réformer

(Mot repris de réformeront)

réformer

v.t. [ lat. reformare ]
1. Changer en améliorant : Réformer le calendrier scolaire amender, remanier
2. Prononcer la réforme d'un militaire.
3. Modifier une décision de justice d'une juridiction inférieure.

RÉFORMER

(ré-for-mé) v. a.
Rectifier, c'est-à-dire rétablir dans l'ancienne forme ou dans une forme meilleure.
Je me persuadai qu'il n'y aurait véritablement point d'apparence qu'un particulier fît dessein de réformer un État, en y changeant tout dès le fondement, et en le renversant pour le redresser ; ni même aussi de réformer le corps des sciences ou l'ordre établi dans les écoles pour les enseigner [DESC., Méth. II, 2]
L'armée toute indépendante [appartenant aux sectaires dits indépendants] réforme elle-même, à sa mode, le parlement, et se rend maîtresse de tout [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Combien de projets M. de Lamoignon a-t-il faits ou réformés ! [FLÉCH., Lamoignon.]
Chacun a débité ses maximes frivoles.... Corrigé la police et réformé l'État [BOILEAU, Sat. III]
N'allons donc point ici réformer l'univers [ID., ib. X]
Prendre sur vous le soin de réformer la ville [ID., ib. IX]
Une vaste capacité.... qui réforme les lois et les coutumes, si elles étaient remplies d'abus [LA BRUY., X.]
Procurer une amélioration morale, intellectuelle.
Il réforme à son pied les humeurs de la cour [RÉGNIER, Sat. X]
Jamais mon dessein ne s'est étendu plus avant que de tâcher à réformer mes propres pensées, et de bâtir dans un fonds qui est tout à moi [DESC., Méth. II, 3]
Sachez que leur objet [des jésuites] n'est pas de corrompre les mœurs ; ce n'est pas leur dessein ; mais ils n'ont pas aussi pour unique but celui de les réformer [PASC., Prov. V]
Faites-moi la grâce de réformer ma raison corrompue [ID., Prière.]
Il eût voulu réformer tous les défauts [FLÉCH., Duc de Mont.]
Rétablir dans un ordre religieux la discipline qui s'était relâchée.
Corriger, modifier la rédaction, la forme d'une pièce, d'un écrit. Réformer une déclaration, un édit.
Il n'est pas raisonnable, quoi que vous disiez, que je réforme les louanges que je vous donne, ni que je commence à dire moins de bien de vous lorsque j'en reçois le plus [VOIT., Lett. 25]
Il est constant que cette faute est dans l'original et qu'ainsi il n'a de rien servi de la réformer dans les dernières éditions qu'on en a faites [PASC., Prov. XI]
J'ai envoyé à ma nièce deux volumes où j'ai réformé, autant que je l'ai pu, tout ce que vous avez eu la bonté de remarquer dans le Siècle de Louis XIV [VOLT., Lett. Hénault, 1er févr. 1752]
Réformer un arrêt, un jugement, se dit d'un tribunal qui modifie un arrêt, un jugement rendu.
Sous le nom de conseil s'élève un tribunal souverain où l'on réforme les jugements [FLÉCH., le Tellier.]
Retrancher ce qui est nuisible ou superflu. Réformer le luxe.
Le pire de tous les abus dans la société, c'est de les réformer sans règle, et cent expériences ont démontré la vérité de cette maxime [CONDIL., Étud. hist. III, 1]
Réformer son train, sa dépense, sa maison, les diminuer, les réduire.
A-t-on par quelque édit réformé la cuisine ? [BOILEAU, Sat. III]
Vous venez d'être réformé, il faut bien que vous réformiez votre train [REGNARD, Attend. s. l'orme. 1]
Réformer les troupes, les réduire à un moindre nombre.
Voilà la paix ; vous serez réformé, vous quitterez le service malgré vous [DANCOURT, Vert-galant, sc. 1]
On réforme, à la paix, des régiments entiers qui ne se plaignent pas ; pourquoi les jésuites poussent-ils de si hauts cris, quand on les réforme pour avoir la paix ? [VOLT., Pol. et lég. Tolérance, seul cas où l'intolérance est de droit humain]
Réformer un officier, lui retirer son emploi, en raison d'infirmités physiques ou morales. Réformer un soldat, lui donner son congé de réforme. Réformer des chevaux, les retirer du service auquel ils ne sont plus propres.
Réformer les monnaies, en changer l'empreinte ou la valeur sans les refondre.
Se réformer, v. réfl. Se faire à soi-même quelque correction.
On dit qu'après l'avoir achevé [le Jupiter d'Olympie], Phidias ôta le voile dont il l'avait couvert, consulta le goût du public, et se réforma lui-même d'après les avis de la multitude [BARTHÉL., Anach. ch. 38]
Renoncer à ses anciennes habitudes.
Un bourgmestre d'Amsterdam le louait [Pierre Ier] de ce qu'il voulait réformer sa nation ; j'y aurai beaucoup de peine, répondit le czar ; mais j'ai un plus grand ouvrage à entreprendre. Eh ! quel est-il ? dit le Hollandais. - C'est de me réformer moi-même [VOLT., Lett. Pr. roy. de Pr. janvier, 1738]
10° S'infliger les uns aux autres des réformations religieuses.
Les zwingliens et les calvinistes, qui, de tous ceux qui se sont séparés de Rome, se vantent d'être les plus unis entre eux, ne laissent pas de se réformer [BOSSUET, Var. X, 66]
11° Subir un retranchement.
La table s'allait réformer tout doucement d'elle-même [HAMILT., Gramm. II]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    À quoy pensois-tu, bel amy ? veulx-tu refformer ou corriger le monde ? [GERSON, Harengue au roi Charles VI, p. 16]
    À la poursuite du duc de Bourgogne furent reffourmez tous ceulx qui du roy avoient eu dons, et contraints à les restituer, Geste des nobles [VIRIVILLE, p. 119]
  • XVIe s.
    [Alcibiade] autant reformé à Sparte, comme voluptueux en Ionie [MONT., I, 185]
    Ceux de la religion nouvelle qu'ils appellent maintenant reformée [PASQUIER, Lett. t. I, p. 189]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. reformar ; ital. riformare ; du lat. reformare, de re, et formare (voy. FORMER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RÉFORMER.
    Ajoutez :
  • Réformer un portrait, le corriger, le retoucher.
    Pour le portrait que vous daignez désirer, il m'a dit qu'il faut que je lui donne une après-dînée pour le réformer [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]

reformer

REFORMER. v. tr. Former de nouveau. On a dissous cette compagnie et on l'a reformée aussitôt après. Ce régiment, qui avait été très éprouvé par des pertes, s'est reformé à l'arrière. Il s'est reformé un abcès au même endroit.

Il signifie, en termes de Guerre, Se rallier et reprendre son ordre. Ce corps, ayant été dispersé par l'offensive imprévue de l'ennemi, s'est reformé à quelque distance.

réformer

RÉFORMER. v. tr. Rétablir dans l'ancienne forme; donner une meilleure forme à une chose; la corriger, la rectifier, soit en ajoutant, soit en retranchant. Réformer un ordre religieux, Réformer un monastère. Réformer la justice, la police, les lois, les moeurs. Réformer le calendrier. Des gens gui veulent réformer l'État, réformer le genre humain. Réformer un jugement.

Il signifie aussi Corriger, changer en bien, en mieux. Réformer sa vie. Réformer son caractère. Il promet toujours de se réformer. Quand il aura acquis de l'expérience à ses dépens, il se réformera.

Il signifie encore Retrancher ce qui est nuisible ou en excès. Réformer les abus. Réformer les superfluités. Réformer le luxe.

Réformer son train, sa dépense, sa maison, Diminuer son train, réduire sa dépense.

Réformer un officier, Lui retirer son emploi, mais en lui conservant une partie de sa solde. Réformer un soldat, Le reconnaître impropre au service, en lui donnant, ou non, une pension. Ce soldat, grand blessé de guerre, a été réformé avec pension.

Réformer des chevaux, Les retirer du service auquel ils étaient affectés, comme n'y étant plus propres. On dit par analogie : Réformer le matériel. Réformer des effets de petit ou de grand équipement.

Le participe passé RÉFORMÉ s'emploie adjectivement. Des chevaux réformés. Substantivement, Un réformé, Un soldat qui a été réformé.

La religion réformée, le culte réformé, Le protestantisme. On a dit autrefois : La religion prétendue réformée. Substantivement, Les réformés, Ceux qui suivent cette religion.

RÉFORMÉ s'emploie aussi comme nom et se dit des Religieux qui suivent la réforme établie dans l'ordre auquel ils appartiennent; par opposition aux Religieux qui n'ont point reçu cette réforme et qu'on appelle Religieux de la commune observance, ou Anciens.

reformer

Reformer, Reformare, Vertere in meliorem statum, voyez Former, en Forme.

Reformer, Res peruerse constitutas in ordinem ac statum decorum restituere, B.

Reformer la justice, Iuris dicendi rationem in meliorem statum vertere, B.

reformer


REFORMER, v. act. Il difère du précédent par la 1re syllabe, qui est un e muet. Réformer c'est corriger: reformer, c'est former de nouveau. Les Auteurs ou les Imprimeurs ne font pas toujours atention à cette distinction, qui est juste. "L'espèce de défilé étroit, dans lequel cette Cavalerie étoit engagée, l'empécha de se réformer en ordre. Hist. d'Angl. Il falait, se reformer, sans accent.

Synonymes et Contraires

réformer

verbe réformer
Traductions

réformer

ausbessern, befreien, bessern, entledigen, erledigen, frei machen, freilassen, verbessern, veredeln, besser machen, wieder gutmachen, wieder verbessernreform, improve, release, repair, invalid, reverse, ameliorate, amend, enhance, free, liberate, remedy, upgradehervormen, verbeteren, afhelpen, bevrijden, herstellen, loslaten, reformeren, repareren, veredelen, verhelpen, verlossen, vrijlaten, vrijmaken, weergoedmaken, afdanken, afkeuren, afschaffen, vernietigen [vonnis], weer goed makenverlos, vrymaakreformarfrigive, reparereliberigi, plibonigi, rebonigi, reformiadelantar, libertar, mejorar, poner en libertad, reformarjavítliberare, migliorare, riformare, scartareliberarereformar, melhorarîmbunătăţi, îndrepta, reformabättra, befria, friaреформа改革reformaהרפורמה개혁 (ʀefɔʀme)
verbe transitif
changer réformer la loi

réformer

[ʀefɔʀme] vt
(= changer) [+ institution, système] → to reform
[+ matériel] → to scrap
(MILITAIRE) [+ recrue] → to declare unfit for service; [+ soldat] → to discharge, to invalid out