réglément

RÉGLÉMENT

(ré-glé-man) adv.
Avec règle, d'une manière réglée. Vivre réglément.
Au compas des grandeurs je ne juge le monde.... Pour être dans le ciel je n'estime les dieux, Mais pour s'y maintenir et gouverner de sorte Que ce tout en devoir réglément se comporte [RÉGNIER, Sat. XI]
M. d'Argenson vint à exercer réglément auprès du roi un ministère secret et sans titre, mais qui n'en était que plus flatteur, et n'en avait même que plus d'autorité [FONTEN., Argenson.]
Précisément, de la même manière, dans le même temps.
Nous avons ouï parler d'un prince qui se retirait réglément toutes les bonnes fêtes dans les maisons religieuses [BALZAC, le Prince, ch. 8]
Quelle tristesse de ne pouvoir plus recevoir réglément de vos nouvelles trois fois la semaine ! [SÉV., 17 avr. 1689]
Une de mes premières amies [Mme de Maintenon], qui passe réglément deux heures dans son cabinet [du roi] [ID., à Bussy, 12 janv. 1681]
Dans les commencements, c'est une fatigue de diable, quand il faut porter réglément trois billets tous les jours [BARON, Homme à bonnes fort. I, 10]

SYNONYME

  • RÉGLÉMENT, RÉGULIÈREMENT. Le premier signifie d'une manière réglée, le second d'une manière régulière. Vivre réglément, c'est suivre un régime dont on ne s'écarte pas ; vivre régulièrement, c'est vivre selon la régularité morale. Il y a donc la même nuance qu'entre réglé et régulier (voy. ces mots à RÉGLÉ) ; mais, comme réglément n'est plus aussi employé qu'autrefois, régulièrement tend, à tort, à en prendre la place.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    L'eure de son descouchier à matin estoit rigléement comme de six à sept heures [CHRIST. DE PISAN, Ch. V, I, 16]
  • XVIe s.
    Combien ces nations [de l'Amérique], sans magistrat et sans loy, vivent plus legitimement et plus regléement que les nostres, où il y a plus d'officiers et de loix qu'il n'y a d'aultres hommes et qu'il n'y a d'actions ! [MONT., II, 222]
    Sçavoir user des biens regléement et les perdre constamment [ID., I, 177]

ÉTYMOLOGIE

  • Réglé, et le suffixe ment, provenç. regladament ; espagn. regladamente ; ital. regolatamente.

règlement

RÈGLEMENT. n. m. Ordonnance, statut qui détermine et prescrit ce que l'on doit faire. Règlement d'administration publique. Règlement de police. Faire un règlement. Publier un règlement. Les règlements de l'Université, d'une Faculté, d'un corps savant. Contrevenir aux règlements. Observer les règlements. Se conformer aux règlements.

Il se dit particulièrement des Statuts d'une assemblée délibérante. Le règlement de la Chambre des députés, du Sénat. Les articles du règlement. Violer le règlement. Demander la parole pour un rappel au règlement.

Il se dit aussi en parlant de l'Ordre à observer, de la distribution des exercices, des travaux, etc., dans une communauté, dans une manufacture, etc. Le règlement d'une maison d'éducation. Vous ne pouvez pas faire cela, le règlement ne le permet pas, le règlement l'interdit. Vous manquez au règlement. Exact au règlement. On le dit aussi dans un sens analogue, en parlant d'une seule personne. Se prescrire un règlement de vie.

Il désigne encore l'Action de régler, de déterminer. Le règlement de cette affaire n'aura pas lieu de sitôt, ne se fera pas de sitôt.

En termes de Procédure, Règlement de juges, Arrêt qui décide devant quels juges un procès doit être porté. C'est la Cour de Cassation qui prononce ordinairement en matière de règlement de juges. Instance en règlement de juges. Arrêt en règlement de juges.

En termes de Droit commercial, Règlement transactionnel, Procédure suivie pour éviter les inconvénients d'une faillite.

RÈGLEMENT se dit particulièrement de l'Action de régler les mémoires des entrepreneurs, des ouvriers, d'en réduire les articles à leur juste valeur. Règlement de compte. Le mémoire du menuisier montait à tant, le règlement l'a réduit d'un cinquième.