réprouvé, ée

RÉPROUVÉ, ÉE

(ré-prou-vé, vée) part. passé de réprouver
Rejeté, condamné. Une doctrine réprouvée par l'Église.
Des mystères d'amour amant trop réprouvé [RÉGNIER, Élég. IV]
Malheur aux cœurs durs ! Dieu bénira les âmes tendres ; il y a je ne sais quoi de réprouvé à être insensible [VOLT., Lett. au pr. roy. de Prusse, 12 août 1739]
Abandonner quelqu'un au sens réprouvé, à son sens réprouvé, le laisser dans l'erreur, à cause de son obstination.
La reine même donna avec ardeur dans son sens ; mais ce sens ne fut appuyé de personne, et vous verrez par l'événement qu'il n'y en eut jamais de plus réprouvé [RETZ, Mémoires, II]
L'un des plus terribles effets de la vengeance divine est lorsque, en punition de nos péchés précédents, elle nous livre à notre sens réprouvé, en sorte que nous sommes sourds à tous les sages avertissements [BOSSUET, Hist. II, 8]
Par un juste jugement, Dieu livre au sens réprouvé, à des erreurs manifestes, ceux qui prennent des noms superbes contre son Église et entreprennent de la réformer dans sa doctrine [ID., Déf. Var. 1er disc. 56]
Le siècle où nous vivons est en tout sens celui de la décadence ; il faut l'abandonner à son sens réprouvé [VOLT., Lett. à d'Argental, 13 août 1755]
Substantivement. Celui qui est rejeté par la société, comme les parias.
Crains pour toi-même Le sort contagieux d'un réprouvé qui t'aime [C. DELAVIGNE, Paria, V, 2]
Particulièrement, rejeté de Dieu.
Le peuple demanda un roi, et Dieu lui donna Saül, bientôt réprouvé pour ses péchés [BOSSUET, Hist. II, 3]
S. m. Celui qui est destiné aux peines éternelles.
....chacun le fuit ainsi qu'un réprouvé [RÉGNIER, Sat. II]
Jésus Christ sauve les élus, et damne les réprouvés sur les mêmes crimes [PASC., Pens. XVI, 2, édit. HAVET.]
Après vous avoir exposé, dans les mœurs de notre riche réprouvé, l'image d'une vie voluptueuse et mondaine [MASS., Carême, Mauv. riche.]
Nous n'aurons plus de proches, de père, d'enfant, d'ami ; plus de liens que les flammes éternelles qui nous uniront pour toujours aux réprouvés [ID., Avent, Jugement.]
Tous ces anciens sages sont vos ennemis.... je ne m'étonne pas que vous détestiez sincèrement tous ces illustres réprouvés qui ont fait, je ne sais comment, tant de bien à la terre [VOLT., Facéties, Remerciement sincère]
C'est moi qui marque leur séjour Aux réprouvés de ma colère, Comme aux élus de mon amour [V. HUGO, Odes, I, 10]
Visage de réprouvé, face, figure de réprouvé, figure sinistre, qui annonce une âme perverse.
Durant ses mauvaises humeurs, c'était une vraie physionomie de réprouvé [HAMILT., Gramm. X]
Il vit en réprouvé, c'est un réprouvé, se dit d'un méchant homme.