réconforter

(Mot repris de réconfortez)

réconforter

v.t. [ anc. fr. conforter, du lat. fortis, fort ]
1. Redonner des forces physiques, de la vigueur à : Ce verre de vin chaud m'a réconforté remonter, revigorer ; épuiser, exténuer, fatiguer
2. Aider à supporter une épreuve : Les paroles amicales de ses frères l'ont réconfortée consoler, soutenir ; démoraliser, désespérer

RÉCONFORTER

(ré-kon-for-té) v. a.
Donner de la force.
Il [le perroquet] partageait.... Tous les sirops dont le cher père en Dieu, Grâce aux bienfaits des nonnettes sucrées, Réconfortait ses entrailles sacrées [GRESSET, Ver-vert, I]
Donner de la force morale.
En ce fâcheux état ce qui nous réconforte, C'est que la bonne cause est toujours la plus forte [MALH., II, 1]
Mais attends-je en mon deuil que rien me réconforte ? [TRISTAN, Marianne, V, 2]
Je vous assure que j'ai besoin d'être réconforté ; je ne puis plus rien faire par moi-même pour le tripot [le théâtre] [VOLT., Lett. d'Argental, 4 juill. 1767]
Il suffit d'un doigt de vin Pour réconforter l'espérance [BÉRANG., Pet. coups.]
Se réconforter, v. réfl. Reprendre de la force. Se réconforter d'une longue abstinence. Se consoler.
Alors le loup s'enfuit, voyant la bête morte [tuée par le cheval qui lui avait dit de lire son nom écrit sur sa semelle], Et de son ignorance ainsi se réconforte [RÉGNIER, Sat. III]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Je atendi quet à mei repairasses [que tu revinsses vers moi], Par Deu merci que tu m'reconfortasses [, St Alexis, LXXXVIII]
  • XIIe s.
    En teus [tels] essamples s'est granment reconfortez : Mais ne purquant mult ert el corage trublez [, Th. le mart. 65]
  • XIIIe s.
    [Breuvages] Qui tut vus recunforterunt, E bone vertu vus dunrunt [donneront] [MARIE, Deux amants.]
    Car toutes voies est on plus tost reconfortés d'une perte que de deus [BEAUMANOIR, XIV, 22]
    .... me vint dire que la royne menoit moult grant deul, et me pria que j'alasse vers li pour la reconforter [JOINV., 281]
  • XVe s.
    Ils en font un petit tourtel, et le mangent pour reconforter leur estomac [FROISS., I, I, 34]
    Le roy arriva en la ville de Paris en l'estat qu'on doit venir pour reconforter le peuple ; car il y vint en très grande compaignie, et mist bien deux mille hommes d'armes en la ville [COMM., I, 8]
  • XVIe s.
    Promettre sans donner est fol reconforter [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et conforter ; bourg. reconfotai.

réconforter

RÉCONFORTER. v. tr. Relever les forces, ranimer, remonter. Cela réconforte l'estomac. Il a pris un peu de vin qui l'a réconforté.

Il se dit aussi au sens moral. Vos bonnes paroles m'ont réconforté à l'heure du découragement. Il fut longtemps à se réconforter. Absolument, L'amitié réconforte.

Il signifie encore Consoler dans l'affliction. Il est si désolé que rien ne peut le réconforter.

reconforter

Reconforter, Afferre pacem animis, Solari, Focillare.

Ils se reconfortoyent en ce que, etc. Hoc sibi solatij proponebant, quod se, etc.

Synonymes et Contraires
Traductions

réconforter

ermannen, ermutigenencourage, comfort, heartenbemoedigen, aanmoedigen, stijven, opbeuren, versterkenחיזק (פיעל), חִזֵּקaanmoedig, bemoedigopmuntrekuraĝigialentar, animaralentar, animar, encorajarбодритьconfortareкомфорт舒適komfort (ʀekɔ̃fɔʀte)
verbe transitif
soutenir moralement, consoler qqn

réconforter

[ʀekɔ̃fɔʀte] vt
(= consoler) → to comfort
(= revigorer) → to fortify