réminiscence


Recherches associées à réminiscence: remembrance

réminiscence

[ reminisɑ̃s] n.f. [ du lat. reminisci, se souvenir ]
Souvenir vague et imprécis : Elle a quelques réminiscences de cette époque.

réminiscence

(ʀeminisɑ̃s)
nom féminin
souvenir vague, confus des réminiscences du passé

RÉMINISCENCE

(ré-mi-ni-ssan-s') s. f.
Dans le langage philosophique, synonyme de ressouvenir.
Il semblait qu'il n'agît que par réminiscence, Et qu'il eût autrefois fait le métier d'amant, Tant il le fit parfaitement ! [LA FONT., Fabl. XI, 2]
Cet assemblage de cercles qui forment la sphère et leurs projections sur différents plans s'imprimaient dans son esprit avec une facilité surprenante, et il semblait que, selon le système de Platon, ce ne fût qu'une réminiscence de ce que son âme avait su autrefois [FONTEN., la Hire]
Observez que toutes ces manières de penser, par réminiscence, par imagination, par ampliation, par diminution, par abstraction, etc.
supposent toujours des impressions antérieures immédiates [DUMARS., Mél. gramm. philos. Œuv. t. V, p. 331]
Il est des souvenirs aussi redoutables que le sentiment actuel ; on s'attendrit par réminiscence ; on a honte de se sentir pleurer, et l'on n'en pleure que davantage [J. J. ROUSS., Hél. IV, 1]
La réminiscence est produite par la liaison que conserve la suite de nos perceptions [CONDIL., Conn. hum. II, 1]
Dans la langue commune, rappel d'un souvenir à peu près effacé ; acte par lequel nous cherchons à ressaisir un souvenir incomplet.
Il travailla en vain sa réminiscence durant le chemin, il ne put y retrouver ce qu'il y cherchait [SCARR., Rom. com. I, 15]
Je demanderai à M. Coulmann pourquoi il appelle Réminiscences [titre de ses mémoires] ce qu'il aurait dû intituler Souvenirs ; évidemment le titre d'un ouvrage anglais, des Réminiscences d'Horace Walpole, l'a séduit, mais, en laissant à la charge de l'auteur anglais le mot de Réminiscences pris en ce sens, je nie qu'en français ce mot soit juste : qui dit réminiscences, en effet, dit ressouvenirs confus, vagues, flottants, incertains, involontaires ; un poëte qui, en faisant des vers, imite un autre poëte sans bien s'en rendre compte, et qui refait des hémistiches déjà faits, est dit avoir des réminiscences ; on dirait très bien de quelqu'un dont la tête faiblit et qui ne gouverne plus bien sa mémoire : il n'a que des réminiscences, il n'a plus de souvenirs ; la réminiscence est, en un mot, un réveil fortuit de traces anciennes dont l'esprit n'a pas la conscience nette et distincte ; le titre donné par M. Coulmann à ses Mémoires est donc assez impropre, à moins qu'il n'ait voulu se critiquer légèrement lui-même [STE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. IX, p. 36]
Pensée, expression, motif qui provient d'autrui, et qui, logé dans la mémoire, est employé par nous comme s'il était nôtre. Cet ouvrage est plein de réminiscences.
Tout ce qu'il fait est de réminiscence ; il copie Wouvermans et Berghem [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 145, dans POUGENS]

SYNONYME

  • RÉMINISCENCE, RESSOUVENIR. Ces mots annoncent, par la particule initiale re, quelque chose d'éloigné, qui revient de loin, qui a été oublié depuis longtemps, et dont il n'y a que de légères traces dans l'esprit. Mais réminiscence reproduit le latin reminiscentia, et ressouvenir a été formé du français souvenir. C'est pourquoi réminiscence appartient au langage de la philosophie et des arts libéraux, tandis que ressouvenir est du langage ordinaire. Quand réminiscence est employé dans la langue commune, il indique le plus faible, le plus imparfait des souvenirs, celui qu'on ne reconnaît pas même pour une idée qu'on a déjà eue. Le ressouvenir est plus net et plus distinct, on sait au moins, on a la conviction que ce n'est pas une idée nouvelle (LA FAYE).

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    S'il avenoit que nous prinsions la liberté de tirer quelque mot nouveau du latin en cette terminaison ou semblable, comme par exemple si nous disions reminiscentia et nous en voulussions former reminiscence, nous ne l'oserions proferer autrement que par a [J. PELLETIER, dans LIVET, Gramm. franç. p. 170]
    On luy faict [à l'âme] recevoir le mensonge et le vice, si on l'en instruit ; en quoy elle ne peult employer sa reminiscence, cette image et conception n'ayant jamais logé en elle [MONT., II, 298]
    Selon l'opinion de Platon, par reminiscence de ce qu'elle [l'âme] sçavoit avant entrer au corps [CHARRON, la Sagesse, I, 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. reminiscencia ; ital. reminiscenzia ; du lat. reminiscentia ; de reminiscere, se souvenir, de re, et l'inusité miniscere, dont le radical min, est une forme affaiblie de man, penser, se souvenir, mens, esprit, voy. ce mot.

réminiscence

RÉMINISCENCE. n. f. Ressouvenir, renouvellement d'une idée presque effacée; Souvenir incertain que la mémoire ne situe pas avec précision et qui peut même n'être pas reconnu comme tel. J'ai quelque réminiscence de ce qui eut lieu à cette époque. Les Platoniciens croyaient que toutes les connaissances que nous acquérons ne sont que des réminiscences de ce que nous avons su avant notre naissance.

Il signifie aussi Pensée, expression, etc., de quelque auteur, qui s'offre à la mémoire et qu'on emploie involontairement dans un ouvrage, comme si on l'eût conçue ou trouvée soi-même. Un ouvrage plein de réminiscences. Ce vers est une réminiscence. On a remarqué plusieurs réminiscences dans la musique de cet opéra.

réminiscence


RÉMINISCENCE, s. f. [Rémini-sance: 1re é fer. 4e lon. 5e e muet.] Ressouvenir. Renouvellement d'une idée presque éfacée. "J'ai quelque réminiscence de ce qui se pâssa en ce tems-là. "Souvent les plagiats, dont on acûse les Auteurs, ne sont que des réminiscences.

Synonymes et Contraires

réminiscence

nom féminin réminiscence
Souvenir vague.
Traductions

réminiscence

זכירה (נ)

réminiscence

[ʀeminisɑ̃s] nfreminiscence