réformateur, trice


Recherches associées à réformateur, trice: réformer, réformiste

RÉFORMATEUR, TRICE

(ré-for-ma-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui réforme.
Pour ce qui touche les mœurs, chacun abonde si fort en son sens, qu'il se pourrait trouver autant de réformateurs que de têtes [DESC., Méth. VI, 2]
Ce rigoureux censeur des grands canons [Molière], ce grave réformateur des mines et des expressions de nos précieuses [BOSSUET, Comédie, 5]
Dans l'intempérance de leur repos, ils se mêlent de faire les réformateurs [FLÉCH., Vie de Commendon, II, 3]
Tout abus qu'on veut réformer est le patrimoine de ceux qui ont plus de crédit que les réformateurs [VOLT., Dict. phil. Charité.]
Arnaud de Brescia, pour prix de ses sermons, fut brûlé à Rome sous Adrien IV ; destinée ordinaire des réformateurs qui ont plus d'indiscrétion que de puissance [ID., Mœurs, 47]
D'abord, de l'univers réformateur discret, Il semait ses écrits à l'ombre du secret [GILB., Le XVIIIe siècle.]
Il ne faut point oublier cet homme [Thomasius] parmi les réformateurs de la philosophie et les fondateurs de l'éclectisme renouvelé [DIDER., Opin. des anc. philos. Thomasius.]
S'ériger en réformateur, faire le réformateur, avoir la prétention de réformer les autres. Absolument. Les prétendus réformateurs, ou, simplement, les réformateurs, les chefs de la religion réformée.
On a vu Henri VIII son premier réformateur [de l'Angleterre] ; l'ambitieux duc de Sommerset fut le second [BOSSUET, Var. VII, 97]
Adj. Qui opère une réforme.
Cette science [la botanique], devenue immense dans ses détails, avait besoin qu'une main réformatrice vînt y produire une de ces grandes révolutions [CONDORCET, Linné.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Reformateur general sur le fait des abus d'amours [, Aresta amorum, p. 158, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    En somme il estima que le but principal d'un bon establisseur et reformateur de chose publique devoit estre, faire bien nourrir et bien instituer les hommes [AMYOT, Lyc. 22]
    Opinions non vulgaires et reformatrices du monde [MONT., II, 147]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. reformatorem, de reformare, réformer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RÉFORMATEUR. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Les generaulz reformateurs ordenez de par le roi nostre sire ou [sic] province de Reims [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. III, p. 527 (1383)]
    Comme nous aions pieça ordené certains generaulz et souverains reformateurs sur le fait des eaues et forès de nostre royaume [, Mandements de Charles V, 1375, Paris, 1874, p. 632]