recevable

recevable

adj.
1. Qui peut être reçu, admis : L'excuse de cet élève n'est pas recevable acceptable, admissible ; inacceptable, inadmissible
2. Dans le langage juridique, se dit d'une demande en justice à laquelle rien ne s'oppose : Votre plainte n'est pas recevable.

recevable

(ʀəsəvabl)
adjectif
qui peut être reçu Votre plainte n'est pas recevable.

RECEVABLE

(re-se-va-bl') adj.
Qui peut, qui doit être reçu ou admis, en parlant des choses. Fournir des marchandises bonnes et recevables.
Il est évident qu'il n'y eut jamais de bulle moins recevable que celle-ci [PASC., Prov. XIX.]
Je soutiens, moi, que cette excuse, tout apparente qu'elle peut être, n'est point communément recevable [BOURDAL., Dim. oct. du St Sacrement, Dominic. t. I, p. 290]
Les actes de sainte Thècle sont-ils recevables ? [VOLT., Dict. phil. Paul.]
Qui peut être admis à, en parlant des personnes.
Il y a des biens de l'âme, des biens du corps et des biens de fortune ; quant aux biens de l'âme, le méchant n'y a point de part ; pour les deux autres, il y est recevable [MALH., Traité des bienf. de Sénèque, V, 13]
Que si l'on n'est pas recevable à faire voir.... [BOSSUET, Euch. III, 3]
On est d'autant moins recevable ici d'alléguer l'exemple commun.... [MASS., Confér. Amb des clercs.]
Terme de palais. Il a été déclaré non recevable dans sa demande, sa demande a été repoussée par des fins de non-recevoir.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    La semonce de l'hostel le roi doit estre recevable segont la loi où cil est [, Livre de jost. 83]
  • XVIe s.
    J'estime aussi peu recevable, Au moins pour durer longuement, Cette ardeur qu'on croit veritable, Du premier regard s'allumant [DESPORTES, Amours d'Hippolyte, LXXXVIII, Chanson.]
    Il estoit fort amoureux de la musique aussi bien que des vers ; car il en faisoit qui estoient recevables [D'AUB., Hist. II, 129]

ÉTYMOLOGIE

  • Recevoir.

recevable

RECEVABLE. adj. des deux genres. Qui est admissible, qui peut être admis, qui doit être reçu. Fournir des marchandises bonnes et recevables. Cette excuse n'est pas recevable, Ce délai passé, on ne sera plus recevable à produire de nouveaux titres. Des offres recevables, des offres non recevables, etc.

En termes de Procédure, Il a été déclaré non recevable dans sa demande, Sa demande a été rejetée par des fins de non-recevoir.

recevable

Recevable, Declarez non recevables à encherir, Summoti ab hasta vel auctione. B.

Declarer le demandeur non recevable, Petitorem exceptione excludere.

Declarer quelqu'un non recevable à pouvoir estre esleu, ou pourveu de quelque estat, comme indigne et incapable d'iceluy, Rationem alicuius non habere.

recevable


RECEVABLE, adj. RECEVEUR, s. m. RECEVOIR, v. act. RÉCEPTION, s. f. [Re-cevable, veur, voar, récèp-cion; les deux prem. e muet au 3 prem. 1re é fer. 2e è moy. au 4e.] Recevoir, c'est 1°. Accepter ou prendre ce qui est doné, présenté ou ofert, sans qu'il soit dû. "Recevoir des présens, un don, ou quelque chôse en don. = Et neutralement, aimer à recevoir. "Il vaut mieux doner que recevoir. = Recevoir, accepter (syn.) "Nous recevons ce qu' on nous done, ou qu'on nous envoie: nous acceptons ce qu'on nous ofre. "On reçoit les grâces: on accepte les services. Recevoir exclut simplement le refus: accepter semble marquer un consentement plus exprês. "Il faut toujours être reconnoissant des bienfaits qu'on a reçus. Il ne faut jamais rejeter ce qu'on a accepté. Gir. Synon. = 2°. Être payé de ce qui est dû. "Recevoir de l'argent, une rente, un payement, un remboursement. = 3°. Il se dit de ce qu'on nous envoie et qui nous est remis entre les mains. "Recevoir des lettres, un paquet, une requête. = 4°. Comencer d'avoir, de ressentir. "Recevoir des grâces, des bienfaits: recevoir un coup, une blessûre, un grand domage, du chagrin ou du plaisir. = 5°. Il se dit des grâces de Dieu. "Recevoir la foi, le don de la perséverance. "Les Apôtres reçurent le Saint-Esprit: des Sacremens: recevoir le Batême, la confirmation, les Ordres, l'Absolution, la bénédiction nuptiale, etc. Il a reçu tous ses Sacremens, se dit d'un malade à qui l'on a administré le Viatique et l'Extrême-Onction. = 6°. En parlant des persones, acueuillir. "On l'ala recevoir au bas de l'escalier: le Roi l'a três-bien reçu. "J'ai été fort mal reçu. "Il reçoit fort bien son monde. "Les énemis ont été reçus à grands coups de canon. = 7°. En parlant des chôses, agréer, accepter. "Recevoir les ofres, les propositions, les excuses. "Cela a été bien ou mal reçu; aprouvé ou désaprouvé. = 8°. Doner retraite. "Je l'ai reçu chez moi, lorsqu'il était sans azile. "On a fait défenses à qui que ce soit de le recevoir. = 9°. Admettre. Recevoir, ou être reçu dans un corps, dans une compagnie, dans un régiment. = Recevoir un Concile, une Bulle, de nouvelles lois. "C'est un principe généralement reçu. = 10°. Être susceptible de... "La cire reçoit toutes les figûres; et cet homme, toutes les impressions qu'on veut lui doner. = 11°. On dit qu'une proposition reçoit de la dificulté, ou ne reçoit pas de dificulté, pour dire, qu'il y a beaucoup ou qu'il n'y a rien à objecter; et qu'un passage peut recevoir divers sens, diverses interprétations, pour dire, qu'il en est susceptible.
   REM. De Saci emploie recevoir avec un nom sans article. "Ne recevoir consolation d'aucune créature. Cela est contre l'usage actuel. On dit, ne recevoir de consolation, de secours d'aucun endroit. Et sans négative, recevoir de la consolation, du secours, etc. = Recevoir a souvent pour 2d régime l'ablatif. "Il a reçu de grandes grâces du Roi. "Il fut bien reçu de son père.
   RÉCEPTION, action par laquelle on reçoit des lettres, des papiers, des ballots, etc. "La réception d'une lettre, d'un paquet, d'une lettre de change. Acuser la réception d'un paquet, etc. = Acueuil, manière de recevoir les persones. Faire une bone ou une mauvaise réception à quelqu'un. = Action par laquelle on est reçu dans une charge. "Le jour de sa réception au Parlement. "Prendre rang selon l'ordre de sa réception. = Dans les deux prem. acceptions, ce mot a le sens actif; dans la 3e, le sens passif.
   Rem. Les autres dérivés de recevoir, ont le 1er e muet: celui de réception est fermé: telle est la bisarrerie de l'usage.
   RECEVABLE, qui doit être admis, reçu. "Des ofres recevables, ou non recevables. "Aprês l'an, on n'est pas recevable à faire un retrait. Non recevable. Voyez IRRECEVABLE.
   RECEVEUR, qui a charge de faire une recette. "Le receveur d'une terre, des tâilles, des amendes. Receveur général, provincial, particulier, etc. Receveur du Clergé. = La femme d'un Receveur s'apèle en certains endroits, Mde la Receveûse.
   REÇU, s. m. Quitance sous seing privé, ainsi apelée parce qu'elle comence par ces mots: j'ai reçu de Mr. un tel, etc. "Je vous en donerai un reçu: j'en ai votre reçu.

Synonymes et Contraires

recevable

Traductions

recevable

zulässig

recevable

ontvankelijk

recevable

přípustné

recevable

tutkittavaksi

recevable

[ʀ(ə)səvabl] adj
(ADMINISTRATION) [dossier, plainte] → admissible
[argument] → acceptable