regret


Recherches associées à regret: remord

regret

n.m.
1. Chagrin causé par la perte de qqch ou par la mort de qqn : Je n'ai aucun regret de ces jours-là nostalgie affliction [sout.], peine
2. Contrariété causée par la non-réalisation d'un désir, d'un souhait : Elle a quitté cet établissement avec beaucoup de regrets. À mon grand regret, je ne pourrai pas assister à votre réception déception
3. Repentir d'avoir fait ou de ne pas avoir fait qqch : L'accusé a exprimé ses regrets à la famille de la victime remords
À regret,
à contrecœur, malgré soi : Il les a suivis à regret.
Avoir le regret de ou être au regret de,
éprouver un déplaisir d'avoir à faire qqch : Nous sommes au regret de ne pouvoir renouveler votre contrat.

REGRET

(re-grè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des re-grè-z éternels ; regrets rime avec paix, succès, traits, etc. Palsgrave, p. 24, dit que devant une voyelle le t se fait sentir) s. m.
Déplaisir d'avoir perdu, ou de n'avoir pu obtenir quelque chose.
Si j'ai quelque regret, ce n'est pas à ma vie, Que le déclin des ans m'aurait bientôt ravie [CORN., Médée, V, 4]
Vous me dites que la beauté de votre fils diminue, et que son mérite augmente ; j'ai regret à sa beauté [SÉV., 4 mai 1672]
J'ai regret à tous mes jours qui s'en vont, et qui m'entraînent sans que j'aie le temps d'être avec vous [ID., 13 nov. 1675]
Il avait regret aux heures qu'il donnait au jeu [HAMILT., Gramm. 7]
Le sophiste Eunapius, païen, paraît avoir grand regret au temple de Sérapis [FONTEN., Oracl. II, 4]
Une mort semblable à celle des justes, pleine de consolation, sans regret à ce qu'on laisse dans le monde [MASS., Profess. relig. 4]
Les regrets permettent la parole ; mais la douleur est muette [BUFF., Réponse à Chastelux.]
Qu'un regret inutile est un regret amer ! [Mme RICCOBONI, Sophie de Vallière, Lett. 43]
J'ai grand regret à la féerie [LEBRUN, Ép. I, 9]
Ah ! plus, amour, tu nous causes de larmes, Plus, quand tu fuis, tu laisses de regrets [BÉRANG., Fuite de l'amour.]
Familièrement. Il ne doit pas avoir regret à sa jeunesse, se dit d'un homme qui a passé sa jeunesse dans les plaisirs.
Particulièrement. Chagrin que cause la mort, la perte, l'absence d'une personne.
Qu'il ait regret à moi pour son dernier supplice [CORN., Médée, I, 4]
J'ai regret, disait-il, à mon premier seigneur [LA FONT., Fabl. VI, 11]
Le pauvre M. du Bois [mort], j'y ai un regret extrême [SÉV., 20 juill. 1694]
Par le regret que vous témoignez de la perte d'Ulysse, vous m'apprenez vous-même à sentir le malheur de ne pouvoir retrouver mon père [FÉN., Tél. IX]
Si les regrets de la reconnaissance sont les plus sincères et les plus sûrs, quel deuil a jamais dû être plus universel ? [MASS., Or. fun. Madame.]
La place [Namur] avait la gloire de n'avoir jamais changé de maître ; aussi eut-elle grand regret au sien [SAINT-SIMON, I, 31]
Allons et rallumons dans ces âmes timides Ces regrets mal éteints du sang des Héraclides [VOLT., Mérope, I, 2]
Ce n'était plus ce prince [Henri III] environné de gloire.... Et qui de sa patrie emporta les regrets [ID., Henr. I]
La douleur n'est pas la seule marque des regrets ; et, en pareil cas, plus on trouve de plaisir à penser à un ami, plus on sent vivement la perte qu'on a faite [CONDIL., Traité sens extr. rais. Œuv. t. III, p. 55]
Quel homme.... à l'espoir d'un regret ne sent pas quelques charmes, Et des yeux d'un ami n'attend pas quelques larmes ? [DELILLE, Jard. IV]
Il y a dans le sentiment même des regrets quelque chose de doux et d'harmonieux qu'il faut tâcher de faire connaître à ceux qui n'en ont encore éprouvé que les amertumes [STAËL, Corinne, V, 1]
De quelque nom d'ailleurs que le regret s'appelle, L'homme par tout pays en a bien vite assez [A. DE MUSSET, à la Malibran.]
Déplaisir causé par le souvenir de ce qu'on a fait ou omis de faire.
Ils disent qu'ils ont regret du passé [PASC., Prov. X]
Un regret immense de ses péchés ne permet pas à Madame de regretter autre chose [BOSSUET, Duchesse d'Orléans.]
Et, si je m'en croyais, ce triomphe indiscret Serait bientôt suivi d'un éternel regret [RAC., Brit. IV, 4]
À quels mortels regrets ma vie est réservée ! [ID., Phèdre, V, 6]
Vous.... qui portez des embarras et des regrets sur la conscience que vous n'éclaircissez jamais à fond [MASS., Carême, Tiéd. 1]
Pourquoi tant de pleurs, chère et douce amie ? pourquoi ces regrets plus grands que ta faute, et ce mépris de toi-même que tu n'as pas mérité ? [J. J. ROUSS., Hél. I, 30]
Familièrement, en être aux regrets, se repentir trop tard d'avoir fait ou dit quelque chose.
Toute espèce de déplaisir.
En sorte que les vaincus n'eussent point de regret à mes victoires [VAUGEL., Q. C. 468]
J'ai tous les regrets du monde d'être obligé d'en user ainsi [MOL., Mar. forcé, 16]
Je suis fort redevable à vos feux généreux.... ....Et j'ai regret, monsieur, de n'y pouvoir répondre [ID., Femm. sav. V, 1]
Je suis contente, et n'ai point de regret à mon voyage [SÉV., 24 oct. 1687]
Quand.... dix-huit ans [son âge de dix-huit ans] lui donneraient [au jeune Grignan] quelque regret à carême prenant [quitter Paris à ce moment] [ID., 25 janv. 1690]
Ils [les alliés assiégeant Maestricht] n'ont point voulu attendre le combat ; le prince d'Orange, qui avait regret à ses peines, voulait tout hasarder [ID., 2 sept. 1676]
Les pluies nous empêchent de faire les foins, et nous avons grand regret à cette perte [ID., 31 juill. 1680]
En vain je veux au moins faire grâce à quelqu'un [des mauvais auteurs] ; Ma plume aurait regret d'en épargner aucun [BOILEAU, Sat. VII]
Avoir regret que, avec le subjonctif, être fâché que.
J'aurais grand regret d'en payer le port [de ces lettres], si vous me les renvoyiez ; elles sont pleines de tant de bagatelles, que j'ai quelquefois regret que vous le payiez vous-même [SÉV., 21 sept. 1676]
J'ai regret à sa gloire ; J'ai regret qu'aveuglée elle attire sur soi La honte qu'elle croit faire tomber sur moi [TH. CORN., Comte d'Ess. IV, 1]
J'aurais même regret qu'il me quittât l'empire [RAC., Théb. IV, 1]
Familièrement. Avoir regret à quelque chose, donner, faire cette chose avec peine, faire avec peine la dépense de quelque chose. Il avait regret à ce qu'il mangeait.
Au plur. Plaintes, lamentations.
Nous entrons dans une salle, où nous voyons une vieille femme mourante, assistée d'une servante qui faisait des regrets [MOL., Fourber. I, 2]
Ô prince, le digne objet de nos louanges et de nos regrets [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Venez en d'autres lieux enfermer vos regrets [RAC., Bajaz. I, 4]
Coups de cloche intermittents, pendant des funérailles.
Au plur. Cendres d'orfévre.
À regret, loc. adv. Avec répugnance.
Je vous quitte à regret ; Mais enfin il le faut [CORN., Poly. I, 2]
Je ne m'étonne plus qu'interdit et distrait Votre père ait paru nous revoir à regret [RAC., Iphig. II, 4]
Couchant sur une peau d'ours, et y donnant, à regret encore, peu d'heures au sommeil [VOLT., Dict. phil. Julien.]
La terre, à regret cultivée, semble être fertile à regret, et, sous des mains avares de leurs peines, elle est avare de ses dons [MARMONTEL, Œuv. t. XVII, p. 117]
On loue à regret ce qu'on ne voudrait pas imiter [GENLIS, Ad. et Th. t. I, p. 219, dans POUGENS]
L'abbaye de Monte-à-regret [la potence], Dict. argot-franç. à la suite du poëme de Cartouche, par Granval, 1725.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ses confors [son confort] fu regrès et plors [, Fl. et Blanchefl. V. 1734]
  • XVe s.
    Dame Bonne sa femme, sœur au duc de Bar, la quelle durant sa maladie [il] manda pour venir devers luy, ayant desir et regret de parler à elle [MONSTREL., t. I, ch. 138, p. 220, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Comblé des saints desirs, si du ciel le sejour Donnoit place au regret, j'auroy regret au jour, Et voudroy.... [DESPORTES, Tombeau de Desportes.]
    Son regret [le regret de sa perte] me console et m'honore [MONT., II, 83]
    Je aurois grant regret, sy ne venés ici avant la grant compaignie [MARG., Lett. 3]
    Vous ne deveriés point avoir regret au temps passé [ID., ib. IV]
    Encore neantmoins mouroit il à regret [AMYOT, Marius, 86]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, li r'gret d'on mau, le retour d'un mal ; dicton namurois, on a todis des r'grets d'on mau do moeis de maiye, on a toujours des retours d'une maladie gagnée au mois de mai (CHAVÉE, Rev. de ling. t. I, p. 224). La plus ancienne étymologie de regretter et la plus reçue est le latin re-quiritari, composé de quiritari, se plaindre. Pour le changement de q en g, on a l'exemple de Guienne venant de Aquitania ; et, bien que quiritari ait donné crier, on peut expliquer la conservation du t dans regretter, par fugita qui a donné fuite à côté de fuie. Une autre étymologie est celle de Mätzner, qui, appuyant sur le sens de plaindre attaché au mot regretter, renvoie au goth. gretan, ancien scand. grata, anglo-sax. graetan, graedan, pleurer, plaindre ; Diez est favorable à cette étymologie, parce que, regretter ne se trouvant pas dans les langues sœurs, il est probable que l'origine dans le français en est germanique. Enfin Mahn le dérive du lat. gratus ; avec ce radical, regretter signifiera primitivement reprendre avec reconnaissance ; mais, de là, le passage au sens de regretter est difficile. M. Chavée, Revue de linguistique, t. I, p. 224, arguant du sens du mot regret en wallon, y voit le latin recretum, chose qui recroît, qui repousse, de recrescere : le c changé en g, comme dans segret, prononciation très usitée de secret ; le sens de fàcherie attaché à ce mot, comme dans l'italien increscere, rincrescere (il aurait pu ajouter que cette signification de increscere n'est pas étrangère à l'ancien français, encroistre y ayant signifié peiner). En définitive, il faut un mot qui renferme l'idée de retour : regret du passé, d'une perte, recroissance, comme dans le wallon, et, pour regretter, rappeler, invoquer, comme dans certains textes du vieux français. On a repoussé avec raison le lat. regressus, qui aurait donné regrès, non regret ; mais ce sens fondamental apparaît quand on compare regret à degret (voyez l'historique à DEGRÉ) ; regret répond à une forme regradus, comme degret à une forme degradus. De cette façon, on rend raison de toutes les acceptions, en conservant l'analogie entre regret et degret. Une difficulté reste : le radical étant gradus, le verbe devrait être regreder, non regreter ; mais le changement de d en t se voit dans convoitise, de cupidicia, dans piétiner, piéton, de pedem ; et, inversement, de t en d, dans plaider, de placitum, et cuider, de cogitare.

regret

REGRET. n. m. Chagrin que cause la perte, la mort d'une personne. La perte de cet ami m'a causé un grand regret, m'a laissé un grand regret, de grands regrets, de vifs regrets.

Il se dit aussi du Déplaisir d'avoir perdu un bien qu'on possédait, ou de n'avoir pu obtenir celui qu'on désirait. Le regret que lui cause la perte de ses biens, de sa fortune, de sa place. Il a eu de bonnes marchandises, il ne doit pas avoir regret à son argent. J'ai regret de n'avoir pas acheté ce domaine, cette maison.

Il se dit aussi de Toute sorte de déplaisir, léger ou considérable. Éprouver un regret sensible de quelque chose. Un regret cuisant. Un regret extrême. J'ai regret que vous n'ayez pas entendu ce sermon, ce discours. J'ai du regret de vous voir dans l'erreur. J'ai beaucoup de regret de ne vous avoir pas trouvé chez vous. J'ai regret que vous n'ayez pas fait cela. Je vous quitte avec beaucoup de regret. Il m'a quitté sans regret. Il en mourra de regret. Il est parti à mon grand regret. En quittant la France, il a laissé bien des regrets après lui.

Il signifie encore Repentir, déplaisir d'avoir fait ou de n'avoir pas fait quelque chose. Le regret d'avoir failli, d'avoir offensé Dieu. Avoir regret de ses égarements, de ses péchés. J'ai un grand regret de la faute que j'ai commise. Je suis au regret d'avoir dit, d'avoir fait cela; j'en suis au regret. J'ai le regret de vous apprendre que... J'ai regret à le dire.

REGRETS, au pluriel, signifie Lamentations, plaintes, doléances. Ce sont des regrets inutiles. Se consumer en regrets, en regrets superflus.

À REGRET, loc. adv. Avec déplaisir, avec répugnance. Il a fait cela à regret. Il ne l'a fait qu'à regret. Nous partons à regret.

regret

Regret, Desyderium.

N'avoir point de regret à son adolescence, Non requirere adolescentiam, B. ex Cic.

De regret de celles qui estoyent demeurées derriere, Ad desyderium relictarum.

Estre esmeu du regret d'aucun, Desyderio alicuius moueri.

Je ne pourroy nullement endurer, ou porter le regret que j'ay de, etc. Desyderium coniunctissimi viri atque amantissimi ferre nullo modo possem.

¶ Avoir regret d'avoir fait quelque chose, Poenitentiam agere, Pigere.

A regret, Inuite, AEgre, Caperata fronte, Ingratis, Grauate.

Point à regret, Haud grauate.

Servir franchement et non point à regret, Liberaliter seruire.

Aider à regret, Operam grauari.

Faire à regret et envi quelque chose, Odiose aliquid facere, Gravari.

Il l'invite contre son vouloir et à regret, Inuitat tristis.

Jasoit que je le fisses à regret, et envi, si n'a il point nuy, Quanquam grauatus, non nocuit tamen.

Qui fait quelque chose à regret, Inuitus, Nolens.

Mes oreilles oyent cecy à regret. Istud respuunt aures.

Qui vont à regret, Cunctabundi et resistentes, Bud. ex Liu.

On le faisoit à regret, Id grauate concedebatur, Bud. ex Liu.

Je n'ay point de regret, Me haud poenitet, Non me piget.

Je n'ay point de regret d'estre de l'opinion de, etc. Me haud poenitet eorum sententiae esse quibus, etc.

Je n'ay point de regret de defendre aujourd'huy Cluentius, plus tost qu'en ce temps là, Neque me poenitet hoc potius tempore, quam illo causam A. Cluentij defendere.

regrèt


REGRèT, s. m. REGRETTABLEouREGRÉTABLE, adj. REGRETTER, ouREGRÉTER, v. act. [1ree muet; 2e è moy. au 1er, é fer. aux 2 autres: devant la syll. fém. la 2de se change en è moy. Il regrette, regrettera; ou regrète, regrètera, etc.] Regrèt est le déplaisir d'avoir perdu ce qu'on possédait, ou d' avoir manqué ce qu'on aurait pu acquérir. "Il a grand regret à son ami qui est mort, à l'ocasion qu'il a laissé échaper. "Il a regret de n'avoir pas acheté cette terre. "J'ai regret à ce tableau, qui a été vendu. J'ai regret de ne l' avoir pas acheté. "J'ai regret à la peine (que vous avez prise.) Piron. = Par extension, il se dit d'un déplaisir léger. Il régit que et le subjonctif, ou de et l'infinitif. "J'ai regret que vous n'ayiez pas entendu ce Sermon. "J'ai regret de ne pouvoir vous rendre service. = 2°. Repentir. "Avoir regret de ses péchés; d'avoir ofensé Dieu, etc. = 3°. Au pluriel; plaintes, doléances. "Ce sont des regrets inutiles. "Pourquoi vous consumer en regrets superflus?
   On dit, adverbialement, à mon, à son grand regret. "Vous me demandez, si je suis toujours une petite dévote, qui ne vaut guère: oui justement voilà ce que je suis toujours et pas davantage à mon grand regret. SÉV. "Quel père se sépare de ses enfans sans regret? C'étoit là ma situation. L. F. Vie de S. Grég. de Naz.
   REGRÉTABLE, qui mérite d'etre regrété. Il est peu usité. "On trouva une somme considérable, qui consola beaucoup les héritiers de la perte de ces parens peu regrétables. ANON.
   REGRÉTER, être fâché, afligé d'une perte qu'on a faite, ou d'avoir manqué ce qu'on pouvait aquérir, ou de n'avoir pas fait quelque chôse, etc. "Regréter ses parens, la perte de ses amis. "Quoique la vie et la mort de Louis XIV eussent été glorieuses, il ne fut pas aussi regretté qu'il le méritait. Volt.
   C'est-là qu'il regrettait ses inutiles jours
   Plongés dans les plaisirs, perdus dans les amours.
       Henriade.
= Il a les mêmes régimes que avoir regret. "Je regrète de n'avoir pas suivi ma pensée, et que vous n'ayiez pas exécuté la vôtre.
   Convaincu, comme vous, du néant de la vie,
   Pourois-je regréter de me la voir ravie?       Gress.
Le régime de l'infinitif s'emploie, quand le verbe régi se raporte au nominatif de regréter, et celui du subjonctif lorsqu'il ne s'y raporte pas. = Faire regréter, outre ces régimes, régit le datif de la persone.
   Et fera regréter aux Princes des Thébains,
   De n'être pas sortis du dernier des humains.       Rac
"Cet évènement lui fait regréter que vous n'ayiez pas été sur les lieux pour veiller à ses intérêts. = * Regréter dans le sens de plaindre: il a perdu son procês, je le regrète fort; et d'envier; je ne vous regrète pas cette aquisition, est un vrai gasconisme. Voy. Gasc. Corr.

Synonymes et Contraires

regret

nom masculin regret
1.  Vif remords.
Traductions

regret

regretspijt, leedwezen, gemis, ongenoegenהצטערות (נ), התחרטות (נ), חרטה (נ), חֲרָטָה, הִצְטַעֲרוּת遗憾rammarico, compianto, dispiacere, pentito, rimpiantoنَدَمlítostsorgBedauernμεταμέλειαpesarkatumusžaljenje後悔후회angerżalarrependimento, pesarсожалениеångerความเสียใจpişmanlıksự ân hận (ʀəgʀɛ)
nom masculin
1. tristesse causée par l'absence de qqn ou deqqch partir avec regret quitter un endroit sans regret
2. chagrin d'avoir fait ou de ne pas avoir faitqqch Je n'ai aucun regret de l'avoir vendu.
3. contre sa volonté partir à regret
4. formule pour annoncer une mauvaise nouvelle J'ai le regret de vous annoncer que...

regret

[ʀ(ə)gʀɛ] nmregret
à regret → with regret
avec regret → regretfully
être au regret de devoir/ne pas pouvoir faire → to regret to have to/that one is unable to do
j'ai le regret de vous informer que ... → I regret to inform you that ...