résidant

(Mot repris de résidantes)

résidant, e

ou

résident, e

adj. et n.
Se dit de qqn qui réside dans un lieu : Faire une enquête auprès des résidants d'une maison de retraite pensionnaire

résidant

RÉSIDANT, ANTE. adj. Qui réside, qui demeure. Le lieu où il est résidant, où elle était résidante. Membre résidant d'une académie. On écrit aussi RÉSIDENT.

résidant


RÉSIDANT, ANTE, adj. RÉSIDENCE, s. f. RÉSIDENT, s. m. RÉSIDER, v. n. [Ré-zidan, dante, dance, dan, : 1re é fer. 3e. lon. aux trois premiers, é fermé au dern. = Plusieurs écrivent l'adjectif avec un e comme les deux substantifs, mais il est mieux de les distinguer par la lettre caractéristique du participe, qui est l'a.] Résider, faire sa demeure en quelque endroit; résidant, qui réside, qui demeure. "Il est de Brétagne, mais il réside à Paris. "Le lieu il est résidant, elle était résidante. = Résider, sans régime, se dit d'un Évêque, d'un bénéficier, qui réside dans le lieu de son bénéfice. = Résider se dit des chôse au figuré. "Toute l'autorité réside dans la persone de, etc. Et en style moqueur: cet homme croit que toute la science, ou tout le bon sens, etc. réside dans lui. = Résidence est, 1°. Demeure ordinaire en quelque lieu. "Il fait sa résidence en tel lieu. "C'est le lieu de sa résidence. = 2°. Séjour actuel et continuel d'un Officier ou d'un Bénéficer dans le lieu de sa charge, de son bénéfice. Cet emploi, ce bénéfice oblige à résidence, à la résidence. = 3°. Emploi d'un Résident auprês d'un Prince. = Résidence, domicile, demeure (synon.) Le premier se dit de la demeure habituelle et fixe; le second de la demeure légale; le 3e du lieu où on loge. "Les gens en place ont une résidence nécessaire: les mineurs n'ont d'aûtre domicile que celui de leur père ou de leur tuteur: il y a beaucoup de misérables qui n'ont point de demeure. Tel qui a sa résidence naturelle dans la Province, aura un domicile dans la Capitale, et fera sa demeure habituelle à la Cour, etc. Extr. des Syn. Fr. de M. l'Ab. Roubaud.
   RÉSIDENT , celui qui est envoyé auprês d'un Prince, pour résider auprês de lui, et qui est moins qu'un Ambassadeur et plus qu'un Agent. "Le Résident de France à Genève. "Le Résident de l' Électeur Palatin à la Cour de France.
   Rem. 1°. Résider exprime une demeure habituelle. Il ne faut donc pas s'en servir pour exprimer une demeure passagère. "Warvick résidoit avec le Duc de Florence dans son Gouvernement de Calais, au commencement de la rébellion. Hist. d'Angl. "Ils se hâtèrent de se rendre au Château de Baynard, le Protecteur résidoit. Ibid. Suivant le sens du discours, étoit eut été plus propre dans l'un et l'autre endroit, où il ne s'agit que d'une demeure courte et passagère. = 2°. On dit, faire sa résidence, et non pas tenir sa résidence, comme dit Maimbourg: "Un Évêque, qui tenoit sa résidence à Tomes, grande Ville sur la mer. Hist. de l'Arianisme. = 3°. Mde de Sévigné fait signifier à résidence, défaut d'exercice. "J'ai le plaisir de faire l'exercice aprês un an de résidence. "Il a fort bien dormi; mais cet état de résidence, et de ne pouvoir sortir, lui done beaucoup de chagrin et de vapeur. — Résidence n'est point usité en ce sens. Pour l'expression, faire l'exercice, voyez EXERCICE.

Traductions

résidant

חוסה (ז)

résidant

woonachtig

résidant

residente