refait, aite

Recherches associées à refait, aite: refaites

REFAIT, AITE1

(re-fè-, fè-t') part. passé de refaire
Fait de nouveau. La tête des plus vieux cerfs n'est encore qu'à moitié refaite vers le milieu du mois de mai. Terme de marine. Cordage refait, cordage qui a été commis deux fois. Bois refait, bois de charpente bien équarri et dressé sur toutes les faces.
Qui a repris vigueur et embonpoint.
Marquis, tu n'en serais plus gras, ni plus refait [RÉGNIER, Sat. III]
Les voyez-vous refaits et gras, Ces Phrygiens que Dieu confonde ? [SCARR., Virg. IV]
Au sortir de table, ils [les seigneurs] trouvèrent leurs chevaux prêts, aussi refaits qu'ils l'étaient eux-mêmes [SAINT-SIMON, 151, 199]
Le pauvre diable [un parent de Mlle Corneille] arrive mourant de faim.... quand il est un peu refait, il dit son nom et demande à embrasser sa cousine [VOLT., Lett. d'Argental, 9 mars 1763]
En mauvaise part, cheval refait, cheval ruiné qu'on a engraissé et laissé reposer quelque temps.
Familièrement. Être refait, ou fait au même, éprouver la même contrariété qu'on a fait éprouver à un autre.