ramolli, ie

RAMOLLI, IE

(ra-mo-li, lie) part. passé de ramollir
Rendu mou. Terrain ramolli par les pluies. Fig.
Les Mèdes, autrefois si laborieux et si guerriers, mais à la fin ramollis par leur abondance, comme il arrive toujours, avaient besoin d'un tel général [BOSSUET, Hist. III, 4]
Néologisme et fig. Devenu hébêté, par allusion au ramollissement du cerveau, qui éteint les facultés intellectuelles. Il est ramolli, et, substantivement, c'est un ramolli.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877