réglé, ée

RÉGLÉ, ÉE

(ré-glé, glée) part. passé de régler
Sur quoi on a tiré des lignes avec la règle.
Les disciples doivent avoir des cahiers propres et réglés avec du plomb ou du crayon [DUMARS., Œuv. t. I, p. 223]
J'ai décidé que les papiers au timbre de 50 c. et 1 fr. seraient réglés avant leur émission.... l'administration n'émettant du papier réglé qu'à titre d'essai.... il n'y aura aucune distinction à établir entre les papiers réglés et les papiers non réglés [, Circulaire, dans le Moniteur, 29 mars 1867, p. 377, 5e col.]
Il est réglé comme un papier de musique, se dit de celui qui observe avec une ponctualité scrupuleuse un certain genre de vie.
Assujetti à certaines règles.
Mme de Ludres, lasse de bouder sans qu'on y prît garde, a enfin obtenu de son orgueil si bien réglé, de prendre du roi deux mille écus de pension [SÉV., 2 oct. 1680]
L'exemple d'une vie si réglée [BOSSUET, Cornet.]
Une hardiesse sage et réglée, qui s'anime à la vue des ennemis [FLÉCH., Turenne.]
Tandis que ma maison est réglée comme un couvent, et que les pauvres y sont plus soulagés qu'en aucun couvent que ce puisse être [VOLT., Lett. Damilaville, 8 févr. 1768]
Le bon air, l'exercice, la vie réglée de la campagne, lui avaient été favorables [MARMONTEL, Mém. X]
Qui est, en parlant des personnes, assujetti à une discipline morale ou intellectuelle. C'est un jeune homme réglé dans ses mœurs. Esprit réglé. Son imagination n'est pas réglée.
Vous le trouverez pour les mœurs aussi peu réglé que vous l'avez vu [SÉV., 15 juill. 1673]
De tous les peuples du monde le plus fier et le plus hardi, mais tout ensemble le plus réglé dans ses conseils, le plus constant dans ses maximes, le plus avisé, le plus laborieux, et enfin le plus patient, a été le peuple romain [BOSSUET, Hist. III, 6]
Décidé d'une certaine façon définitive.
Les affaires ecclésiastiques prirent une forme réglée [BOSSUET, le Tellier.]
Cette affaire fut bientôt réglée [HAMILT., Gramm. 11]
De ce grand sacrifice ainsi l'ordre est réglé [VOLT., Fanat. IV, 3]
Il est réglé que.... avec l'indicatif.
Un héros de roman infidèle ! on n'aurait jamais rien vu de pareil ; il est réglé qu'ils doivent tous être constants [MARIV., Marianne, 8e part.]
Il se dit aussi des personnes soumises à certaines règles.
Les dames du palais sont réglées à servir par semaine [SÉV., 8 janv. 1674]
Qui est assujetti à un mode uniforme. Les astres suivent une marche réglée.
Quoique ce ne soit pas une coiffure réglée, elle l'est pourtant assez pour qu'il n'y en ait point d'autre pour les jours de la plus grande cérémonie [SÉV., 6 mai 1671]
Il [Sésostris] écoutait chaque jour, à certaines heures réglées, tous ceux de ses sujets qui avaient ou des plaintes à lui faire, ou des avis à lui donner [FÉN., Tél. II]
Un pouls réglé, bien réglé, pouls dont les battements sont réguliers, sans excès de force ni de fréquence. Un ordinaire réglé, un ordinaire qui est tous les jours le même. Des bois en coupe réglée, des bois dont on coupe tous les ans une certaine étendue. Visites réglées, visites qui se font à certains jours et à certaines heures. Être en commerce réglé, en correspondance réglée avec quelqu'un, avoir par lettre une correspondance régulière avec lui. Fièvre réglée, fièvre intermittente qui, d'abord irrégulière, a pris des accès réguliers.
Troupes réglées, troupes permanentes, qu'on distingue ainsi des gardes nationales, des milices.
Le prince Édouard disait toujours que, s'il avait eu seulement trois mille hommes de troupes réglées, il se serait rendu maître de toute l'Angleterre [VOLT., Louis XV, 5]
Les armées de Sylla, de Pompée et de César devinrent de véritables troupes réglées qui substituèrent l'esprit du gouvernement militaire à celui du républicain [J. J. ROUSS., Gouv. de Polog. ch. 12]
Terme de construction. Appareil réglé, celui dont toutes les assises ont la même hauteur. On dit semblablement : assises réglées, assises dont tous les rangs de pierres sont d'égale hauteur.
Qui se fait dans les formes.
Le dimanche gras, il y eut grand bal réglé chez le roi, c'est-à-dire ouvert par un branle, suivant lequel chacun dansa après [SAINT-SIMON, 3, 49]
Nous voilà, grâce au ciel, en conversation réglée [MARIVAUX, Jeux de l'am. et du has. I, 7]
Dispute réglée, discussion suivie et méthodique.
Cette princesse engagea une dispute réglée entre les deux parties [Leibnitz et Newton] [VOLT., Newt. I, 2]
Cette affaire est en justice réglée, elle est portée en justice, suivant les formes ordinaires.
Modéré. Un jeu réglé avec des amis est un passe-temps honnête.
Fille réglée, fille dont la menstruation a commencé. Femme bien réglée, mal réglée, femme dont la menstruation est régulière, irrégulière.

SYNONYME

  • 1. RÉGLÉ, RÉGULIER., Ces deux mots ont le latin regula, règle, pour racine. Réglé, participe du verbe régler, exprime un effet ; régulier, simple adjectif, marque une qualité. De là résulte ce qui les sépare. à la vérité, quand on dit le mouvement réglé ou régulier des astres, ces deux mots se confondent ; mais on voit que réglé a une acception moins déterminée. Tout ce qui est soumis à une règle, bonne ou mauvaise, est réglé ; mais cela seul est dit régulier, qui est soumis soit à une bonne règle, soit à une règle générale, par exemple, aux lois de la mécanique, aux règles du bien ou du beau, etc. La même nuance se note quand il s'agit de personnes. Un homme régulier est irrépréhensible ; un homme réglé est soumis à des règles ; ce qui est différent. Ainsi Bossuet, dans l'exemple cité plus haut, dit que le peuple romain fut réglé, c'est-à-dire assujetti à la discipline qui résultait de sa nature et de son histoire ; mais on ne pourrait pas dire qu'il fut régulier.
  • 2. RÉGLÉ, RANGÉ., L'homme réglé se conduit sagement, en homme qui sait mettre un frein à ses passions. L'homme rangé conduit sagement ses affaires, et dispose avec ordre de ses moments et de ses revenus (LAFAYE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RÉGLÉ. Ajoutez :
    10° Terme de géométrie. Surface réglée, nom général des surfaces telles que les cônes, les cylindres, les conoïdes, qui sont engendrées par le mouvement d'une ligne droite.