redressé, ée

REDRESSÉ, ÉE

(re-drè-sé, sée) part. passé de redresser
Rendu droit.
Ses serpents [de la Furie], redressés sur sa tête effroyable, Poussent tous à la fois d'horribles sifflements [DELILLE, Énéide, VII]
Terme de botanique. Se dit quelquefois d'une tige dont le bas est couché sur la terre, et qui se dresse ensuite.
Relevé.
Un rival orgueilleux.... A détruit le lutrin par nos mains redressé [BOILEAU, Lutr. V]
Corrigé.
Hé ! mon Dieu ! nos Français, si souvent redressés, Ne prendront-ils jamais un air de gens sensés ? [MOL., Fâch. I, 1]
Montrez aux enfants que c'est par le besoin qu'ils ont d'être redressés, que vous êtes attentif à leur conduite [FÉN., t. XVII, p. 15]
Fig. Ton redressé, ton d'un homme qui se redresse, ton de supériorité.
Je trouve beaucoup de raison dans la vôtre [lettre] ; mais j'y vois en même temps un certain ton redressé, cent fois pire que l'humeur et les injures [J. J. ROUSS., Lett. à Moultou, 26 févr. 1763]
Dont on a refait la toilette (sens vieilli, conservé en anglais dans to dress, habiller).
Elle [Mme de Brinvilliers] monta seule.... sur l'échafaud, et fut un quart d'heure mirodée, rasée, dressée et redressée par le bourreau [SÉV., 297]