reculer

reculer

v.t. [ de cul ]
1. Déplacer vers l'arrière : Votre voiture gêne le passage, il faudrait la reculer avancer
2. Reporter plus loin, à une certaine distance : Reculer les limites d'un champ repousser
3. Reporter à un moment ultérieur : Pourrions-nous reculer la date de notre rendez-vous ? ajourner, différer, retarder
v.i.
1. Aller en arrière : Reculez, vous êtes trop près du téléviseur s'éloigner ; s'approcher, s'avancer
2. Perdre du terrain ; rétrograder : Le Premier ministre recule dans les sondages régresser ; avancer, progresser baisser ; se maintenir
3. Céder devant une difficulté ; renoncer : Il recule facilement devant le danger se dérober ; résister, tenir
Reculer pour mieux sauter,
retarder inutilement une décision que l'on doit prendre.

se reculer

v.pr.
Se porter en arrière : Elle se recula pour les laisser passer.

reculer


Participe passé: reculé
Gérondif: reculant

Indicatif présent
je recule
tu recules
il/elle recule
nous reculons
vous reculez
ils/elles reculent
Passé simple
je reculai
tu reculas
il/elle recula
nous reculâmes
vous reculâtes
ils/elles reculèrent
Imparfait
je reculais
tu reculais
il/elle reculait
nous reculions
vous reculiez
ils/elles reculaient
Futur
je reculerai
tu reculeras
il/elle reculera
nous reculerons
vous reculerez
ils/elles reculeront
Conditionnel présent
je reculerais
tu reculerais
il/elle reculerait
nous reculerions
vous reculeriez
ils/elles reculeraient
Subjonctif imparfait
je reculasse
tu reculasses
il/elle reculât
nous reculassions
vous reculassiez
ils/elles reculassent
Subjonctif présent
je recule
tu recules
il/elle recule
nous reculions
vous reculiez
ils/elles reculent
Impératif
recule (tu)
reculons (nous)
reculez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais reculé
tu avais reculé
il/elle avait reculé
nous avions reculé
vous aviez reculé
ils/elles avaient reculé
Futur antérieur
j'aurai reculé
tu auras reculé
il/elle aura reculé
nous aurons reculé
vous aurez reculé
ils/elles auront reculé
Passé composé
j'ai reculé
tu as reculé
il/elle a reculé
nous avons reculé
vous avez reculé
ils/elles ont reculé
Conditionnel passé
j'aurais reculé
tu aurais reculé
il/elle aurait reculé
nous aurions reculé
vous auriez reculé
ils/elles auraient reculé
Passé antérieur
j'eus reculé
tu eus reculé
il/elle eut reculé
nous eûmes reculé
vous eûtes reculé
ils/elles eurent reculé
Subjonctif passé
j'aie reculé
tu aies reculé
il/elle ait reculé
nous ayons reculé
vous ayez reculé
ils/elles aient reculé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse reculé
tu eusses reculé
il/elle eût reculé
nous eussions reculé
vous eussiez reculé
ils/elles eussent reculé

RECULER1

(re-ku-lé) v. a.
Porter en arrière. Reculez la table. Reculez cette chaise de la cheminée.
Reporter plus loin. Il faut reculer cette muraille. Reculer les bornes, les frontières d'un État, l'agrandir.
Trajan, qui avait rétabli la gloire du nom romain chez les étrangers, et reculé les frontières de l'empire par des victoires signalées [CONDIL., Étud. hist. III, 3]
Et toujours créateur même alors qu'il imite, De son art étonné recule la limite [MILLEV., Invent. poét.]
Écarter, éloigner.
Mais il est des objets que l'art judicieux Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux [BOILEAU, Art p. III]
La lumière du jour ....ne renaît que pour éclairer sa nudité, son impuissance [du voyageur perdu dans le désert], et pour lui présenter l'horreur de sa situation en reculant à ses yeux les barrières du vide [BUFF., Quadrup. t. V, p. 15]
Éloigner quelqu'un du but, une affaire de son issue. La disgrâce de son protecteur l'a bien reculé.
Cette indiscrétion de ma part servirait plutôt à reculer vos affaires qu'à les avancer [VOLT., Lett. d'Argence, 3 sept. 1770]
Ajourner, retarder.
Tous mes soins, tous mes vœux hâtent cette vengeance, Ta perte la recule, et ton salut l'avance [CORN., Pomp. IV, 4]
N'eût-il [Horace] que d'un moment reculé sa défaite, Rome eût été du moins un peu plus tard sujette [ID., Hor. III, 6]
C'est un accident qui a fait reculer son mariage [MOL., Méd. m. lui, II, 6]
Je crois que la pension des menins n'a point été retranchée ni reculée [SÉV., 23 avr. 1690]
[Philopoemen] à voir agir les Romains dans la Macédoine, jugea bien que la liberté de la Grèce allait expirer, et qu'il ne qui restait plus qu'à reculer le moment de sa chute [BOSSUET, Hist. III, 6]
Sans reculer plus loin l'effet de ma parole, Je vous rends dans trois mois au pied du Capitole [RAC., Mithr. III, 1]
Lorsque étendu sur le lit de votre douleur, la mort sera à la porte, vous la croirez encore loin ; vous reculerez encore l'affaire de votre salut et la proposition qu'on vous fera, d'appeler un ministre de Jésus-Christ [MASS., Carême, Impén. fin.]
Porter au loin dans le temps.
Ces peuples [les Japonais] ont eu aussi la manie de reculer leur origine [DIDER., Opin. des anc. philos. [Japonais].]
V. n. Aller en arrière, exécuter la progression en sens inverse de la direction ordinaire et naturelle. La voiture recula. Ce cheval a de la peine à reculer.
Reculez un peu pour la troisième [révérence] [MOL., Bourg. gent. III, 19]
Fig.
Les femmes qui se sentent finir d'avance par la perte de leurs agréments, voudraient reculer vers la jeunesse [MONTESQ., Lett. pers. 52]
Terme de marine. On dit que les vents reculent, lorsque, au lieu de tourner de gauche à droite, comme lorsqu'ils vont du sud au nord en passant par l'ouest, ils reviennent du nord au sud en passant de même par l'ouest. S. m.Terme de manége. Le reculer, action par laquelle le cheval se déplace dans un ordre inverse à celui des mouvements progressifs.
Il se dit des armes à feu que l'explosion fait aller en arrière. Un canon recule par l'effet de la réaction égale à l'action.
Se retirer en arrière.
Pourrait-on reculer en combattant sous vous ? [CORN., Médée, IV, 3]
Ah ! coquin ! ah ! canaille ! vous en voulez par là !... soutenez, marauds ; soutenez.... comment, vous reculez ! [MOL., Fourber. II, 9]
Si je me défends, ce n'est qu'en reculant [ID., F. sav. IV, 3]
Hé quoi ! loin d'approcher, vous reculez tous deux ! [RAC., Théb. IV, 3]
Et toi, soleil.... Toi qui n'osas du père éclairer le festin, Recule, ils t'ont appris ce funeste chemin [ID., Iphig. V, 4]
Le flot qui l'apporta recule épouvanté [ID., Phèdre, V, 6]
Il ne recule jamais, on ne l'a jamais vu reculer, se dit d'un homme très brave.
C'est Merci avec ses braves Bavarois, enflés de tant de succès et de la prise de Fribourg ; Merci qu'on ne vit jamais reculer dans les combats [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Cela se dit aussi de celui qui soutient son opinion avec fermeté. On dit dans le même sens : Il aimerait mieux se faire hacher en pièces, que de reculer.
10° Fig. Renoncer, céder, en parlant des personnes.
J'accepte la proposition, et ne suis point personne à reculer lorsqu'on m'attaque d'amitié [MOL., Fourber. III, 1]
Vous reculez, lui dis-je en l'interrompant, vous reculez, mon père : vous abandonnez le principe général [PASC., Prov. IV]
Poursuis, Néron ; avec de tels ministres Par des faits glorieux tu te vas signaler ; Poursuis ; tu n'as pas fait ce pas pour reculer [RAC., Brit. V, 6]
Il était dangereux pour vous de reculer [ID., Bajaz. V, 4]
C'est un mauvais orgueil de croire qu'on ne peut avoir tort ; c'est une faiblesse de n'oser reculer, quand on sent qu'on nous a fait faire une mauvaise démarche [MASS., Pet. carême, Écueils piét. grands.]
Je crois qu'il ne peut plus reculer sur ce point [DESTOUCHES, Irrésolu, I, 2]
Quand il devrait un peu m'en coûter [pour le Corneille avec les commentaires], je ne reculerai pas [VOLT., Lett. d'Argental, 28 juill. 1761]
Savoir reculer à propos pour gagner ensuite plus de terrain [D'ALEMB., Éloges L. Verjus.]
Reculer pour mieux sauter, temporiser pour mieux prendre ses avantages.
Si je recule, c'est pour mieux sauter [CYRANO DE BERG., Pédant joué, IV, 2]
On recule souvent, dit-on, pour mieux sauter [TH. CORN., D. Cés. d'Avalos, II, 1]
Il a reculé pour mieux sauter, il a sacrifié un petit avantage présent pour en obtenir plus tard un beaucoup plus grand. Cela se dit aussi quand, après un mauvais succès, on en obtient un signalé ; et, en sens inverse, quand on évite un petit inconvénient pour tomber dans un plus grand.
11° Il se dit des choses qui ne réussissent pas. Ses affaires reculent au lieu d'avancer.
12° Être ajourné.
Le baptême de M. le duc de Chartres recule ; et je ne puis partir qu'il ne soit fait [MAINTENON, Lett. à l'abbé Gobelin, 3 sept. 1675]
13° Perdre l'avance qu'on avait. La civilisation recula dans ce pays sous la domination des conquérants étrangers.
Qui n'avance pas dans les voies de Dieu recule [MASS., Profess. relig. 2]
Les Espagnols avancent quand nous reculons ; ils ont fait plus de progrès en deux ans que nous n'en avons fait en vingt [VOLT., Lett. d'Argental, 6 mai 1768]
14° Aller plus loin, s'écarter.
L'homme a fait reculer peu à peu les bêtes féroces, il a purgé la terre de ces animaux gigantesques.... [BUFF., Anim. domestiques.]
15° Différer, éviter de faire. On le presse d'agir, il recule toujours. Il recula devant une proposition si hardie. Reculer à, ne pas se soumettre à, craindre de.
Hé bien ! oui, puis qu'il veut te choisir pour juge, je n'y recule point [MOL., l'Av. IV, 4]
Comme je l'avais sur moi, et qu'apparemment je reculais à l'ôter, n'y a-t-il plus rien à mettre, disais-je, est-ce là tout ? [MARIVAUX, Marianne, 3e part.]
Il ne recule à rien, il n'est aucun travail qu'il n'accepte.
Je ne recule à rien, tout tombe sur mon dos [HAUTEROCHE, Deuil, SC. 9]
La Fontaine a dit dans ce sens : reculer de.
Avant le coup demandez la cédule : De la donner je ne crois qu'il recule [LA FONT., Sav.]
Il n'y a plus moyen de reculer, il n'y a plus à reculer, on ne peut plus échapper, différer.
Mes révérends pères, il n'y a plus moyen de reculer : il faut passer pour des calomniateurs convaincus, et recourir à votre maxime, que cette sorte de calomnie n'est pas un crime [PASC., Provinc. X]
Comment lui déclarer votre mariage ? cependant il n'y a plus à reculer [D'ALLAINVAL, Éc. des bourg. I, 2]
Reculer trop loin à, trop différer.
Ayant rejeté les yeux sur votre lettre, j'ai vu qu'elle était datée du 7 courant, et que ce serait reculer trop loin à vous faire connaître que je l'ai reçue [CORN., Lett. au P. Boulard, 30 mars 1652]
16° Se reculer, v. réfl. Aller en arrière, s'écarter.
Et pour la décevoir, il use d'une feinte, Se recule en passant, et se laisse frapper [MAIRET, M. d'Asdrub. V, 1]
Les premiers jours, il fallait voir comme elle se reculait d'auprès de moi, et puis elle reculait plus doucement, et puis petit à petit elle ne reculait plus [MARIV., Double inconst. I, 6]
17° Être différé.
C'est toujours dans cette vue de vous plaire que je me conserve et que j'ai soin de moi, étant très persuadée que l'heure de ma mort ne se peut ni avancer, ni reculer [SÉV., 318]
Le retour du roi se recule toujours [ID., 1er juillet 1676]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cuidiez vos ore qu'alasse reculant ? Je nel feroie por l'onor d'Abilant [, Li coronemens Looys, V. 2438]
    Plus d'une archiée ont païen reculé [, Bat. d'Aleschans, V. 5856]
  • XIIIe s.
    L'en doit bien reculer pour le plus loin saillir [, Berte, XII]
    Et fist le flun escluser et reculer contre-mont [, Chr. de Rains, 102]
    Chascuns Turs de bien faire moult forment se pena, Dusqu'au chief d'une rue nos François recula [, Ch. d'Ant. VI, 919]
    Si brisa leur navie [contre une île], et perit grand multitude de l'ost, si que il n'en eschappa que environ XXX mille hommes, qui se reculerent [réfugièrent] sur ceste isle [MARC POL, p. 545]
  • XIVe s.
    Et les etrusques legions n'ont mie reculé [BERCHEURE, f° 44, recto.]
  • XVe s.
    Ils ressoignent et reculent, car ils ne sont pas gens pour combattre à nous [FROISS., I, I, 121]
    Ils se reculerent droit vers les seigneurs [COMM., I, 11]
    Il [Louis XI] reculla de luy toutes gens que il avoit acoustumé [ID., VI, 7]
  • XVIe s.
    Ilz reculoient tousjours à mettre la main à l'œuvre [AMYOT, Cam. 52]
    Les ennemis s'espouvanterent si fort qu'ilz reculerent arriere.... il en fit fouir les uns jusques aux plus reculez quartiers de la ville, les autres de frayeur se rendirent [ID., Cor. 10]
    Ilz se retirerent en reculant pas à pas en arriere [ID., Pélop. 59]
    Il n'y avoit sorte de combat à laquelle il reculast [ID., Marcel. 2]
    Toutes choses estoient si prestes, qu'il ne pouvoit reculer à ce voyage [ID., Cimon, 34]
    À mesure que la mémoire leur fournit la chose entiere et presente, ils reculent si arriere que leur narration... [MONT., I, 34]
    Le reculer leur estant interdict par la foule [ID., II, 38]
    Ny nostre hardiesse, ny nostre couardise ne la peuvent advancer ou reculer [la mort] [ID., III, 131]
    De cheval qui recule au plus tost te delivre [COTGRAVE, ]
    Pour neant recule qui malheur attend [ID., ]
    Qui contre esguillon recule deux fois se poind [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et culer ; wallon, reskoulé ; bourguig. requeulai ; provenç. et espagn. recular ; ital. rinculare.

RECULER2

(re-ku-lé) s. m.
Sorte de lime d'horloger.

reculer

RECULER. v. tr. Tirer ou pousser un objet en arrière. Reculez un peu votre chaise. Reculez la table. Reculez-vous de là. Il se recula bien loin d'eux.

Reculer une muraille, une haie, un fossé Les reporter plus loin. Il faut reculer de deux mètres cette muraille.

Fig., Reculer les bornes, les frontières d'un État, Les porter plus loin, accroître le territoire de cet État.

RECULER signifie au figuré Éloigner quelqu'un du but qu'il se propose, retarder, ajourner quelque affaire. Cet événement a fort reculé ses projets, a reculé ses affaires, l'a fort reculé. Ce succès recula sa perte. Il a reculé ses paiements de six mois.

RECULER est aussi intransitif et signifie Aller en arrière. Faites reculer cette voiture. Comment voulez-vous qu'il recule? Le canon recule en tirant. Reculer d'un pas. Faites reculer tout le monde.

Il se dit aussi, figurément, des Affaires et des personnes. Vos affaires reculent au lieu d'avancer. Il n'avance point, il recule tous les jours. Souvent c'est reculer que de ne point avancer. Il est trop avancé pour reculer.

Il ne recule jamais, on ne l'a jamais vu reculer se dit d'un Homme très brave; et, figurément, d'un Homme qui soutient avec fermeté ses droits, ses opinions. Il aimerait mieux se faire tuer que de reculer.

Prov. et fig., Reculer pour mieux sauter se dit lorsqu'On n'évite un inconvénient, un danger présent qu'en s'exposant pour l'avenir à un inconvénient, à un danger plus grave.

RECULER signifie encore, figurément, Différer, éviter de faire quelque chose qu'on exige ou qu'on désire de nous. Je voudrais qu'il me rendît ses comptes, mais il recule toujours. Il n'y a plus moyen de reculer. Je l'ai tellement pressé, qu'il ne peut plus reculer. Quelque proposition que vous lui fassiez, il est homme à ne pas reculer.

Le participe passé RECULÉ s'emploie adjectivement et signifie Qui est éloigné, lointain. Il loge dans le quartier de la ville le plus reculé. Il se renferme dans la partie la plus reculée de sa maison. Les régions les plus reculées. L'antiquité la plus reculée. La postérité la plus reculée.

reculer

Reculer, quasi Culum et tergum versus ire, Re vault icy autant que Retro, Encore disons nous Tirer le cul arriere.

Il les a fait reculer, c. rebourser chemin, Auertit eos retro. Liu. lib. 23.

Se reculer, Recedere, Iter retro vertere, Gradum referre, Retro cedere, Pedem referre, Pedem reuocare, Regredi.

Faire reculer sa beste, en tirant la bride à soy, Fraenos inhibere.

Faire reculer, Gradu mouere, Submouere.

Faire reculer le monde, Submouere turbam.

Tu t'es trop reculé d'icy, Nimium istoc abisti.

Reculez vous, Ite cessim.

Reculé et loingtain, Sepositus.

Un peu plus reculé, ou plus loingtain de la mer, Retractior a mari.

Estre reculé et repoussé, Dimoueri gradu.

Estre reculé de son honneur, De gradu dignitatis dimoueri.

¶ Reculer et ne vouloir point venir au point, Fuir et ne vouloir point venir à la raison, Tergiuersari, Cessim ire.

Qui recule et ne veut venir au point, Tergiuersator.

Reculer ou retarder quelque affaire, Promouere, Terent.

S'excusant, reculer ou refuser de faire quelque chose: ou Remonstrer qu'il ne seroit pas raisonnable, Recusare, B.

Un proces prest à juger, reculé, Causa iudicationi matura retro inhibita, B.

Choses reculées fort loing, Secretissimae res.

Avoir reculée, Se retirer et reculer, Habere regressum.

Synonymes et Contraires

reculer

verbe intransitif reculer
3.  Suivre une évolution négative.
4.  Céder devant un obstacle.
atermoyer, lâcher pied, plier, se dérober -familier: caler, flancher, se dégonfler -littéraire: ployer -populaire: caner, canner, se déballonner.

reculer

verbe transitif reculer
1.  Placer vers l'arrière.
Traductions

reculer

(ʀəkyle)
verbe transitif
1. mettre en arrière reculer sa chaise
2. faire plus tard reculer un rendez-vous reculer une décision

reculer

abtreten, aufschieben, fristen, nachgeben, stunden, vertagen, verzögern, weichen, einräumen, überlassen, übertragen, zedieren, zurückweichen, ärschen, scheuenrecoil, adjourn, cede, delay, give way, postpone, yield, fall back, recede, give in, give up, relinquish, walk back, walk backwards, cringe, get back, kick, quail, stand back, accommodate, assign, back up, defer, go backward, grant, procrastinate, pull back, push back, put off, regress, resist, retrogress, set back, shelve, step back, back, retreatachteruitgaan, uitstellen, aanhouden, achteruitlopen, afstaan, terugdeinzen, teruggaan, teruglopen, toegeven, verdagen, verlopen, verschuiven, wijken, terugzetten, hetveldruimen, terreinverliezen, zwichten, achteruitzetten, terugdeizen (voor), terugschrikken, terugtrekken, terrein verliezenנסוג (נפעל), נרתע (נפעל)cedir, retardargive efter, udsættecedi, dorseniri, prokrasti, regresi, retroiri, retropaŝiaplazar, ceder, diferir, retrocederväistyäelodáz, enged, halaszt, halogatcedere, indietreggiare, arretrare, regredire, retrocedere, rinculare, tirarsi indietroodkładać, przesuwaćabdicar, adiar, alhear, ceder, procrastinar, submeter-se, transigirîntîrziacedereteslim etmek뒤로
verbe intransitif
1. aller en arrière Je suis trop près, je recule. Attention, la voiture recule !
2. ne plus vouloir faire qqch Je ne peux plus reculer maintenant.
3. diminuer La pauvreté a reculé.

reculer

[ʀ(ə)kyle]
vi
(aller en arrière) → to move back
reculer de quelques pas → to take a few steps back
Il a reculé pour la laisser entrer → He stepped back to let her in.
reculer pour mieux sauter (fig) → to put off the inevitable
[automobiliste, voiture] → to reverse, to back up
J'ai reculé pour laisser passer le camion → I reversed to let the lorry past.
(= se dérober) → to back down
Ce n'est pas le moment de reculer → It's not the moment to back down.
reculer devant [+ danger, difficulté] → to shrink from
[civilisation, épidémie] → to be on the decline
vt
[+ meuble, objet] → to move back
[+ véhicule] → to reverse, to back up
[+ limites] → to extend
reculer les limites du possible → to push back the frontiers of what is possible
[+ date, décision] → to postpone
Ils ont reculé la date du spectacle → They postponed the show.