résolûment

RÉSOLÛMENT

(ré-zo-lu-man) adv.
Avec une ferme résolution, absolument.
Et tout résolûment je veux que tu te taises [MOL., Tart. II, 2]
J'ai quelque impatience de savoir comment se porte et se comporte cette pauvre petite d'Adhémar ; je m'en vais lui écrire résolûment ; depuis que je me mets à différer, il n'y a plus de fin [SÉV., 8 déc. 1679]
Je vous prie de lui dire [à Panckouke] bien résolûment qu'il ne mette jamais rien sous mon nom [VOLT., Lett. la Harpe, 4 juin 1777]
Je persistai résolûment dans mes refus [GENLIS, Mme de Maintenon, t. I, p. 83, dans POUGENS]
Hardiment, avec courage. Marcher résolûment à l'ennemi.
Songez à répondre résolûment sur ce qu'il pourra vous dire [MOL., Fourber. I, 4]
Pourquoi donc Caton, Brutus, Cassius, Antoine, Othon et tant d'autres se sont-ils tués si résolûment, et que nos chefs de parti se sont laisse prendre, ou bien ont laissé languir leur misérable vieillesse dans une prison ? [VOLT., Dict. phil. Suicide.]
Je le donnai [un morceau de musique] pour être de moi tout aussi résolûment que si j'avais parlé à des habitants de la lune [J. J. ROUSS., Confess. IV]
Décidément.
Résolûment, par force ou par amour, je veux savoir de toi, traître, Ce que tu fais, d'où tu viens avant jour [MOL., Amph. I, 2]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    C'est à un autre sorte de traitté à determiner plus amplement et plus resoluement de ceste matiere [AMYOT, Lysand. 23]
    Condamner ainsi resolument une chose pour faulse et impossible, c'est.... [MONT., I, 200]
    Il envoya dire à M. de Vieilleville, que resoluement il falloit que ses hostes comparussent pour.... [CARL., III, 13]
    Il respondit resolument, quoi qu'il deust avenir de luy, qu'il en verroit la fin [ID., V, 17]
    Je veux resolument rendre à M. de Vieilleville, le gouvernement de Metz que je lui avois donné il y a un an [ID., V, 30]

ÉTYMOLOGIE

  • Résolue, et le suffixe ment.