recoquiller

(Mot repris de recoquillerai)

RECOQUILLER

(re-ko-ki-llé, ll mouillées, et non re-ko-ki-yé) v. a.
Retrousser en forme de coquille.
Cette queue qu'ils [les sapajous] plient, qu'ils étendent, dont ils recoquillent ou développent le bout à volonté [BUFF., Quadrup. t. VII, p. 285]
Ce sont ces espèces de moucherons qui, s'attachant en grand nombre aux feuilles des arbres et des plantes, les recoquillent [BONNET, Observ. pucerons.]
Se recoquiller, v. réfl. Devenir recoquillé.
Les fleurs des silene sericea et amoena s'épanouissent la nuit, et se recoquillent pendant le jour [DE CANDOLLE, Instit. Mém. scienc. ph. et math. Sav. étrangers, t. 1, p. 340]

PROVERBE

    Il n'y a point de si petit ver qui ne se recoquille, si l'on marche dessus, il n'y a point de si petit ennemi qui ne songe à se défendre et à nuire, quand on l'attaque.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ses pieds estoient chaussez d'un rouge brodequin, Duquel sur le devant une corne s'esleve, Qui se recoquilloit jusqu'à demi la greve [jambe] [RONS., 840]
    Recoquiller un livre [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et coquille. Le Berry dit recroquillé, qui se trouve aussi dans l'ancienne langue, et qui vient d'un autre radical, probablement croc.

recoquiller

RECOQUILLER. v. tr. Retrousser en forme de coquille. Pourquoi avez-vous recoquillé les feuillets de mon livre? Il est familier.

SE RECOQUILLER signifie Se rouler, se replier sur soi-même. Les feuilles de cet arbre se sont toutes recoquillées. Les vers de terre se recoquillent. Il est populaire.

recoquiller

Recoquiller.