ramoitir

RAMOITIR

(ra-moi-tir) v. a.
Rendre moite de nouveau. La terre s'était séchée, cette pluie l'a ramoitie. Terme d'imprimerie. Ramoitir les balles, les tympans, les humecter avec une éponge imbibée d'eau. On ramoitit aussi le papier, avant de s'en servir pour l'impression.
Se ramoitir, v. réfl. Devenir plus moite.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    La moisture des palus esveus [aqueux] et terre ramoitie d'icelluy pays qui siet vers les marches de Flandre [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., à, et moite.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

ramoitir

RAMOITIR. v. a. Rendre moite. Ce brouillard a ramoiti le linge qui était déjà séché.

Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Du linge qui se ramoitit.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

ramoitir

Ramoitir, Madefacere, Humectare, Insuccare.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

ramoitir


RAMOITIR, v. act. RAMOLLIR ou RAMOLIR, v. act. [ramoa-ti, moli.] Rendre moite. Rendre mou. "Le brouillard à ramoiti le linge, qui était dèjà séché. "Le soleil ramolit la cire: les pluies ramolissent la têrre.
   Rem. Quelques Auteurs ont dit au figuré, ramolir le courage, être ramoli par les plaisirs: on dit plutôt amolir. = Trév. met ramolissant, adj. l'Acad. ne le met pas.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788