rejeter

(Mot repris de rejetés)

rejeter

v.t. [ lat. rejectare, de jacere, jeter ]
1. Renvoyer vers son point de départ : Rejeter à l'eau des têtards relancer
2. Faire reculer ; repousser : Le garde du corps rejeta les admirateurs de la star chasser, refouler
3. Envoyer hors de soi ; faire sortir de son corps : La mer a rejeté les corps des victimes rendre, restituer évacuer
4. Ne pas admettre ; refuser : Le conseil d'administration a rejeté cette proposition décliner, écarter ; accepter, retenir
5. (sur) Faire retomber sur un autre : Elle a rejeté la responsabilité de son échec sur ses conseillers.
6. Déplacer plus loin ; éloigner dans l'espace : Ils ont rejeté les notes à la fin de l'ouvrage.
v.i.
En parlant d'une plante, donner des rejets.

se rejeter

v.pr.
1. Se reculer brusquement : Elle s'est rejetée en arrière pour éviter d'être éclaboussée.
2. (sur) Se reporter faute de mieux sur : Il n'y avait plus de pain, nous avons dû nous rejeter sur des biscottes se rabattre sur

rejeter


Participe passé: rejeté
Gérondif: rejetant

Indicatif présent
je rejette
tu rejettes
il/elle rejette
nous rejetons
vous rejetez
ils/elles rejettent
Passé simple
je rejetai
tu rejetas
il/elle rejeta
nous rejetâmes
vous rejetâtes
ils/elles rejetèrent
Imparfait
je rejetais
tu rejetais
il/elle rejetait
nous rejetions
vous rejetiez
ils/elles rejetaient
Futur
je rejetterai
tu rejetteras
il/elle rejettera
nous rejetterons
vous rejetterez
ils/elles rejetteront
Conditionnel présent
je rejetterais
tu rejetterais
il/elle rejetterait
nous rejetterions
vous rejetteriez
ils/elles rejetteraient
Subjonctif imparfait
je rejetasse
tu rejetasses
il/elle rejetât
nous rejetassions
vous rejetassiez
ils/elles rejetassent
Subjonctif présent
je rejette
tu rejettes
il/elle rejette
nous rejetions
vous rejetiez
ils/elles rejettent
Impératif
rejette (tu)
rejetons (nous)
rejetez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais rejeté
tu avais rejeté
il/elle avait rejeté
nous avions rejeté
vous aviez rejeté
ils/elles avaient rejeté
Futur antérieur
j'aurai rejeté
tu auras rejeté
il/elle aura rejeté
nous aurons rejeté
vous aurez rejeté
ils/elles auront rejeté
Passé composé
j'ai rejeté
tu as rejeté
il/elle a rejeté
nous avons rejeté
vous avez rejeté
ils/elles ont rejeté
Conditionnel passé
j'aurais rejeté
tu aurais rejeté
il/elle aurait rejeté
nous aurions rejeté
vous auriez rejeté
ils/elles auraient rejeté
Passé antérieur
j'eus rejeté
tu eus rejeté
il/elle eut rejeté
nous eûmes rejeté
vous eûtes rejeté
ils/elles eurent rejeté
Subjonctif passé
j'aie rejeté
tu aies rejeté
il/elle ait rejeté
nous ayons rejeté
vous ayez rejeté
ils/elles aient rejeté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rejeté
tu eusses rejeté
il/elle eût rejeté
nous eussions rejeté
vous eussiez rejeté
ils/elles eussent rejeté

REJETER

(re-je-té. Le t se double quand la syllabe qui suit est muette : je rejette, je rejetterai) v. a.
Jeter de nouveau. Rejetez-moi ce livre que vous m'avez déjà jeté. Rejeter les yeux sur, porter de nouveau les regards sur.
Bonsoir, encore une fois ; si je rejette les yeux sur votre lettre, adieu le reste de la nuit [DIDER., Lett. à Falconet, mars 1766]
Repousser, renvoyer. Rejeter une balle.
On lui jeta force dards qu'il rejetait tous contre les ennemis [VAUGEL., Q. C. VI, 1]
Marchons, et dans son sein rejetons cette guerre Que sa fureur [de Rome] envoie aux deux bouts de la terre [RAC., Mithr. III, 1]
Jeter un objet dans l'endroit d'où on l'avait tiré. Il rejeta le poisson dans l'eau.
Et des enfants du nord la horde ensanglantée Aux fers dont je sortais m'a soudain rejetée [VOLT., Orphel. V, 1]
Jeter dehors, faire sortir hors de soi.
La mer rejette sur les rivages une infinité de choses qu'elle apporte de loin, et qu'on ne trouve jamais qu'après les grandes tempêtes [BUFF., Hist. nat. preuv. théor. terre, Œuv. t. II, p. 194]
Je savais que les chenilles doivent rejeter la membrane fine et transparente qui revêt intérieurement le canal intestinal, et que cette rejection était un des préliminaires nécessaires à la transformation en chrysalide [BONNET, Observ. 5e insectes.]
Quand, muet d'épouvante et tremblant de colère, Il [Néron] apprit que ces flots, instrument du forfait, Se soulevant d'horreur, lui rejetaient sa mère [C. DELAV., Messéniennes, III, 4, la Sibylle.]
Rejeter du pus, et, absolument, rejeter, se dit d'une plaie qui suppure de nouveau. La plaie, qui avait semblé se fermer, rejette. Il se dit aussi de ce que la bouche, l'estomac jette hors de soi. Ce malade rejette tout ce qu'il prend.
Les arêtes et les écailles des poissons se roulent dans leur estomac [des oiseaux pêcheurs], et ils les rejettent par le bec [BUFF., Ois. t. II, p. 51]
La première fois qu'un sauvage boit du vin, il fait la grimace et le rejette [J. J. ROUSS., Ém. II]
Fig.
Tout ce qu'on dit de trop est fade et rebutant ; L'esprit rassasié le rejette à l'instant [BOILEAU, Art p. I]
En parlant des arbres, produire des pousses, repousser. Cet arbre a rejeté beaucoup de branches. Absolument. Cet arbre rejette par le pied.
Reporter ailleurs une chose qu'on a ôtée d'un endroit. Les ouvriers rejetèrent la terre du fossé dans le champ voisin. Le poëte a rejeté ce mot d'un vers sur l'autre, pour produire un effet déterminé.
Hernandez donne des espèces comme étant du genre canard, dont nous ne pouvons que rejeter ici en notes les noms mexicains [BUFF., Ois. t. XVII, p. 425]
Dans l'ancienne administration, rejeter une taxe sur une ville, faire une réimposition pour achever le payement d'une taxe qui n'a pu être payée entièrement.
Fig. Faire que ce qu'on éprouvait soit éprouvé par d'autres.
La victoire attachée au progrès de ses armes Sur nos fiers ennemis rejeta nos alarmes [CORN., Rodog. I, 1]
Rendre responsable, attribuer.
Seigneur, il est trop vrai que le peuple murmure, Qu'il rejette sur vous sa funeste aventure [CORN., Œdipe, V, 1]
En 1672, on avait l'ingratitude de rejeter sur Colbert la langueur qui commençait à se faire sentir dans les nerfs de l'État [VOLT., Louis XIV, 30]
Rejeter une faute, un crime sur quelqu'un, l'en accuser pour se disculper.
Convaincu des plus noirs forfaits, avant d'expirer, il a publiquement fait l'aveu de l'assassinat qu'il avait rejeté sur moi [GENLIS, Veillées du château t. I, p. 556, dans POUGENS]
Ne pas admettre, rebuter, repousser.
Il vaut mieux la priver du rang qu'elle rejette [CORN., Héracl. I, 3]
Quoique mon cœur rejette un doute injurieux [TH. CORN., Ariane, V, 3]
Je passe ensuite à rejeter tout le mal que vous me dites de votre esprit et de votre corps [SÉV., à Mme de Grignan, 22 juill. 1685]
Comme il [Charles Ier] n'a jamais refusé ce qui était raisonnable, étant vainqueur, il a toujours rejeté ce qui était faible et injuste, étant captif [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Le socinianisme, où la divinité de Jésus-Christ est rejetée [ID., Variat. XV, 83]
Les esprits même les plus déréglés n'en rejettent pas l'idée [de Dieu], pour n'avoir point à se reprocher un aveuglement trop visible [ID., Anne de Gonz.]
Les libertins et les hérétiques, qui, par un esprit d'incrédulité, rejettent la foi du purgatoire [BOURDAL., Commémoration des morts, Myst. t. II, p. 492]
Vous pourrez rejeter ma prière [RAC., Esth. III, 4]
Thémistocle rejeta bien loin la proposition de Pausanias, et refusa absolument de prendre aucune part à ses desseins [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 303]
Quelques-uns croient qu'Euripide était mort avant Socrate, et rejettent cette histoire [ID., ib. IV, p. 442]
Elle est si fière qu'elle a rejeté les vœux des premiers seigneurs d'Espagne [LESAGE, Diable boit. 15]
Nous avons rejeté ces présents corrupteurs, Trop étrangers pour nous, trop peu faits pour nos mœurs [VOLT., Scythes, 1]
Saint Épiphane cite des Actes des apôtres qu'on croit composés par les chrétiens nommés ébionites, et qui furent rejetés par l'Église [VOLT., Dict. phil. Apôtres.]
Absolument.
Qui ne voit que ce droit d'approuver et de rejeter, pris dans son sens absolu, s'applique seulement aux propositions qui renferment des nouveautés ? [J. J. ROUSS., Lett. de la Montagne, 8]
Il se dit aussi des personnes qu'on repousse et condamne.
Vous avez rejeté la parole du Seigneur ; le Seigneur vous a rejeté, et il ne veut plus que vous soyez roi [SACI, Bible, Rois, I, XV, 23]
Le grand pontife [Jésus-Christ] nous a absous ; il a voulu lui-même être rejeté, afin que par lui nous fussions reçus [BOSSUET, Sermons, Ascension, 1]
La raison vous choisirait ; mais la folie des usages vous rejette [MARIV., Marianne, 4e part.]
Me rejetez-vous aussi comme ami ? [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 167, dans POUGENS]
Je ne dois pas vous voir ; mais ce qui vous entoure est ma famille ; en suis-je donc rejetée ? [STAËL, Corinne, XX, 3]
10° Écarter, éloigner. Cela nous rejette bien loin de notre sujet. Remettre à un temps éloigné.
Il en arrivera.... comme des six mille francs que je devais toucher à Nantes : il est sorti une chicane du fond de l'enfer, qui me rejette je ne sais où [SÉV., 30 juin 1680]
11° Se rejeter, v. réfl. Se porter en arrière.
Les femmes qui se rejettent au fond de leurs loges quand elles voient la coupe sanglante d'Atrée tomber et se répandre sur le théâtre [D'ALEMB., Éloges, Crébillon.]
Ah ! l'homme en vain se rejette en arrière, Lorsque son pied sent le froid du cercueil [BÉRANG., Treize à table.]
Fig.
D'où vient que l'homme épouvanté à l'aspect du néant se rejette en arrière ? [DELILLE, Dithyr.]
12° Par extension, être reporté. [Chez les Romains] ce langage licencieux se rejeta dans les noces, où il se saisit de toutes les choses qui pouvaient être susceptibles de traits vifs et malins, Hist. des Vestales, dans DESFONTAINES.
13° Fig. Parler de nouveau d'une chose déjà traitée ; s'éloigner du sujet principal de la discussion, pour s'étendre sur des accessoires.
Mme de Chaulnes est si surprise de tout cela [ce qu'on fait pour la ville de Rennes], qu'elle se rejette à Rome, et fait fort bien [SÉV., 2 nov. 1689]
S'excuser. Ne sachant plus que dire, il se rejeta sur les circonstances qui l'avaient accablé.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et si ot molt parfont fossés, Trestot de novel regetés [, Lai du trot]
  • XIVe s.
    L'iver fait mourir les porées ; mais en fevrier les racines regettent nouvelle et tendre porée [, Ménagier, II, 2]
    Choux, percil et autres telles verdures qui regettent [poussent des rejetons] [, ib.]
  • XVIe s.
    Conseil, raison, esperance et remede, Comme ennemis mon esprit vous rejette [DESPORTES, Épitaphes, Diane, complainte.]
    Il fault rejecter [renvoyer] tousjours chascun à son gibbier [MONT., I, 58]
    Pour ne nous desconforter [par la vue de notre intérieur], nature a rejecté bien à propos l'action de nostre veue au dehors [ID., IV, 145]
    Des sagettes si longues qu'à les reprendre à la main on les pouvoit rejecter à la mode d'un dard [ID., I, 364]
    La commune voix du peuple a tousjours accoustumé de rejetter les fautes des disciples sur leurs maistres [AMYOT, Préf. XXII, 50]
    Merveilles qui ne sont point à rejetter ny à condemner legerement [ID., Cam. 13]
    Il dilayoit et rejettoit tousjours à un autre temps l'enterinement de ceste loy [ID., ib. 14]
    Ce fut la cause veritable pour laquelle il se rejetta en Italie [ID., Pyrrh. 53]
    Il fut de rechef rejetté en pleine guerre par l'ambition d'Acibiades [ID., Nicias, 15]
    ....Que lors il se rejetteroit avec luy entre les bras de la chose publique, et luy souviendroit des admonestemens de Caton [ID., C. d'Ut. 57]
    Le cavalier, donnant des deux à son cheval, le rejetta une seconde fois par terre tout couvert de sang [D'AUB., Vie, XXVI]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et jeter ; wallon, rigeté, ressuer, rendre son humidité ; prov. regetar ; port. rejeitar ; ital. rigettare.

rejeter

REJETER. v. tr. Jeter de nouveau. Vous n'avez pu prendre la balle quand je vous l'ai jetée; renvoyez-la-moi, je vous la rejetterai.

Il signifie aussi Repousser, renvoyer. On lui avait jeté la balle, il la rejeta avec la même force.

Il signifie encore Jeter une chose dans l'endroit d'où on l'avait tirée. Comme il n'avait pris que du petit poisson, il le rejeta dans l'eau.

Il signifie également Jeter dehors, pousser hors de soi. La mer a rejeté sur ses bords les débris du naufrage. Cet homme a l'estomac malade, il rejette tout ce qu'il prend, Il le vomit.

En termes d'Agriculture, il se dit des Arbres qui repoussent après avoir été coupés. Depuis qu'on a étêté cet arbre, il a rejeté beaucoup de branches. Absolument, Cet arbre rejette par le pied.

Il signifie encore Mettre une chose en un endroit, après l'avoir ôtée de celui où elle était. Il faut rejeter l'eau de ce bassin dans cette cuve, la terre de ce fossé sur cette couche. Rejetez tous ces détails dans les notes de votre ouvrage. Rejeter les notes à la fin du volume.

REJETER s'emploie aussi figurément dans un sens analogue et signifie Faire retomber. Rejeter un tort sur quelqu'un. Il a rejeté sa faute sur cet homme, qui en était bien innocent. On a tout rejeté sur lui.

Il signifie encore, figurément, Repousser, ne pas admettre, ne pas vouloir recevoir. J'ai rejeté bien loin les propositions qu'il m'a faites. Il a rejeté les offres qu'on lui faisait. Sa requête a été rejetée. La Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de ce condamné. La Chambre a rejeté la loi proposée. On a rejeté son offre, sa proposition, ses prières, sa demande. On a rejeté ses avis, ses conseils.

Dans le style biblique, et quelquefois par analogie dans le style ordinaire, il se dit des Personnes qui sont repoussées, condamnées. Le Seigneur l'a rejeté. Il fut rejeté même de ses plus anciens amis.

Il signifie encore Écarter, éloigner. Cela nous rejette bien loin de notre sujet. Nous voilà rejetés bien loin. Nous voilà fort éloignés de notre but.

SE REJETER signifie Se reculer, se porter en arrière. Il se rejeta au fond de sa voiture. Il se rejeta en arrière.

Il signifie aussi, au figuré, Se reporter, faute de mieux, sur une autre chose. Ne sachant plus que dire pour sa justification, il se rejeta sur les services qu'il prétendait avoir rendus. La lecture m'étant interdite, je me rejette sur les auditions de T. S. F.

Synonymes et Contraires

rejeter

verbe rejeter
1.  Envoyer à une certaine distance.
3.  Expulser de l'organisme.
5.  Attribuer la responsabilité de.

rejeter (se)

verbe pronominal rejeter (se)
Littéraire. Reporter son attention sur.
Traductions

rejeter

ablehnen, abschlagen, ausmerzen, ausschlagen, fortwerfen, refutieren, sich brechen, sich erbrechen, sich übergeben, versagen, verweigern, wegwerfen, weigern, zurücksenden, zurückweisen, wiederlegen, abweisen, widerlegen, abschiebenreject, throw away, refuse, refute, repulse, throw up, vomit, disallow, discard, dismiss, cast off, decline, disavow, dispose, dump, rebut, relay, repress, resend, send back, shun, spurn, withhold, offafwijzen, verwerpen, afkeuren, afslaan, braken, kotsen, ontzenuwen, overgeven, retourneren, spugen, terugbezorgen, terugdringen, terugsturen, terugwijzen, verdringen, vergooien, vertikken, vomeren, weerleggen, weggooien, wegwerpen, weigeren, weren, wraken, hetverdommen, neezeggentegen, afstoten [medisch], opnieuw gooien, terugwerpen, uitbraken, verleggen, verplaatsen, verwijderen, afstoten, afwerpen, afketsen, buitensluiten, heruitzenden, nee zeggen tegenהזים (הפעיל), הרחיק (הפעיל), השיב בשלילה, השליך (הפעיל), מיאן (פ'), מיחה (פיעל), סירב (פיעל), פלט (פ'), שלל (פ'), הֵשִׁיב בִּשְׁלִילָה, הִשְׁלִיךְ, סֵרֵב, מֵאֵן, פָּלַט, שָׁלַלafslaan, afwimpel, afwys, bedank, weierrefusar, vomitarafvise, afslå, kaste op, nægte, sige nej tak til, vægre sigforĵeti, malakcepti, refuti, repuŝi, resendi, rifuzi, vomirechazar, devolver, echar, refutar, rehusar, suspender, vomitarafþakka, neita, spýjarifiutare, rifiutarsi, rinviare, vomitare, bocciare, respingere, ributtare, rigettare, riversare, scaricarenekte, takke nei til, forkasteodesłać, odrzucićrejeitar, indeferir, lançar, negar-se a, recusar, refutar, repelir, vomitarkräkas, neka, spy, tacka nej till, vägra, avvisaαπορρίπτω, αποβάλλωيَرْفُضُodmítnouttorjuaodbiti拒否する거절하다отклонятьปฏิเสธreddetmekbác bỏ拒绝拒絕 (ʀəʒəte)
verbe transitif
1. figuré rendre qqn responsable de qqch Il rejette la faute sur son frère.
2. ne pas accepter qqn, qqch Sa famille le rejette. rejeter une offre
3. lancer ce qu'on avait pris rejeter un poisson dans l'eau

rejeter

[ʀ(ə)ʒ(ə)te] vt
(= refuser) [+ offre, proposition, demande] → to turn down, to reject; [+ argument, hypothèse] → to reject; [+ accusation] → to dismiss; [+ texte de loi] → to reject, to throw out; [+ plainte, recours, procédure] → to reject, to dismiss; [+ personne] → to reject
rejeter la responsabilité de qch sur qn → to shift the blame for sth on sb else
(= déverser) [+ produits toxiques, déchets] → to throw out, to discharge
(= relancer) → to throw back
rejeter un poisson dans la rivière → to throw a fish back in the river
rejeter la tête en arrière → to throw one's head back
rejeter les épaules en arrière → to throw one's shoulders back
(= reporter) rejeter un mot à la fin d'une phrase → to transpose a word to the end of a sentence
[+ greffe] → to reject [ʀ(ə)ʒ(ə)te] vpr/vi
se rejeter en arrière → to jump back