recoupe

recoupe

n.f.
Résidu provenant de la transformation de semoules en farine ; remoulage.

RECOUPE

(re-kou-p') s. f.
Morceaux d'étoffe qui restent quand on taille des vêtements.
On fait [en Chine] plus de cas de celui qui sait tirer parti des recoupes de la gaze, que de celui qui résoudrait le problème des trois corps [RAYNAL, Hist. phil. I, 21]
Partie des pierres qu'on abat en les taillant pour les mettre en œuvre. On fait encore une autre espèce de stuc.... qui est composé de recoupes de marbre blanc bien pulvérisées et mêlées avec de la chaux éteinte, Dict. des arts et mét. Marbrier.
Des mélanges formés d'une mesure de pouzzolane, de deux mesures de chaux éteinte, et d'une mesure de recoupes de pierre [VICAT, Instit. Mém. Acad. scienc. t. III, p. CLIV.]
Il se dit aussi des métaux.
Il y avait dans des boîtes des recoupes d'or et d'argent [J. J. ROUSS., Conf. I]
Il se dit des éclats de pierres dont on se sert quelquefois pour affermir les allées des jardins.
La recoupe y [à Versailles] brûle les pieds ; mais, sans cette recoupe, on y enfoncerait dans les sables [SAINT-SIMON, 410, 149]
Seconde coupe de trèfle, de foin, etc. pour les bestiaux ; on dit plus souvent regain.
Deuxième farine tirée du son séparé du gruau.
On appelle aussi recoupes, des chapelures de pain, des croûtes, et les petits morceaux qui restent sur les bonnes tables après les repas ; les pauvres en font du potage.
Nom que l'on donne aux eaux-de-vie préparées par mixtion d'alcool à un degré élevé avec de l'eau simple. On dit aussi dédoublé.
Recoupes se dit, en basse Bourgogne, de la dernière goutte tirée du raisin, laquelle a ordinairement mauvais goût et est mise à part ; ainsi nommées sans doute parce qu'on coupe et recoupe à coups de hache le marc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et autant comme ils prennent de ces gruyaux ou recoppes, autant mettent ils d'avoine avec [, Ménagier, II, 4]
    Une recoupe d'un ais [DU CANGE, axa.]
  • XVIe s.
    La vigne ainsi retaillée reproduira des raisins celle mesme saison, si d'aventure telle recouppe, se treuve faite dans le mois de mai [O. DE SERRES, 198]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et coupe.

recoupe

RECOUPE. n. f. Il se dit de Morceaux d'étoffe qui restent quand on taille des vêtements. Ce tailleur tire parti des recoupes.

Il se dit aussi des Parties de pierres qui peuvent servir à divers usages.

Il se dit encore de la Nouvelle farine qu'on tire du son remis au moulin. Faire du pain de recoupe.

recoupe


RECOUPE, s. f. RECOUPETTE, s. f. [1re e muet: 3e e muet au 1er, è moy. au 2d: on ne prononce qu'un seul t: pète.] Le 1er se dit de ce qui s'emporte des pierres en les tâillant. "Garnir une allée avec de la recoupe. Il se dit aussi de la farine qu'on tire du son remis au moulin. = Le 2d est la troisième farine qu'on tire du son des recoupes mêmes.