révérence

révérence

n.f.
1. Sout. Action de révérer ; respect profond : Il m'a parlé avec révérence déférence ; irrespect
2. Mouvement que l'on fait pour saluer, en inclinant le buste et en pliant les genoux : Faire la révérence.
Tirer sa révérence,
s'en aller, quitter qqn avec désinvolture.

révérence

(ʀeveʀɑ̃s)
nom féminin
1. façon de saluer en s'inclinant faire la révérence àdevant la reine
2. grand respect, crainte parler à qqn avec révérence

RÉVÉRENCE

(ré-vé-ran-s') s. f.
Grand respect mêlé d'une sorte de crainte.
Depuis aux bons sergents j'ai porté révérence [RÉGNIER, Sat. VIII]
Ou vous les exécuterez [les décrets] avec révérence, ou vous nous manderez la raison que vous croyez avoir de ne pas le faire [PASC., Prov. XVIII]
Les spectacles et les jeux publics, où la révérence de l'ordre sacerdotal est ravilie [BOSSUET, Ordonn. synodale, 1691]
Que peuvent des évêques qui ont anéanti eux-mêmes l'autorité de leur chaire et la révérence qu'on doit à la succession, en condamnant ouvertement leurs prédécesseurs jusqu'à la source même de leur sacre ? [ID., Reine d'Anglet.]
Il assistait tous les jours au saint sacrifice ; et son attention et sa modestie imprimaient le respect aux âmes les moins touchées de la révérence du lieu et de la sainteté du culte [FLÉCH., Duc de Mont.]
Il [Euchidas] se purifia d'abord, s'aspergeant d'eau sacrée, se couronna de laurier, s'approcha de l'autel, y prit avec révérence le feu sacré.... [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 270, dans POUGENS]
Ayez pour la grammaire un peu de révérence [REGNARD, le Distr. III, 3]
Ô révérence des temps passés et des contrées éloignées, combien tu nous fais dire de sottises ! [RAYNAL, Hist. phil. I, 21]
Fig.
L'histoire, des grands cœurs la plus chère espérance, Que le temps traite seule avecque révérence [ROTR., St-Gen. I, 4]
Populairement. Révérence parler, parlant par révérence, sauf votre révérence, excuse dont on se sert quand on dit quelque chose qui pourrait déplaire ou blesser.
Et moi, monsieur, que j'ai mon haut-de-chausse tout troué par derrière, et qu'on me voit, révérence parler.... [MOL., l'Av. III, 2]
Ce damoiseau, parlant par révérence, Me fait cocu, madame, avec toute licence [ID., Sgan. 16]
Mais dépenser son bien pour acheter du mal, Révérence parler, c'est être un animal [BOURSAULT, Fabl. d'Ésope, II, 6]
Sa vie [de Frédéric II] et, révérence parler, la mienne, sont de plaisants contrastes ; mais enfin il avoue que je suis plus heureux que lui ; c'est un grand point et une belle leçon [VOLT., Lett. d'Argental, 8 nov. 1757]
Titre d'honneur qu'on donnait à certains religieux.
Il n'y a pas même jusqu'aux religieux, qui, nonobstant les continuelles humiliations auxquelles leurs règles et leur profession les obligent, ne se traitent entre eux de Votre Révérence [CAILLIÈRES, Mots à la mode, 2e convers.]
Il dit Votre Révérence à un prince du sang et Votre Altesse à un jésuite [LA BRUY., XI]
En cet emploi, Révérence prend une majuscule. Populairement. On a bien parlé à Sa Révérence, on l'a bien réprimandé, on l'a bien gourmé.
Mouvement du corps pour saluer, qu'on fait soit en s'inclinant, soit en pliant les genoux.
Un jeune homme bien fait, qui, rencontrant ma vue, D'une humble révérence aussitôt me salue : Moi, pour ne point manquer à la civilité, Je fis la révérence aussi de mon côté [MOL., Éc. des f. II, 6]
Apprenez-moi comme il faut faire une révérence pour saluer une marquise ; j'en aurai besoin. - Le maître à danser : Une révérence pour saluer une marquise ? [ID., Bourg. gent. II, 1]
Ô ciel ! quelle ignorance ! Ne savoir pas encor faire la révérence Depuis trois ans et plus qu'elle apprend à danser ! [REGNARD, le Distr. I, 4]
Aux cérémonies de l'ordre du Saint-Esprit et à celles du parlement, on fait les révérences comme on les faisait anciennement, comme les femmes les ont toujours faites [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 288, dans POUGENS]
La vérité de l'histoire ne permet pas de taire qu'elle faisait mal la révérence ; mais elle dansait comme les fées, chantait comme les sirènes.... [VOLT., Zadig, 15]
Il [Voltaire] disait : j'ai les reins peu flexibles ; je consens à faire une révérence ; mais deux de suite me fatiguent [CONDORCET, Vie de Voltaire.]
Mais d'où vient donc, dis-moi, quelque part qu'on s'arrête, en Calabre ou ailleurs, tout le monde se met à faire la révérence, et voilà une cour ; c'est instinct de nature, nous naissons valetaille [P. L. COUR., Lettres, 25 juin 1806]
Fig.
Et faisant révérence à ma bonne fortune [RÉGNIER, Sat. X]
Familièrement. Tirer sa révérence à quelqu'un, le saluer. Quand il passa, je lui tirai ma révérence. Familièrement. Tirer sa révérence, saluer en s'en allant, s'en aller. Je lui dis ce que j'avais à lui dire, et lui tirai ma révérence. Fig. Tirer sa révérence, se dit pour refuser, ne pas se prêter à. Ne comptez pas sur moi en cette affaire, je vous tire ma révérence. Particulièrement. Faire la révérence, sa révérence à quelqu'un, lui présenter ses hommages, et le saluer pour la première fois ou quand on a été quelque temps sans le voir.
Donner commission de lui faire la révérence de notre part [PASC., Prov. IX]
Il [le jeune Grignan] partit le jour de Noël pour aller coucher à Claye, et faire en passant la révérence à Livry [SÉV., 27 déc. 1688]
Quelle folie de s'appeler monsieur et madame de Grignan, et le chevalier de Grignan [des Grignans non de Provence, mais de Salon], et vous venir faire la révérence ! qu'est-ce que ces Grignans-là ? pourquoi n'êtes-vous pas unique en votre espèce ? [ID., 11 oct. 1671]
Fig.
Je fais une révérence à la sainte et modeste sépulture de Mme de Guise, dont le renoncement à celle des rois ses aïeux mérite une couronne éternelle [ID., 29 mars 1696]
Fig. Faire la révérence, s'esquiver, déserter.
Il y eut des vedettes qui, sur de pareilles remontrances, firent une révérence aux leurs, et se rendirent à nous [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 214]
Terme de manége. Faire la révérence, se dit d'un cheval qui fait un faux pas.
Sorte d'hommage rendu à un souverain, en certaines occasions. Le roi a reçu les révérences.
Les voyages de Noisi sont plus fréquents que jamais, les révérences y sont plus réglées, les fontanges tout à fait établies [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, 7 avril 1685]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E depeschad [brisa] le serpent de arain que Moyses fist faire, pur ço que la gent jesque à cel tens li ourent ported reverence plus que faire ne dussent e fait oblatiuns [, Rois, 406]
  • XIIIe s.
    Ma mere est : si la crieng d'enfance, Ge li port moult grant reverence [, la Rose, 10794]
    Et prioit par grant reverence Nostre-Seigneur, que par les merites du benoict saint Loys le delivrast de si grant langueur [, Miracles St Loys, p. 137]
    Reverence est cele vertus qui nos fait honor rendre as nobles persones et à celles qui ont aucune seignorie [BRUN. LATINI, Trésor, p. 432]
  • XIVe s.
    Lequel, oïz les noms des legaz, et le don, et le dieu à qui il estoit tramis, commença à avoir reverence à la bezongne [BERCHEURE, f° 107, verso.]
  • XVe s.
    Adonc se montra ledit roi à tout le peuple qui là estoit assemblé ; et, quand ils le virent venir, tous s'inclinerent contre lui et lui firent la reverence [FROISS., III, IV, 52]
    Fist le roy d'Angleterre encores une plus grant reverence [salutation] [COMM., IV, 10]
    Ge vous prie que vous veuilliez vestir mon habit de reverence [, Perceforest, t. I, f° 139]
  • XVIe s.
    Il eut en si grande reverence la gravité venerable de ses propos et de sa conversation, que.... [AMYOT, Philop. 27]
    Reverence à [pour] la religion [MONT., I, 17]
    Ils regardent à sa reverence, à son maintien et à ses bottes quel homme il est [ID., I, 147]
    Je vis du jour à la journée, et, parlant en reverence, ne vis que pour moy [ID., III, 290]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. reverencia, reverensa ; espagn. reverencia ; ital. riverenza, du lat. reverentia, de revereri, révérer.

révérence

RÉVÉRENCE. n. f. Respect profond, vénération. Il faut traiter les choses saintes avec révérence. Vous devez lui porter honneur et révérence.

Pop., Sauf révérence, révérence parler, en parlant par révérence, Formules d'excuse pour dire une chose qui pourrait blesser. Elles ont vieilli.

RÉVÉRENCE est aussi un Titre d'honneur qu'on donne à certains religieux. Votre Révérence veut-elle... Je prie Votre Révérence de remarquer...

Il désigne encore le Mouvement du corps qu'on fait pour saluer, en s'inclinant et en pliant les genoux. Grande, humble, profonde révérence. Révérence de cour. Faire la révérence bas, bien bas. Faire la révérence de mauvaise grâce. Elle fait ses révérences trop longues, trop courtes.

Fam., Tirer sa révérence à quelqu'un, Le saluer. Il signifie, particulièrement, Saluer en s'en allant, s'en aller. Je lui dis nettement ma façon de penser et je lui tirai ma révérence. Figurément, Je vous tire ma révérence, ne comptez pas sur moi.

reverence

Reverence qu'on porte à aucun, Obseruantia.

Reverence qu'on fait à aucun à cause de son excellence, Veneratio, Reuerentia.

Avoir en reverence, Venerari, Vereri, Obseruare aliquem, Colere, Admirari.

reverence

Avoir en tres-grande reverence, Percolere.

Faire la reverence, C'est proprement honorer aucun par s'abbaisser devant luy en flechissant un genoil quant aux hommes, et deux genoux quant aux femmes, Flexo ac incuruato genu adorare. Il se prend aussi pour saluër celuy qui est plus dignifié, que celuy qui le saluë, parce qu'en le saluant on flechit le genoil devant luy. Selon ce on dit, Je luy ay fait desja la reverence, Iam illum salutaui. Je luy iray faire la reverence, Salutatum ibo. A. Gell. lib. 20. c. 1.

Reverence Papale, est prestation d'obeissance faite par un Prince, ou une Republicque au Pape nouvellement creé. Enguerrand de Monstrelet livre 1. chap. 64. Les Florentins vindrent devers le Pape Jean I. et luy firent reverence Papale, et estoient 300. chevaux, dont y avoit 18. chevaliers, vestus de vermeil à beaux plumas pailletez d'or, et y avoit 6. Trompettes, 2. Herauts, et 10. hommes joüans d'instrumens de Musique.

Sauf la reverence du Roy, Salua Regis majestate.

La reverence de son pere ne l'en a peu desmouvoir, Non eum patria majestas potuit depellere. Liu. lib. 23.

Aller tous les jours faire la reverence aux juges, et se recommander à eux, Faire tous les jours la court aux juges, Obnoxias quotidie factitare salutationes. B.

A qui feray-je la reverence? Quos accedam?

On luy fit la reverence, Assurrectum illi.

Il me font la reverence, ils, etc. Salutant, ad coenam vocant.

Digne qu'on luy face reverence et qu'on l'honore, Venerabilis, Venerandus.

Qui fait la reverence, Venerabundus.

Consumer le temps à faire la reverence, Salutationibus tempus consumere.

Avec reverence, Reuerenter.

Pour la reverence, Honoris causa.

Sans reverence, Irreuerenter.

révérence


RÉVÉRENCE, s. f. RÉVÉRENCIELLE, adj. fém. RÉVÉRENCIEUX, EûSE, adj. RÉVÉRER, v. act. [Révérance, ciè-le, ré-véré, ran-cieû, cieû-ze: 1re et 2e é fer. 3e lon. au 1er; 2d, 3e et 4e, é fer. au dern.] Révérer, honorer, respecter. "Révérer les reliques, les images, les Rois, les Puissances, les Lois. = Il se dit plus particulièrement des persones et des chôses saintes et sacrées. Voy. après RÉVÉREND.
   RÉVÉRENCE est 1°. Respect, vénération. "Vous lui devez respect et révérence. Il faut traiter les chôses saintes avec révérence. — Il est vieux en ce sens. Acad. Il se soutient encôre un peu, quand on parle des chôses saintes, mais son contraire irrévérence est fort en usage. = 2°. Titre d'honeur, qu'on done aux Religieux, qui sont Prêtres. = 3°. Mouvement du corps qu'on fait pour saluer. "Faire la révérence: c'est un grand faiseur de révérences.
   Plus bas, encor plus bas. Mon Dieu, quelle ignorance!
   Ne savoir pas encor faire la révérence.
       Le Distrait.
  .....Je n'ai jamais su par qui ni coment,
  Ils ont pu se brouiller, mais naturellement
  Je crois qu'à rassembler toutes les aparences,
  On pourroit parier pour l'homme aux révérences.
       Le Flateur.
= Aler faire la révérence à un Grand; aller lui rendre ses respects.
   RÉVÉRENCIELLE ne se dit qu'avec crainte. C'est un terme de Palais. Le sentiment~ mélé de crainte et de respect, que les enfans doivent avoir pour leurs pères et mères.
   RÉVÉRENCIEUX ne se dit que dans le 3e sens de Révérence. Qui afecte de faire quantité de révérences. Il ne se dit que par moquerie. "Voilà un homme bien révérencieux.

Synonymes et Contraires

révérence

nom féminin révérence
1.  Littéraire. Respect profond.
2.  Mouvement de salutation.
salut -familier: courbette, plongeon -littéraire: prosternation, prosternement.
Traductions

révérence

bow, reverence, curtsey, curtsy

révérence

הדרת קודש (נ), יקר (ז), קידה (נ), יָקָר, קִדָּה

révérence

buiging, eerbied, ontzag, revérence, reverentie [religie]

révérence

inchino, riverenza

révérence

敬畏

révérence

vördnad

révérence

คารวะ

révérence

[ʀeveʀɑ̃s] nf
(= salut) (d'un homme)bow; (d'une femme)curtsey
tirer sa révérence (fig) → to take one's leave, to pass on
(= vénération) → reverence