rôt

rôt

[ ro] n.m.
Vx Rôti.
Remarque: Ne pas confondre avec rot.

RÔT

(rô ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas) s. m.
Viande rôtie à la broche.
L'un me brûle mon rôt en lisant quelque histoire ; L'autre rêve à des vers quand je demande à boire [MOL., F. sav. II, 7]
Gros rôt, grosse pièce de viande rôtie. Petit rôt, menu rôt, les poulets, bécasses, etc. Du rôt de chien, des coups de bâton.
Il faut qu'il ait du rôt de chien [CHEVALIER, Désol. des filous, sc. 11, dans POUGENS]
Manger son pain à la fumée du rôt, envier quelque chose de bon qui est apprêté pour un autre, être témoin de quelque plaisir auquel on ne peut prendre part. Il est à pot et à rôt dans cette maison, il y mange matin et soir, il y est très familier.
Dans les festins et dans les grandes tables, service qui suit immédiatement celui des potages et des entrées, que le repas soit en gras ou en maigre. On est au rôt.
J'allais sortir enfin quand le rôt a paru [BOILEAU, Sat. III]
Il s'est dit pour repas en général.
Le bruit cesse, on se retire ; Rats en campagne aussitôt ; Et le citadin de dire : Achevons tout notre rôt [LA FONT., Fabl. I, 9]
Deux perroquets, l'un père et l'autre fils, Du rôt d'un roi faisaient leur ordinaire [ID., ib. X, 12]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Cil amainent pocins en rost, Fabliaux [BARBAZAN, t. IV, p. 96]
    Et en l'iave et en rost ont la char cuisiné [, Ch. d'Ant. V, 16]
  • XVIe s.
    Qui est celuy de nous si aspre, qu'il batte et fouette son vallet, pour avoir il y a cinq ou six jours bruslé le rost ? [AMYOT, Comm. refrén. la col. 28]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. RÔTIR ; prov. raust ; ancien catal. rost.

rot

ROT. n. m. Expulsion bruyante de gaz de l'estomac. Il est bas.

rôt

RÔT. n. m. Rôti, viande rôtie à la broche.

Gros rôt, La grosse viande rôtie, comme longe de veau, dindon, etc. Petit rôt, menu rôt, Les poulets, perdrix, bécasses, bécassines, ortolans, etc.

Prov. et fig., Manger son pain à la fumée du rôt, Être témoin, spectateur d'un divertissement, d'un plaisir auquel on ne peut avoir part.

RÔT se dit aussi, dans les repas d'apparat, du Service qui suit immédiatement celui des potages et des entrées. On vient de servir le rôt. On en est au rôt.

rot


ROT, s. m. ROTER, v. n. [Ro, roté, 2e é fer.] Rot est une ventosité, qui sort, par la bouche, de l'estomac avec bruit. Roter, c'est faire un rot. — On évite de se servir de ce mot. Acad.

rôt


RôT, s. m. ROTI, s. m. ROTIE, s. f. ROTIR, v. act. [Rôt, difère du précédent par l'ô qui est long: il est bref dans les aûtres. On écrivait autrefois rost, rosti, rostir, etc. Quand on suprima l's, on la remplaça par l'accent circonflexe; mais cet accent ne convient que sur l'o du premier, qui est long.] Rôt, ou roti, viande rotie à la broche. = Quand Boileau travaillait à sa 3e satire, il demanda à M. Du Broussin, fameux gourmet, s'il fallait dire le rôt ou le roti: il répondit qu'on pouvait dire l'un et l'aûtre; mais que rôt était plus noble. Servir le rôt. Brossette. L'Acad. les dit tous deux indiféremment. Rôt s'est conservé dans les expressions proverbiales, ce qui prouve qu'il était aûtrefois le plus usité. Molière s'est servi de rôt dans les Femmes Savantes.
   L'un me brûle mon rôt en lisant quelque histoire.
Et La Fontaine.
   Qu'il a fait un larcin de rôt ou de fromage.
Et Boileau de roti dans la Satire des Femmes.
   Aussitôt de chez eux tout roti disparut.
Il y a aparence que la mesûre du vers a ocasioné dans l'un et l'aûtre cette préférence respective. = On dit, proverbialement, être à pot et à rôt dans une maison, y être fort familier, y manger habituellement. V. FUMÉE.
   ROTIE, tranche de pain qu'on fait rotir sur le gril ou devant le feu: rotie au vin, au beurre, à l'huile. "Mettre des roties sous des bécasses, des grives.
   ROTIR, c'est faire cuire de la viande à la broche. "Rotir une perdrix, un chapon, un lièvre, etc. = Faire rotir, c'est faire griller. Faire rotir de la viande, du poisson, du pain sur le gril. = C'est aussi faire cuire à la braise. Faire rotir des marrons. = Rotir, v. n. et se rotir, v. réc. "Prenez garde que la viande ne rotisse, ou ne se rotisse trop. Voy. Bouillir, Balai.
   ROTIR se dit aussi de l'éfet que caûse la trop grande ardeur du soleil. "Le soleil a roti tous les bourgeons des vignes. "Que faites-vous là à rotir, à vous rotir au soleil?

Traductions

rôt

asado