterunt, E bone vertu vus dunrunt [donneront] [MARIE, Deux amants.]
    Car toutes voies est on plus tost reconfortés d'une perte que de deus [BEAUMANOIR, XIV, 22]
    .... me vint dire que la royne menoit moult grant deul, et me pria que j'alasse vers li pour la reconforter [JOINV., 281]
  • XVe s.
    Ils en font un petit tourtel, et le mangent pour reconforter leur estomac [FROISS., I, I, 34]
    Le roy arriva en la ville de Paris en l'estat qu'on doit venir pour reconforter le peuple ; car il y vint en très grande compaignie, et mist bien deux mille hommes d'armes en la ville [COMM., I, 8]
  • XVIe s.
    Promettre sans donner est fol reconforter [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et conforter ; bourg. reconfotai.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

réconforter

RÉCONFORTER. v. tr. Relever les forces, ranimer, remonter. Cela réconforte l'estomac. Il a pris un peu de vin qui l'a réconforté.

Il se dit aussi au sens moral. Vos bonnes paroles m'ont réconforté à l'heure du découragement. Il fut longtemps à se réconforter. Absolument, L'amitié réconforte.

Il signifie encore Consoler dans l'affliction. Il est si désolé que rien ne peut le réconforter.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

reconforter

Reconforter, Afferre pacem animis, Solari, Focillare.

Ils se reconfortoyent en ce que, etc. Hoc sibi solatij proponebant, quod se, etc.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Synonymes et Contraires

réconforter

Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

réconforter

ermannen, ermutigenencourage, comfort, heartenbemoedigen, aanmoedigen, stijven, opbeuren, versterkenחיזק (פיעל), חִזֵּקaanmoedig, bemoedigopmuntrekuraĝigialentar, animaralentar, animar, encorajarбодритьconfortareкомфорт舒適komfort (ʀekɔ̃fɔʀte)
verbe transitif
soutenir moralement, consoler qqn
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

réconforter

[ʀekɔ̃fɔʀte] vt
(= consoler) → to comfort
(= revigorer) → to fortify
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005