rémunérateur, trice

RÉMUNÉRATEUR, TRICE

(ré-mu-né-ra-teur, tri-s') adj.
Qui récompense.
Il croyait un Dieu rémunérateur de la vertu et vengeur des crimes [BOURDAL., 4e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 428]
Nous adorons depuis le commencement des choses la divinité unique, éternelle, rémunératrice de la vertu et vengeresse du crime [VOLT., Phil. Prof. foi théiste.]
Substantivement.
Je suis de tous les bons le rémunérateur [CORN., Imit. III, 3]
Le sage de l'Évangile ne cherche ici-bas dans sa vertu que la satisfaction d'obéir à Dieu, qui en sera un jour le rémunérateur [MASS., Avent, Circonc.]
Que l'apparent bonheur de cette vie n'est rien ; qu'il en est une autre après elle, dans laquelle cet être suprême sera le rémunérateur des bons et le juge des méchants [J. J. ROUSS., Ém. V]
Terme d'industrie ou de commerce. Qui fait rentrer dans les avances et procure du profit. Travail rémunérateur. Prix rémunérateur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le Seigneur n'apparoist point, aux preceptes de la loy, remunerateur sinon de parfaite justice, de laquelle nous sommes tous desprouveus [CALV., Inst. 262]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. remuneratorem, de remunerare (voy. RÉMUNÉRER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RÉMUNÉRATEUR. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Il faut que icelluy qui s'approche à Dieu, croye qu'il est, et qu'il soit remunerateur à ceulx qui le quierent [, Hébr. XI, 6, Nouv. Testam. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525]