redoublement

redoublement

n.m.
1. Fait de redoubler, de croître en force, en intensité : Le redoublement de la grêle. Un redoublement de fureur recrudescence
2. Fait de redoubler une classe.

REDOUBLEMENT

(re-dou-ble-man) s. m.
Action de redoubler, augmentation considérable.
On va commencer à respirer [après les succès qui suivirent le passage du Rhin] ; mais quel redoublement de douleur à Mme de Longueville et à ceux qui ont perdu leurs chers enfants ! [SÉV., 20 juin 1672]
Ce redoublement d'amour lui parut une infidélité, et lui causa le même déplaisir que la diminution lui en aurait dû causer [LAFAYETTE, Zayde, Œuvres, t. I, p. 357, dans POUGENS]
Le redoublement de larmes, lorsqu'il lui avait parlé de la mort du prince de Navarre, l'avait frappé [ID., Comtesse de Tende, Œuvres compl. t. II, p. 282]
Ils sentent un redoublement d'ardeur et de force [FLÉCH., Aiguillon.]
Mon partage [après le Commentaire sur Corneille] fut le redoublement de la haine et de la calomnie de ceux que mes faibles succès rendaient mes éternels ennemis [VOLT., Lett. la Harpe, 22 janv. 1773]
En termes de médecine, augmentation périodique ou irrégulière d'une maladie en général.
La pauvre Mme de Coulanges a une grosse fièvre avec des redoublements [SÉV., 313]
Et le bonhomme enfin, à quatre-vingt-neuf ans, Malgré sa fièvre lente et ses redoublements.... [REGNARD, Distrait, II, 1]
Comme un homme qui, ayant soutenu longtemps les atteintes d'une vive douleur, fait enfin connaître son mal par un cri qu'un redoublement aigu lui arrache [VOLT., Zadig, VIII]
Fig.
Le repos et la nourriture ne sont-ils pas de faibles remèdes de la continuelle maladie qui nous travaille ? et celle que nous appelons la dernière, qu'est-ce autre, à le bien entendre, qu'un redoublement et comme le dernier accès du mal que nous apportons en naissant ? [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Cette maladie [l'augmentation des troupes] a ses redoublements, et elle devient nécessairement contagieuse [MONTESQ., Esp. XIII, 17]
Il est dans un état d'admiration continue avec des redoublements [BONNET, 6e lett. hist. nat.]
En grammaire grecque, sanscrite, latine, gothique, réduplication de la syllabe radicale du verbe, plus ou moins affaiblie, qui sert à caractériser surtout des parfaits, et aussi des verbes intensifs et désidératifs, ou primitivement intensifs.
Terme de musique. Note qui, dans un accord, est doublée, répétée à une ou plusieurs octaves.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Redoublement [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Redoubler.

redoublement

REDOUBLEMENT. n. m. Accroissement, augmentation considérable. Redoublement d'ennui, de douleur, de joie, de tendresse.

En termes de Médecine, il se dit des Augmentations périodiques ou irrégulières dans l'intensité des symptômes d'une maladie, et particulièrement des fièvres. Un redoublement de fièvre. Avoir une fièvre continue avec des redoublements.

En termes de Grammaire grecque, il désigne la Répétition de la consonne initiale du radical devant l'augment, au parfait des verbes. L'augment et le redoublement.

redoublement

Redoublement, Conduplicatio, Congeminatio.

redoublement


REDOUBLEMENT, s. m. REDOUBLER, v. act. et neutre. [1re e muet, 3e e muet au 1er, é fermé au 2d.] Acroissement, augmentation. "Redoublement de chagrin, d'ennui, de joie. = En parlant de la fièvre, il s'emploie sans régime. "Fièvre continûe, avec des redoublemens. "Le malade est dans son redoublement, etc.
   REDOUBLER c'est, 1°. Réitérer avec quelque sorte d'augmentation. "Redoubler ses prières, ses instances, ses sollicitations, ses soins, ses éforts. = 2°. Augmenter, acroître. "Ce que vous lui avez dit a redoublé son afliction. "La fièvre lui a redoublé son mal de tête. Acad. Sauf meilleur avis, il me semble que lui et son est un pléonasme, une redondance, et qu'on doit dire, a redoublé son mal de tête; ou lui a redoublé le mal de tête. = V. n. "Le froid a redoublé: la fièvre lui a redoublé. "Ma crainte redouble; et avec la prép. de pour régime. "Redoubler de soins, d'atention, de courage.
   Il verra que mon coeur, plein de son infortune,
   Redoublera pour lui de tendresse et d'amour.
       Dest. Le Glorieux.
Et en style prov. redoubler de jambes, marcher plus vite. = Le réciproque se redoubler est peu usité, le neutre ayant le même sens. Cependant quelques Écrivains l'ont employé. "Ses tendresses se redoubloient avec son estime. Boss. "En le voyant, sa fureur se redouble. TÉLÉM. On dit plutôt: Sa tendresse redoublait; sa fureur redouble.
   Non, mon coeur ne sent plus une barbare haine...
   Dieux! elle se redouble, au moment où je voi
   L'objet, qui la nourrit, paroitre devant moi.
       Campistron.
Le Poète avait besoin d'une syllabe de plus. Peut-être sans cela aurait-il dit, redouble. Du moins faut-il le dire en prôse.
   REDOUBLER, c'est aussi remettre une doublure: redoubler un habit, etc.

Synonymes et Contraires
Traductions

redoublement

raddoppiamentoWiederholungherhalingповторение重複opakovánígentagelseחזרה반복 (ʀədubləmɑ̃)
nom masculin
scolaire fait de recommencer une même année à l'école le redoublement de la sixième

redoublement

[ʀ(ə)dubləmɑ̃] nm
(ÉDUCATION)repeating a year
le redoublement d'un troisième élève → the third student to repeat a year
(= intensification) redoublement d'effort → increased effort
redoublement d'attention → increased attention
(LINGUISTIQUE) [lettre] → doubling