regrat

REGRAT

(re-gra ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas) s. m.
Vente, en détail et de seconde main, de menues denrées, particulièrement du sel, des grains, du charbon.
Moi adjudicataire des regrats de Péronne, sous-fermier des aides de l'élection de Saint-Quentin [DANCOURT, Ret. des offic. sc. 1]
Une garniture de quinze cents livres, que veut revendre une fermière des regrats [LESAGE, Turcar. IV, 12]
Ils tâchaient de les engager à me quitter, leur promettant un regrat de sel, un bureau à tabac, et je ne sais quoi encore, par le crédit de Mme d'Épinay [J. J. ROUSS., Conf. VIII]
Lieu où l'on vendait le sel à petite mesure, à petits poids.
Vente de desserte.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et nul homme ne peust vendre pain à regrat, ne vendre blé à regrat à Angers [DU CANGE, regratarii.]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. REGRATTIER.

regrat

REGRAT. n. m. Petit commerce consistant à vendre en détail et de seconde main certaines denrées, particulièrement du sel, des grains, du charbon, etc. Marchandise de regrat. Il est peu usité.

regrat


REGRAT, s. m. REGRATER, v. act. REGRATIER, IèRE, s. m. et f. [Regra, gra-té, tié, tiè-re: 1re e muet; 3e é fer. au 2d et au 3e, è moy. et long au 4e.] Regrat est la vente du sel à petite mesûre. Regratier, ière, celui, celle qui vend le sel de cette manière. — Par extension, petit marchand, qui vend de la seconde main. "Ceux (les Juges) que vous avez à Rome sont en éfet des gens d'importance, un Turpion ci-devant Cordonier, un Vettius regratier. Cic. à Atticus. Mongault. = Fig. st. famil. Homme qui sur un compte considérable fait des réductions aux plus petits objets.
   REGRATER; c'est 1°. grater de nouveau. "À~ force de grater et de regrater, il s'est fait une plaie à la jambe. = 2°. Racler la superficie des pierres de taille déjà noircies, pour faire paraitre le bâtiment neuf. "Regrater une murâille, une maison. = 3°. Dans le sens figuré de regratier. "C'est un homme, qui regrate sur tout. "Je vous défie avec toute votre industrie de trouver à regrater là-dessus. Sév. c. à. d. d'y trouver quelque chôse à dire.