refroidi, ie

REFROIDI, IE

(re-froi-di, die) part. passé de refroidir
Devenu plus froid.
M. Brydone rapporte qu'après plus de quatre ans, la lave qui avait coulé en 1766 au pied de l'Etna, n'était pas encore refroidie [BUFF., Add. théor. terre, Œuv. t. XIII, p. 150]
Fig. Qui a perdu son caractère de chaleur, en parlant des sentiments.
Votre ardeur vous séduit ; mais, quoi qu'elle vous die, Quand vous la sentirez une fois refroidie.... [CORN., Poly. V, 4]
Ce zèle avec lequel Mme d'Aiguillon ranimait la charité en un siècle où elle était non-seulement refroidie, mais presque éteinte [FLÉCH., Aiguillon.]
Il se dit aussi des personnes dont les sentiments ne conservent plus la même ardeur.
Il était tout à fait refroidi sur cette poursuite [HAMILT., Gramm. 4]
Il paraît d'ailleurs un peu refroidi pour moi [J. J. ROUSS., Hél. V, 12]
En argot, refroidi, tué, réduit à l'état de cadavre.