réforme

réforme

n.f.
1. Changement apporté à qqch en vue d'une amélioration : La ministre propose une réforme de la politique du logement. La réforme de l'orthographe.
2. Classement comme inapte au service dans les armées.
La Réforme,
mouvement religieux qui, au xvie siècle, a donné naissance au protestantisme.

RÉFORME

(ré-for-m') s. f.
Changement en bien, par rapport aux mœurs, et, particulièrement, par rapport à la piété.
Un homme abondamment pourvu de tout, à qui rien ne manque, s'érige aisément en prédicateur de la plus exacte réforme [BOURDAL., Panégyr. t. I, p. 12]
Un homme de talent et de réputation, s'il est chagrin et austère, il effarouche les jeunes gens, les fait penser mal de la vertu, et la leur rend suspecte d'une trop grande réforme, et d'une pratique trop ennuyeuse [LA BRUY., XII]
J'ai renoncé aux vanités du monde, et je me suis jeté dans la réforme [REGNARD, Sérénade, 13]
S'il y a quelque réforme à tenter dans les mœurs publiques, c'est par les mœurs domestiques qu'elle doit commencer [J. J. ROUSS., Hél. 2e préface.]
Action de ramener à l'ancienne forme ou de donner une forme meilleure. La réforme d'un empire.
Croyez-moi, après qu'on a bien raisonné ou sur l'amour, ou sur telle autre matière qu'on voudra, on trouve au bout du compte que les choses sont bien comme elles sont, et que la réforme qu'on prétendrait y apporter gâterait tout [FONTEN., Dial. II, morts anc. mod.]
L'histoire de Lycurgue, la réforme qu'il fit dans Sparte, et les lois qu'il y établit [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 29, dans POUGENS]
Il [l'abbé de Saint-Pierre] pensait que les établissements les plus utiles avaient besoin de réforme ; il les comparait à des horloges, qu'il faut de temps en temps nettoyer et remonter [D'ALEMB., Éloges, l'abbé de St-P. note 11]
On ne peut faire une réforme véritablement avantageuse, qu'autant qu'on donne à la nation la faculté de faire elle-même les lois [CONDIL., Étud. hist. III, 4]
La réforme des abus, le retranchement des abus qui se sont introduits.
Tout abus doit être réformé, à moins que la réforme ne soit plus dangereuse que l'abus même [VOLT., Dict. phil. Annales.]
Réforme parlementaire, ou, absolument, la réforme, s'est dit des mesures qui ont modifié la composition du parlement d'Angleterre.
Singulier homme, philosophe, lettré autant qu'on saurait être, grand partisan de la réforme non parlementaire seulement, mais universelle, il veut refaire tous les gouvernements de l'Europe, dont le meilleur, dit-il, ne vaut rien [P. L. COUR., Pamphl. des pamphl.]
Réforme s'est dit, absolument, de la réforme électorale, c'est-à-dire des changements à apporter dans la loi qui régissait les élections en France sous Louis-Philippe ; cette réforme qu'on demandait consistait dans l'adjonction, à la liste électorale, des capacités, c'est-à-dire des hommes exerçant les professions libérales.
La réforme, les changements que Zwingle et Calvin ont introduits au XVIe siècle dans la doctrine et dans la discipline catholiques ; aujourd'hui réforme se dit, comme réformation, de l'ensemble du mouvement protestant.
À ce mot de réforme, tout le monde applaudissait ; des milliers de chrétiens se pervertissaient, les simples se laissaient surprendre, les libertins secouaient le joug de l'Église, les politiques demeuraient neutres et indifférents [BOURDAL., 3° Dim. après la Pentec. Dominic. t. II, p. 361]
Corps de doctrine adopté par les protestants. Communion des Églises protestantes. Les catholiques disent : la prétendue réforme.
Rétablissement de l'ancienne discipline dans un ordre religieux.
La sage abbesse, qui la crut [Anne de Gonzague] capable de soutenir sa réforme, la destinait au gouvernement [BOSSUET, Anne de Gonz.]
J'ai vu dans Saint-Denis la réforme établie [BOILEAU, Lutr. II]
Rancé (Jean le Bouthillier de), né en 1616, commença par traduire Anacréon, et institua la réforme effrayante de la Trappe [VOLT., Louis XIV, Écrivains, Rancé.]
M. le Camus, évêque de Bellay, observe que le seul ordre des minoritains a souffert plus de vingt-cinq réformes en quatre cents ans [ID., Dict. phil. Quête.]
Réduction, licenciement partiel des troupes (sens aujourd'hui peu usité). Dès que la paix sera faite, on s'occupera de la réforme des troupes ; on dit aujourd'hui réduction.
Anciennement, mesure par laquelle on ôte leur emploi à des officiers, en leur conservant néanmoins une partie de leur traitement ; c'est ce qu'on appelle aujourd'hui mettre à la suite. Traitement de réforme. Il a obtenu la réforme. Être mis à la réforme. Aujourd'hui, éloignement, de l'armée, d'un militaire reconnu impropre au service. Congé de réforme, congé accordé à un soldat reconnu impropre au service.
Remplacement des chevaux de cavalerie, d'artillerie, etc. qui ne sont plus en état de servir. On le dit quelquefois des chevaux réformés. On va vendre les réformes de tel régiment. Il se dit aussi d'armes détériorées qu'on met au rebut.
La plupart des distributions de détail du gaz hydrogène dans les diverses parties de l'hôpital Saint-Louis se font au moyen de canons de fusils de réforme [GIRARD, Instit. Mém. scienc. 1821 et 1822, t. V, p. 7]
Réduction à un moindre nombre des employés d'une administration. Il y a une grande réforme dans ce ministère.
Diminution dans la dépense, dans le train d'une maison.
Il fallait mettre la réforme dans son ménage [HAMILT., Gramm. 11]
Je commençai ma réforme par ma parure [J. J. ROUSS., Conf. VIII]
Faire une grande réforme dans sa maison, diminuer sa table, ses équipages, le nombre de ses domestiques.
10° Autrefois, réforme des monnaies, action de rétablir la valeur des monnaies dont on avait surhaussé le prix.

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. RÉFORMER ; ital. riforma.

réforme

RÉFORME. n. f. Rétablissement dans l'ordre, dans l'ancienne forme, ou dans une meilleure forme. Ces choses-là ont besoin de réforme, d'une réforme complète. Cela ne pourrait se faire que par une réforme générale. La réforme des institutions. La réforme des moeurs. La réforme du calendrier. On a fait de nombreuses réformes dans cette administration.

La réforme des abus, Le retranchement des abus qui se sont introduits.

Réforme des monnaies se disait jadis de l'Action de rétablir les valeurs réelles des monnaies dont on avait surhaussé le prix.

En termes de Politique, Réforme électorale, Modification de la loi électorale.

La Réforme religieuse et absolument La Réforme, Le changement que les protestants du seizième siècle ont introduit dans la doctrine et dans la discipline de l'Église. Il se dit encore du Corps de doctrine adopté par les protestants et aussi de l'Ensemble des Églises protestantes.

Les historiens appellent Contre-réforme l'Effort d'élaboration doctrinale et de restauration des disciplines qui se produisit dans l'Église romaine en opposition au mouvement de la Réforme.

RÉFORME, en parlant de Religieux, signifie Rétablissement de l'ancienne discipline dans un ordre religieux. L'abbé de Rancé introduisit à la Trappe la réforme monastique.

En termes militaires, il signifie Licenciement, mise hors de service.

Il se dit particulièrement en parlant des Officiers auxquels on ôte leur emploi, mais en leur conservant, pendant un certain nombre d'années, une partie de leur solde, qu'on appelle Traitement de réforme. Être mis à la réforme. Être en réforme.

Congé de réforme ou, simplement, Réforme, Le congé qu'on donne à un soldat reconnu impropre au service. Réforme temporaire. Réforme définitive. C'est un cas de réforme.

Conseil de réforme, Conseil chargé d'examiner les soldats susceptibles d'être reconnus impropres au service.

RÉFORME se dit encore en parlant des Chevaux de la cavalerie, de l'artillerie, etc., qui ne sont pas ou qui ne sont plus en état de servir. Il y a eu dans ce régiment une réforme de vingt chevaux, qu'il a fallu remplacer. Un cheval de réforme. On dit de même : Du matériel en réforme.

Il se dit quelquefois des Chevaux réformés. Tel jour on vendra les réformes du régiment, de l'écurie.

Synonymes et Contraires

réforme

nom féminin réforme
Traductions

réforme

reform, reformationרפורמה (נ), שחרור משירות צבאי (ז), תיקון (ז)hervorming, afdanking [materiaal], afkeuring [soldaat]Reform, Reformationriformaреформа改革reformareform개혁реформа (ʀefɔʀm)
nom féminin
changement la réforme de l'éducation

réforme

[ʀefɔʀm] nf
(= mesure) → reform
(MILITAIRE) [recrue] → declaration of unfitness for service; [soldat] → discharge (on health grounds)
(RELIGION) la Réforme → the Reformation