relèvement

relèvement

n.m.
1. Action de relever : Le relèvement de poteaux abattus par le vent. Le relèvement du salaire minimum de croissance augmentation, majoration ; diminution, réduction
2. Action de rétablir la situation de qqch, de se relever ; redressement : Le relèvement d'une industrie effondrement, récession
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

RELÈVEMENT

(re-lè-ve-man) s. m.
Action de relever une chose. Le relèvement d'un mur.
Le rétablissement d'un gouvernement sage et mesuré, le relèvement de la noblesse anéantie, ruinée [SAINT-SIMON, 397, 170]
La libération d'un prisonnier opprimé pour quelques dettes peu considérables, mais désastreuses, le relèvement de quelque honnête famille ruinée [, Testament de Commerson (XVIIIe siècle), dans CAP, Philibert Commerson]
Terme de marine. Parties d'un bâtiment plus exhaussées que les autres. L'avant de ce vaisseau n'a pas assez de relèvement.
État, tableau, énumération.
Le relèvement de tant de pièces détachées n'est pas l'ouvrage d'un jour [BALZ., Disc. à la rég.]
Terme de topographie et d'hydrographie. Action de déterminer la position d'un objet.
Les relèvements que nous fîmes au lever du soleil nous apprirent que les courants nous avaient entraînés dans le sud plusieurs milles au-delà de notre estime [BOUGAINVILLE, Voy. t. II, p. 147]
Il savait fort bien que c'étaient des relèvements que je prenais [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. VI, p. 178, dans POUGENS]
Terme de marine. Des vaisseaux rangés sur une ligne et gouvernant à une même aire de vent qui n'est pas celle de la direction de cette ligne, sont dits sur une ligne de relèvement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Or sui en grant afondement, Se par cels n'ai relevement, Qui jusqu'à ci M'ont secoru, la lor morci [RUTEB., 14]
  • XVe s.
    Pour li relievement de noz peuple et subgiez et obvier aux grans maulx [, Ordonn. des rois de Fr. t. IX, p. 635]
    Ung tel ainsi afflict et desolé n'est pas sans relevement de consolacion [, Intern. consol. I, 12]
  • XVIe s.
    Les adventures de Demetrius, les ruinemens et relevemens de ses affaires [AMYOT, Démétr. 64]
    Aussi leur devons nous un soin plus exprès pour leur relevement, qui est une piece rare aux decadences des partis [D'AUB., Hist. III, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Relever ; provenç. relevament ; ital. rilevamento.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RELÈVEMENT. Ajoutez :
    Terme de balistique. Effet du recul des armes à feu, par suite duquel le bout du canon est relevé.
  • Angle de relèvement, quantité dont se trouve, par cette cause, augmenté l'angle de tir.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

relèvement

RELÈVEMENT. n. m. Action par laquelle on relève une chose tombée, on exhausse un terrain, on remet une chose dans la position où elle doit être. Le relèvement d'un mur. Le relèvement d'un navire échoué.

Il se dit au figuré d'une Personne qu'on rétablit ou qui se rétablit dans l'état d'où elle était tombée. Le relèvement d'une honnête famille ruinée. Le relèvement d'un peuple.

Il signifie aussi Relevé, énumération exacte. On a travaillé au relèvement de toute la dépense.

En termes de Topographie et d'Hydrographie, il désigne l'Action de relever un objet, d'en déterminer la position, au moyen du compas ou autrement; ou le Résultat de cette opération. Faire des relèvements de pointes, de caps, d'îles, etc. Porter des relèvements sur une carte marine.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5
Synonymes et Contraires

relèvement

Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

relèvement

recovery, rise

relèvement

[ʀ(ə)lɛvmɑ̃] nm [taux, niveau] → raising
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005