rénitent, ente

RÉNITENT, ENTE

(ré-ni-tan, tan-t') adj.
Terme didactique. Qui, à la pression, offre un sentiment de résistance et de ressort.
Le ventre très gonflé, très rénitent [DES ESSARTZ, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 243]
Dans le langage général, qui résiste (peu usité en cet emploi).
Mahomet, dans ses premiers combats en Arabie contre les ennemis de son imposture, faisait tuer sans miséricorde ses compatriotes rénitents [VOLT., Mœurs, 7]
Substantivement.
Le parlement de Paris ne cessait de rendre des arrêts contre les évêques qui exigeaient des mourants l'acceptation de la bulle, et qui refusaient aux rénitents les sacrements et la sépulture [ID., Hist. parl. 64]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La tumeur est ronde, legere, renitente [PARÉ, VI, 18]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. renitentem, de reniti, résister, de re, et niti, faire effort ; génev. renitent, mutin, récalcitrant.