recuit, uite

RECUIT, UITE1

(re-kui, kui-t') part. passé de recuire
Cuit de nouveau. Un gigot recuit, parce qu'il n'était pas assez cuit.
Extrêmement cuit. Croûtes recuites.
La cendre qui est recuite et entassée dans le foyer [DESC., Météor. 6]
Ancien terme de médecine. Il se dit des matières échauffées.
Comme ces humeurs ont été engendrées par une longue succession de temps, elles y sont recuites et ont acquis cette malignité qui fume vers la région du cerveau [MOL., Am. méd. II, 5]
Fig. Retors, subtil (sens vieilli).
M. Guillemeau a été un courtisan recuit et rusé [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 256]