redoublé, ée

REDOUBLÉ, ÉE

(re-dou-blé, blée) part. passé de redoubler
Réitéré avec une sorte d'augmentation.
Des nouvelles redoublées qu'on a que non seulement M. le duc de Lorraine, mais aussi toutes les troupes de Lunebourg vont marcher sur la Moselle [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 365]
Mme de Coulanges soutint fort bien sa réputation ; elle brilla dans toutes ses réponses ; les épigrammes étaient redoublées, et la Dauphine entend tout [SÉV., 419]
Du salpêtre en fureur l'air s'échauffe et s'allume, Et des coups redoublés tout le rivage fume [BOILEAU, Ép. IV]
Si j'en crois ses serments redoublés mille fois [RAC., Bérén. I, 4]
Quelle insolente main frappe à coups redoublés ? [ID., Athal. V, 1]
La vertu ne laisse pas de réussir quelquefois, mais ce n'est qu'à force de temps et de preuves redoublées [FONTEN., Vauban.]
Augmenté beaucoup. Une dose redoublée de quinquina supprima la fièvre.
Mon crime redoublé n'émeut point ta colère ? [CORN., Hor. IV, 7]
J'opine à n'aller à Rennes que pour la semaine sainte, afin de n'être point exposée à l'éloquence redoublée des prédicateurs en faveur du parlement [SÉV., 19 févr. 1690]
Chez tous les conviés la joie est redoublée [BOILEAU, Sat. III]
Qui offre des replis.
En cercles redoublés De son corps sinueux les replis sont roulés [DELILLE, Paradis perdu, IX]
En termes militaires, pas redoublé, pas qui se fait une fois plus vite que le pas ordinaire. En musique, pas redoublé, marche sur le rhythme du pas redoublé. L'ouverture du Serment par Auber contient un pas redoublé. Fig.
Votre pouls inégal marche à pas redoublés [BOILEAU, Ép. III]
Rimes redoublées, se dit quand, dans une pièce ou un fragment de pièce de poésie, les mêmes rimes reviennent sans autre condition que l'alternance régulière des masculines et des féminines.
Il n'est pas vrai qu'il [Chapelle] fut le premier qui se servit des rimes redoublées ; d'Assouci s'en servait avant lui [VOLT., Louis XIV, Écrivains, Chapelle.]
Terme de musique. Intervalle redoublé, intervalle simple porté à son octave.
En grammaire, prétérit, parfait, redoublé, prétérit, parfait caractérisé par le redoublement.
S. m. Le redoublé, culture qui succède à une autre de même sorte.