rasseoir

rasseoir

[ raswar] v.t.
Asseoir de nouveau : Il rassied ou rassoit ou rasseoit l'enfant dans son siège.

se rasseoir

v.pr.
S'asseoir de nouveau, après s'être levé : Elle s'est rassise après avoir exposé l'ordre du jour.

rasseoir

(səʀaswaʀ)
verbe pronominal
s'asseoir à nouveau L'étudiante s'est rassise à sa place après son exposé.

rasseoir


Participe passé: rassis
Gérondif: rasseyant

Indicatif présent
je rassieds
tu rassieds
il/elle rassied
nous rasseyons
vous rasseyez
ils/elles rasseyent
je rassois
tu rassois
il/elle rassoit
nous rassoyons
vous rassoyez
ils/elles rassoient
Passé simple
je rassis
tu rassis
il/elle rassit
nous rassîmes
vous rassîtes
ils/elles rassirent
Imparfait
je rasseyais
tu rasseyais
il/elle rasseyait
nous rasseyions
vous rasseyiez
ils/elles rasseyaient
je rassoyais
tu rassoyais
il/elle rassoyait
nous rassoyions
vous rassoyiez
ils/elles rassoyaient
Futur
je rassiérai
tu rassiéras
il/elle rassiéra
nous rassiérons
vous rassiérez
ils/elles rassiéront
je rassoirai
tu rassoiras
il/elle rassoira
nous rassoirons
vous rassoirez
ils/elles rassoiront
Conditionnel présent
je rassiérais
tu rassiérais
il/elle rassiérait
nous rassiérions
vous rassiériez
ils/elles rassiéraient
je rassoirais
tu rassoirais
il/elle rassoirait
nous rassoirions
vous rassoiriez
ils/elles rassoiraient
Subjonctif imparfait
je rassisse
tu rassisses
il/elle rassît
nous rassissions
vous rassissiez
ils/elles rassissent
Subjonctif présent
je rasseye
tu rasseyes
il/elle rasseye
nous rasseyions
vous rasseyiez
ils/elles rasseyent
je rassoie
tu rassoies
il/elle rassoie
nous rassoyions
vous rassoyiez
ils/elles rassoient
Impératif
rassieds (tu)
rassois (nous)
rasseyons (vous)
rassoyons (ils/elles)
rasseyez ()
rassoyez ()
Plus-que-parfait
j'avais rassis
tu avais rassis
il/elle avait rassis
nous avions rassis
vous aviez rassis
ils/elles avaient rassis
Futur antérieur
j'aurai rassis
tu auras rassis
il/elle aura rassis
nous aurons rassis
vous aurez rassis
ils/elles auront rassis
Passé composé
j'ai rassis
tu as rassis
il/elle a rassis
nous avons rassis
vous avez rassis
ils/elles ont rassis
Conditionnel passé
j'aurais rassis
tu aurais rassis
il/elle aurait rassis
nous aurions rassis
vous auriez rassis
ils/elles auraient rassis
Passé antérieur
j'eus rassis
tu eus rassis
il/elle eut rassis
nous eûmes rassis
vous eûtes rassis
ils/elles eurent rassis
Subjonctif passé
j'aie rassis
tu aies rassis
il/elle ait rassis
nous ayons rassis
vous ayez rassis
ils/elles aient rassis
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rassis
tu eusses rassis
il/elle eût rassis
nous eussions rassis
vous eussiez rassis
ils/elles eussent rassis

RASSEOIR

(ra-soir) v. a.Il se conjugue comme asseoir.
Asseoir de nouveau, replacer. Rasseoir un enfant. Rasseoir une statue renversée.
Fig. Reposer, calmer.
C'est ce qui doit rasseoir votre âme effarouchée [MOL., Mis. II, 1]
Mon seul soin devait être de gagner du temps, pour raffermir mes sens et rasseoir mon imagination [J. J. ROUSS., Ém. V]
Se rasseoir, v. réfl. Se remettre assis. Rasseyez-vous. Rasseyons-nous. Avec ellipse du pronom personnel. Il s'était levé, on le fit rasseoir.
Fig. Se reposer, se calmer, revenir à une situation tranquille.
Ses discours insolents m'ont mis l'esprit en feu, Et je veux prendre l'air pour me rasseoir un peu [MOL., Tart. II, 2]
Il me semble que tout commence à se rasseoir ici [DIDER., Père de famille, V, 7]
Le malheureux.... ne connaît pas.... Une âme où, dans ses maux, comme en un saint asile, Il puisse fuir la sienne et se rasseoir tranquille [A. CHÉN., Élégies, 23]
Le peuple ne se rassoira pas qu'il n'ait abattu ses ennemis [BABŒUF, Pièces, I, 138]
Avec ellipse du pronom personnel. Je suis trop ému, laissez rasseoir mon esprit.
S'épurer en se reposant. Le vin se rassied par le repos.
Pour donner le temps à la fécule bleue [de l'indigo] de se précipiter au fond de la cuve, où on la laisse se rasseoir jusqu'à ce que l'eau soit totalement éclaircie [RAYNAL, Hist. phil. VI, 17]
Avec ellipse du pronom personnel.
L'eau de pluie, lorsqu'on la laisse rasseoir en quelque vase [DESC., Météor. 7]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Bonnes [bornes] esracier [arracher] et puis rasseir, en autrui desheritant por soi aheriter [BEAUMANOIR, XXX, 27]
  • XIVe s.
    Quant le miel sera bien cuit et escumé, si le laissiez rasseoir [, Ménagier, II, 5]
    Barat [le dol] s'est delez moy assis, Et commenca par mos rassis à parler attrempéement [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 24]
  • XVe s.
    Et se delogerent les Anglois.... et se mirent sur les champs, et trouverent les terres rassises et le beau temps venu [FROISS., II, III, 43]
    Je François Villon escolier, Considerant de sens rassis.... Qu'on doit ses œuvres employer [VILLON, Petit test.]
  • XVIe s.
    Mais jamais ne sut rien de sa contenance chose où pust rasseoir jugement [MARG., Nouv. X]
    Au plus rassis, la peur engendre de terribles esblouissements [MONT., I, 61]
    Je l'ay veu [mon père] demonter sa selle, la reaccommoder, et s'y rasseoir, fuyant tousjours à bride avallée [ID., I, 368]
    Craignant que, s'il attentoit de remuer sans dessus dessoubs tout le gouvernement de la ville, il n'eust pas puis après assez de puissance pour la rasseoir et restablir en la forme qui seroit la meilleure [AMYOT, Solon, 23]
    Après que sa frayeur fut un peu rassise.... [ID., P. Aem. 38]
    Aratus, avec un visage rassis et une parole doulce, leur dit qu'ils se rasseissent en leurs places [ID., Aratus, 50]
    Que le pain ne soit trop rassis ne trop tendre, mais moyen entre deux [PARÉ, XXIV, 22]
    ....Et Platon [dit] qu'en vain un esprit rassis et sain frappe aux portes de la poësie [CHARRON, Sagesse, I, 15]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et asseoir ; wallon, rassir ; picard, rassir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RASSEOIR. - HIST. XIIIe s. Ajoutez :
    Lors vint avant li rois de Saint Denis Vers l'apostole [le pape], congé li a requis Moult humblement com sages et rassis [, les Enfances Ogier, publiées par Scheler, Bruxelles, 1874, V. 7381]

rasseoir

RASSEOIR. (Il se conjugue comme ASSEOIR.) v. tr. Asseoir de nouveau. Il faut rasseoir ce malade, cet enfant. Rasseyez-vous. Je m'étais levé, mais il me fit rasseoir.

Il signifie aussi Replacer solidement. Ras seoir une statue sur sa base.

Rasseoir un fer à cheval, Le rattacher solidement.

RASSEOIR s'emploie figurément et signifie Reposer, calmer, remettre dans une situation tranquille. Donnez-lui le temps de rasseoir ses esprits, de rasseoir son esprit. Voilà de quoi rasseoir les esprits.

Il se dit également en parlant des Liquides qui s'épurent en se reposant, en reposant. Ce vin a besoin de se rasseoir. Il faut laisser rasseoir ce vin. Il faut faire rasseoir ce liquide.

Le participe passé RASSIS s'emploie adjectivement. Pain rassis, Pain qui n'est plus tendre.

De sens rassis, Sans être ému, sans être troublé. Il a fait cela de sens rassis. Parlez-vous de sens rassis? Cet homme est toujours en colère, il n'est jamais de sens rassis.

Esprit rassis, Esprit calme, mûri par la réflexion. Ce jeune homme n'a pas encore l'esprit rassis. On dit dans le même sens : Un homme rassis.

RASSIS est encore nom masculin et désigne un Fer de cheval qu'on remet, qu'on rattache, qu'on rassied avec des clous neufs lorsqu'il est encore bon.

rasseoir

Rasseoir, Residere.

rasseoir


RASSEOIR ou RASSOIR, v. réc. actif et neut. RASSIS, ISE, adj. [Ra-soar, ci, cî-ze; 2e lon. au dern.] Le verbe se conjugue comme asseoir. = 1°. S'asseoir une seconde fois. "Rasséyez-vous: je ne veux pas me rassoir; il s'est rassis. = 2°. V. n. S'épurer en se reposant. "Il faut laisser rassoir ce vin; sa bile, ses esprits: il faut faire rassoir ces liqueurs. = Fig. Il est trop ému: laissez rassoir son esprit; et activement, donez-lui le tems de rassoir ses esprits, ou son esprit.
   Ses discours insolens m'ont mis l'esprit en feu;
   Et je vais prendre l'air, pour me rasseoir un peu.
       Mol.
= 3°. V. act. Remettre, ratacher ce qui s'est détaché. "Rassoir une pierre, un fer au pied d'un cheval.
   RASSIS, adj. Pain rassis, qui n'est plus tendre ou frais. = Esprit rassis, posé, réfléchi. = De sang rassis, ou, de sens rassis, adv. sans être ému, sans être troublé. "Il est toujours en colère; il n'est jamais de sang rassis. "Il n'étoit pas de sens rassis, quand il l'a dit: il ne l'a pas fait de sens rassis. — L'Acad. a adopté le premier; Trév. a préféré le 2d; et il me parait aussi préférable. On pourrait dire les deux en diverses ocasions. L'un quand il s'agit d'une émotion qui est dans le sang, comme dans le 1er exemple; l'aûtre quand il s'agit d'un trouble qui est dans l' esprit, comme dans les deux derniers. = Rassis ne se dit pas tout seul des persones. "J'allai l'autre jour aux petites maisons pour entendre un fou... Il m'amusa beaucoup en me prouvant qu'il existoit seul. Je ne crois pas qu'il eût fait des Sectateurs rassis. Le Phil. du Valais. On dit, de sens rassis.