répugner

(Mot repris de répugnée)

répugner

v.t. ind. [ du lat. repugnare, s'opposer à, de pugnus, poing ] (à)
1. Inspirer de la répugnance à : Cette odeur, cette littérature me répugnent dégoûter, écœurer ; attirer
2. Éprouver de l'aversion à faire qqch : Il répugne à lui annoncer la mauvaise nouvelle rechigner, renâcler

RÉPUGNER

(ré-pu-gné) v. n.
Être plus ou moins opposé, contraire, avec un nom de chose pour sujet.
Il n'y a donc rien qui répugne à leur donner une reine [CORN., Sertor. Au lecteur.]
M. Caritidès : Monsieur, le temps répugne à l'honneur de vous voir [MOL., Fâcheux, III, 2]
J'entends une voix qui dit : Il faut marcher malgré vous ; ou bien, si vous ne voulez pas, il faut mourir, qui est une autre extrémité où la nature répugne [SÉV., 602]
La justice divine, qui semble dormir et oublier les pécheurs, leur répugnant, pour ainsi dire, de toute elle-même [BOSSUET, Sermons, Nécess. de la pénit. 2]
Les uns ont prétendu que cette éternité de supplice pour un péché, quelque énorme qu'il puisse être, répugnait à la bonté de Dieu [BOURDAL., Serm. pour le 19e Dim. après la Pentec. Sur l'éternité malheureuse]
J'ai dit que l'établissement d'une partie publique répugnait à l'usage du combat judiciaire [MONTESQ., Esp. XXVIII, 36]
Absolument. Cela répugne, cela se contredit.
Dieu étant le souverain être, il est aussi nécessairement le souverain bien et la souveraine vérité, et, partant, il répugne que quelque chose vienne de lui qui tende positivement à la fausseté [DESC., Rép. aux secondes object. 28]
Avoir de la répugnance, avec un nom de personne pour sujet.
Mais combien mon esprit répugne à ce devoir ! [ROTR., Hercule mour. V, 2]
Je répugne à l'apprendre [le secret], et m'instruis à regret [ID., Bélis. IV, 8]
Geronimo : Vous ferez bien de vous marier. - Sganarelle : J'y ai répugné autrefois ; mais j'ai maintenant de puissantes raisons pour cela [MOL., Mar. forcé, 2]
Je répugne à donner à cet oiseau étranger le nom de choucas.... [BUFFON, Oiseaux, t. V, p. 115]
Mon âme a, quelques jours, animé de sa vie Un peu de cette fange à ces sillons ravie, Qui répugnait à vivre et tendait à la mort [LAMART., Harm. IV, 11]
Inspirer de la répugnance. Cet homme me répugne.
Notre premier aliment est le lait ; nous ne nous accoutumons que par degrés aux saveurs fortes ; d'abord elles nous répugnent [J. J. ROUSS., Ém. II]
Absolument. Cela répugne. Impersonnellement. Il me répugne de vous entretenir d'un pareil sujet. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Pour ce que plus fort est de resister à elles [aux passions] et obvier ou repugner, et de nous en retraire par vertu [ORESME, Eth. 53]
  • XVIe s.
    ....Mais je vueil qu'on repugne [se défende] Par juste guerre, en soustenant le droict.... [J. MAROT, V, 235]
    Je m'esbahy s'il y a aucun qui ignore, que le vice ne soit une inegalité et une discordance de meurs qui se repugnent à soy-mesme [AMYOT, Crass. et Nicias, 2]
    Il n'avoit point de nature celle gracieuseté de doulceur attrayante, et son naturel y repugnoit [ID., Dion, 66]
    Quand donques ils tienent quelcun qui repugne à leurs opinions [LANOUE, 101]
    ....Ce qui ne repugne rien à ce qui a esté n'agueres dit [CALV., Instit. 48]
    En cela je suis contraint de leur repugner [contredire] [ID., ib. 657]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et espagn. repugnar ; ital. repugnare, du lat. re, et pugnare, combattre.

répugner

RÉPUGNER. v. intr. Être plus ou moins opposé. Cette nouvelle proposition répugne à la première. Cela répugne au sens commun, répugne à la religion chrétienne. Il est vieux.

Absolument, Cela répugne, il y a dans ce qu'il dit quelque chose qui répugne, Cela se contredit, il y a quelque contradiction dans ce qu'il dit. Il est vieux.

RÉPUGNER signifie plus ordinairement Éprouver un sentiment de répugnance. L'assemblée répugnait à cette mesure. J'y répugne entièrement. La raison, mon goût y répugne. La mère du jeune homme répugnait à ce mariage. Je répugne souverainement à faire cela.

Il signifie encore Causer, inspirer de la répugnance. Cet homme, cette femme me répugne. Cette proposition me répugne. Impersonnellement, Il me répugne de vous entretenir d'un pareil sujet.

repugner

Repugner, Contredire, aller à l'encontre, Repugnare, Tendere aduersus, Aduersari, Obniti, Reniti.

Ces choses repugnent l'une à l'autre, ou ne se rapportent point, Haec nullo pacto cohaerent. B.

Tesmoignages qui repugnent et se contrarient, Testimonia quae inter se confligunt et colliduntur. B.

Synonymes et Contraires

répugner

verbe répugner
Traductions

répugner

געל (פ'), הבחיל (הפעיל), הגעיל (הפעיל), המאיס (הפעיל), נמאס (נפעל), סלד (פ'), גָּעַל, הִגְעִיל, הִמְאִיס, סָלַדripugnare (ʀepyɲe)
verbe intransitif
ne pas supporter qqch Ce plat me répugne. répugner à faire qqch

répugner

[ʀepyɲe] vpr/vi
(= faire horreur) répugner à qn → to repel sb, to disgust sb
(= rechigner) répugner à faire → to be loath to do, to be reluctant to do