racinage

(Mot repris de racinages)

RACINAGE

(ra-si-na-j') s. m.
Terme collectif par lequel on désigne les racines alimentaires, raves, carottes, salsifis, navets, betteraves.
Terme de teinture. Nom qu'on donne à la décoction de la racine, de l'écorce et des feuilles du noyer, et de la coque des noix.
Dans les gris et racinage des laines,... la petite rousseur que leur donnera la garance servira d'un commencement de racines, [, Instr. gén. pour la teinture, 18 mars 1674, art. 214]
L'arrêt.... concernant la teinture en noir des étoffes de la fabrique de Reims, après un bain de racine de noyer, sera exécuté selon la forme et teneur ; en conséquence, enjoignons aux teinturiers d'envoyer au bureau de visite toutes les étoffes qui seront destinées à être teintes en noir, après le racinage qu'ils en auront fait, pour ledit racinage être vu et examiné, et lesdites étoffes revêtues, dans le cas où la bonté du racinage aura été reconnue, d'un plomb portant ces mots, bon pour noir, [, Lett. pat. 22 juill. 1790, Champagne, art. 14]
Dessin imitant des racines, qu'on forme sur les couvertures des livres et quelquefois sur le dos.
Bois d'acajou : le racinage se fait comme celui du bois de noyer, [, Manuel du relieur, p. 153, Roret, 1827]

REMARQUE

  • Racine.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

racinage

RACINAGE. s. m. Décoction d'écorce de feuilles de noyer, de coques de noix, propre pour la teinture.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

racinage


RACINAGE, s. m. Décoction d'écorce et de feuilles de noyer, et de coques de noix, propres pour la teinture.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788