résipiscence

(Mot repris de résipiscences)

résipiscence

[ resipisɑ̃s] n.f. [ du lat. resipiscere, revenir à la raison, de sapere, avoir du goût, du jugement ]
Litt. Reconnaissance de ses fautes, accompagnée de la volonté de s'amender : Venir à résipiscence. Amener qqn à résipiscence.

RÉSIPISCENCE

(ré-zi-pi-ssan-s') s. f.
Reconnaissance de sa faute avec amendement.
Sous l'espoir mal conçu de sa résipiscence [MAIR., Solim. III, 6]
Il y a pour les plus obstinés des moments de résipiscence, des coups de miséricorde et de grâce qui renversent la nature la plus fière [FLÉCH., Sermons, Correction fratern.]
Lorsque Jésus-Christ parle de la gloire du Seigneur, ....il l'appelle ....un père de famille touché du retour et de la résipiscence de son fils [MASS., Avent, Divin. de J. C.]
Les holocaustes ne sont utiles que quand ils sont la marque de la résipiscence [DIDER., Opin. des anc. philos. Éclectisme]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    S'il se trouvoit quelque honneste homme qui le peust admonester de son devoir, il pourroit venir à resipiscence [CARL., VIII, 23]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. resipiscentia, de resipisco, redevenir sage, de ré, et sapere, être sage (voyez SAPIENCE).

résipiscence

RÉSIPISCENCE. n. f. (On prononce la première S dur). Reconnaissance de la faute avec retour au bien. Venir à résipiscence. Amener à résipiscence.

résipiscence


RÉSIPISCENCE, s. fém. [Rézipi-sance: 1re é fer.] Reconaissance de sa faûte avec amendement. "Venir à résipiscence. "On n'a point de preuve de sa résipiscence.