redan

(Mot repris de redans)

redan

ou

redent

n.m.
Dans l'architecture médiévale, découpure en forme de dent dont la répétition constitue un ornement.

REDAN

(re-dan) s. m.
Retranchement simple composé de deux faces qui se coupent en formant un angle saillant.
Les deux tranchées ont des places d'armes fréquentes et des communications par des lignes et des redans parallèles à la place [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 7]
Ils vous étourdissent de flancs, de redans, de ravelins, de fausses braies, de courtines et de chemins couverts [LA BRUY., XII]
Ligne à redans, retranchement à intervalles ou continu composé de redans, ou de redans et de lignes droites. Batterie à redans, batterie dont la crête intérieure est brisée de manière à former des angles saillants et des angles rentrants.
Ressauts que l'on fait de distance en distance, en construisant un mur sur un terrain en pente, pour conserver le niveau.
Par analogie, il se dit de la disposition d'un terrain, de montagnes en redans.
Je lui faisais observer les redans des montagnes dont les angles correspondants et parallèles forment dans l'espace qui les sépare un lit digne du fleuve qui le remplit [J. J. ROUSS., Hél. IV, 17]
À chaque redan du rocher croissaient des touffes de chênes nains, des buis et des lauriers-roses [CHATEAUBR., Itin. part. 3]
Gradin d'un banc d'ardoise en exploitation.
Terme de marine. Se dit des entailles faites en sens opposés, dans deux pièces qu'on veut rendre solidaires l'une de l'autre.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Redent [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • L'orthographe redent donne aussitôt l'étymologie : re, et dent, ouvrage à dents. Pellisson écrivait aussi redent.

redan

REDAN. n. m. T. d'Architecture. Il se dit des Ressauts qu'on est obligé de faire de distance en distance, en construisant un mur sur un terrain de pente. Un mur construit par redans.

En termes de Fortification, il se dit des Lignes, des faces qui forment des angles saillants et rentrants, de manière à se flanquer réciproquement.

redan


REDAN, s. m. [1re e muet.] Pièce de fortifications à angles saillans et rentrans, dont les faces se flanquent réciproquement.