reculement

RECULEMENT

(re-ku-le-man) s. m.
Action de reculer. Le reculement d'une voiture.
Embarras de carrosses, cris dans la rue, flambeaux allumés, reculements et gens roués [SÉV., 388]
Fig. Action de mettre dans une position mauvaise, d'écarter.
Il n'est inquiété que du reculement de ses affaires [BALZ., le Prince, ch. 16]
Ubilla trouva les affaires si à l'abri de toutes contradictions intérieures par le reculement de la reine.... [SAINT-SIMON, 8, 57]
Fig. Action d'étendre, de porter plus loin.
Une vaste capacité qui s'étend non-seulement aux affaires du dehors, ....au reculement des frontières par la conquête de nouvelles provinces..., mais qui sache aussi se renfermer au dedans [LA BRUY., X.]
Terme de sellier. Pièce du harnais qui soutient la voiture quand le cheval recule.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Par dessus son commandement vous ne devez avoir reculement, reffus, retardement ou delay [, Ménagier, I, 6]
  • XVIe s.
    Ils ne font point ces cessions et ces reculements là pour reverence qu'ils portent à la vertu.... [AMYOT, Com. discern. le flat. 29]
    Les reculements de messieurs de Montmorency et de Brion [reculés, mis à l'écart par François Ier] [MONT., II, 114]
    Que les hommes ne peuvent bien s'accommoder et faire leur proffit sans le dommage et reculement les uns des autres [CHARRON, De la Sagesse, I, 41]

ÉTYMOLOGIE

  • Reculer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RECULEMENT. Ajoutez :
    Terme juridique. Servitude de reculement, obligation de reculer un mur, un bâtiment.
    Le plan d'alignement a pour effet de grever les terrains bâtis de la servitude de reculement [DUCROCQ, Droit administratif, t. II, p. 32]

reculement

RECULEMENT. n. m. Action de reculer. Le reculement d'une charrette.

Il se dit aussi de l'Action de reporter en arrière. Ce mur est sujet à reculement.

En termes de Sellier, il désigne la Pièce de harnais d'un cheval de trait, qui sert à le soutenir en reculant, principalement à la descente.

reculement

Reculement, Recessus, huius recessus, Amotio.

Reculement et refus qu'on fait de faire quelque chose, Detrectatio.