recrépir

(Mot repris de recrépissant)

RECRÉPIR

(re-kré-pir) v. a.
Crépir de nouveau. Recrépir une muraille. Fig.
[Vous dites à chaque génération] : Recrépis le vieux mur écroulé sur ta race [LAMART., Harm. IV, 13]
Par extension. Recrépir un visage, en cacher les rides à l'aide du fard.
Une pommade du Pérou qui rend le teint uni comme un miroir, et recrépit les trous de la petite vérole [DANCOURT, l'Opér. Barry, prol. SC. 4]
Fig. Donner à un ouvrage de littérature un remaniement qui en masque quelques défauts comme fait le recrépissage d'un mur.
Ce qu'il y a de plaisant, c'est qu'en recrépissant ce vieux genre subalterne [Arlequin et Scaramouche], l'auteur prétend avoir ressuscité le bon comique de Molière [LAHARPE, Correspond. t. III, p. 189]
Lemierre.... a voulu recrépir un Térée qui était tombé [ID., ib. t. V, p. 351]
Recrépir une vieille histoire, un conte, les rajeunir, leur donner une forme nouvelle.
Fig. Recrépir quelqu'un, lui donner quelque fortune, quelque lustre.
Saint-Hérem avait été grand louvetier, et avait vendu à Heudicourt pour le recrépir [SAINT-SIMON, 97, 25]
Fig. Masquer, cacher.
La dissimulation farde les amitiés nouvelles, et recrépit les vieilles haines [DUFRÉNY, Double veuvage, III, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et crépir.

recrépir

RECRÉPIR. v. tr. Crépir de nouveau. Recrépir un vieux mur. Mur recrépi.
Traductions

recrépir

rintonacare