rédarguer

RÉDARGUER

(ré-dar-gu-é) , je rédarguais, nous rédarguions, vous redarguiez ; que je rédargue, que nous redarguions, que vous rédarguiez v. a.
Terme vieilli. Blâmer, reprendre.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et après il en sont redargués et repris [ORESME, Eth. 125]
  • XVe s.
    Tu qui deffendoies jadis, Comme docteur, de femme prendre, Par escripture et par tes dis Monstrant les perils d'y descendre, Te voy cele doleur emprendre En redarguant ta parole [E. DESCH., Poésies ms. f° 451]
  • XVIe s.
    Nous ne pouvons pas tellement pretendre ignorance, que nostre propre conscience ne nous redargue tant de paresse que d'ingratitude [CALV., Instit. 26]
    Tant y a que, Michel Servet dès lors commençant à semer de ses erreurs, Calvin ne refusa pas de conferer avec lui pour essayer de le reduire, ou bien pour le convaincre et redarguer par la parole de Dieu [BÈZE, Vie de Calvin, p. 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. redarguire ; espagn. redarguir ; ital. redarguire ; du lat. redarguere, de red ou re, et arguere (voy. ARGUER).