relique

relique

n.f. [ du lat. reliquiae, restes ]
1. Ce qui reste du corps d'un martyr, d'un saint et qui fait l'objet d'un culte : Les reliques de saint Pierre.
2. Objet auquel on attache une valeur sentimentale : Elle a conservé des reliques de son enfance. Elle garde ce bijou comme une relique.

relique

(ʀəlik)
nom féminin
1. partie du corps d'un saint une relique de Saint Nicolas
2. figuré objet que l'on garde précieusement Ses peluches sont les reliques de son enfance.

RELIQUE

(re-li-k') s. f.
Ce qui reste de Jésus-Christ, des saints et des martyrs, soit parties du corps, soit objets à leur usage, soit instruments de leur supplice.
Un baudet chargé de reliques S'imagina qu'on l'adorait ; Dans ce penser il se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques [LA FONT., Fabl. V, 14]
Les corps saints sont habités par le Saint-Esprit jusqu'à la résurrection.... c'est pour cette raison que nous honorons les reliques des morts [PASC., Lett. sur la mort de son père]
Nous ne pouvons pas appeler ces précieux restes les reliques de son corps ; mais nous ne nous éloignerons pas de la raison, quand nous les nommerons les reliques de la sainteté [BOSSUET, Panég. St Gorgon, préambule.]
J'ai eu le courage de revoir [après la mort de Louis XIV] les reliques que le roi portait sur lui [MAINTENON, Lett. à Mme de Caylus, 15 déc. 1715]
On vit des généraux lever un siége et perdre une ville pour avoir une relique [MONTESQ., Rom. 22]
Les serments les plus ordinaires des anciens Français se faisaient sur les reliques des saints [VOLT., Dict. phil. Reliques.]
Le catéchisme du concile de Trente approuve la coutume de jurer par les reliques [ID., ib.]
Les saints supposés, les faux miracles, les fausses reliques commencèrent à être décriés [ID., Louis XIV, 35]
Ce pèlerin espagnol, tout glorieux d'avoir visité plus de reliques qu'aucun de ses pareils [D'ALEMBERT, Éloges, St-Aulaire]
Ce sont les femmes qui ont dû inventer le culte des reliques, par le même sentiment qui leur fait attacher tant de prix à un chiffre, à un nœud de ruban, ou à une boucle de cheveux qui leur vient d'un objet aimé [GENLIS, Vœux téméraires, t. II, p. 38, dans POUGENS]
Garder une chose comme une relique, la garder soigneusement. Il en fait une relique, des reliques, se dit d'un homme qui fait grand état de quelque chose. Familièrement. Je n'en veux pas faire des reliques, se dit d'une chose dont on veut se servir, dont on permet de se servir. Fig. et familièrement. Je n'ai pas grande foi à ses reliques, je ne prendrai pas de ses reliques, il ne m'inspire aucune confiance.
Reliques d'affection, se disait d'objets que la piété filiale traitait comme des reliques ; c'étaient des souvenirs de famille légués par affection de génération en génération [DE LABORDE, Ém. p. 478]
Au plur. Dans le style élevé. Débris, restes de quelque chose de grand (mot qui vieillit, mais qui est défendu par l'autorité de Racine, et que A. de Musset a heureusement rajeuni).
Il ne faut pas que tu penses Trouver de l'éternité En ces pompeuses dépenses Qu'invente la vanité ; Tous ces chef-d'œuvres antiques Ont à peine leurs reliques.... [MALH., II, 2]
Il rentra dans Babylone avec les tristes reliques de l'armée [VAUGEL., Q. C. IV, 16]
Je les blâme de condamner reliques, qui sans doute est meilleur et beaucoup plus noble que restes dans la majesté du style de l'histoire [ID., Nouv. rem. obs, de M*** p. 118, dans POUGENS]
Voyons sous un tombeau ces muettes reliques [ROTR., Herc. mour. IV, 3]
Sur un vaisseau dans le port préparé, Chargeant de mon débris les reliques plus chères [RAC., Baj. III, 2]
Ils s'arrêtent non loin de ces tombeaux antiques, Où des rois ses aïeux sont les froides reliques [ID., Phèd. V, 6]
Fig.
Les morts dorment en paix dans le sein de la terre ; Ainsi doivent dormir nos sentiments éteints ; Ces reliques du cœur ont aussi leur poussière ; Sur leurs restes sacrés ne portons pas les mains [A. DE MUSSET, Poésies nouv. Nuit d'octobre]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Sur les reliques de s'espée jura [, Ch. de Rol. XLV]
  • XIIIe s.
    Mais or sai bien ke reliques n'a mie En molt de lieus où li saint sont cuidié [MAETZNER, p. 37]
    Des saintuaires ne des hautes reliques qui i estoient ne covient-il mie parler [VILLEH., LXXXVII]
  • XIVe s.
    Ne passe tant d'oneur les termes, Que dedans ta chambre t'enfermes Pour homme qui veingne à ta court.... On diroit : c'est une relique Qu'on ne voit qu'une fois l'année ; Pis en vauroit ta renommée [MACHAUT, p. 116]
    À Jehan du Vivier orfevre et varlet de chambre du roy, pour avoir fait et forgié un petit reliquaire d'or pendant à une chayenne d'or, ouquel a de la vraye croix de Rodes et de plusieurs autres reliques, pour mettre et porter au col dudit seigneur [DE LABORDE, Émaux, p. 478]
    Et à ce que Grisilidis n'apportast avecques soy aucunes reliques de la vile fortune de povreté.... [, Ménagier, I, 6]
  • XVe s.
    Compains, compains, ce ne poet estre, Que nullement voiiés le prestre Qui jà jour ses reliques blasme [FROISS., Poésies mss. p. 390, dans LACURNE]
    Et de très grans capitaines comme.... dont je m'en tais ; car ce n'est point de mon temps, combien que j'en ay veu des reliques [COMM., I, 3]
  • XVIe s.
    C'est tout ce que j'ay peu recouvrer de ses reliques [deux livres de La Boétie] [MONT., I, 206]
    S'il [l'envahisseur] venoit à la perte d'une battaille, [qu'il n'aurait] aulcun moyen de sauver les reliques de son armée [ID., I, 357]
    Il se trouveroit alors plus de douze cens gentils-hommes, qui auroyent moyen, sans solde, de l'accompagner [le roi], qui sont encores de bonnes reliques de la France ruinée, et qui feroyent autant de miracles que celles de S. Mathurin de Larchant [LANOUE, 95]
    Chascun chapelain loue ses reliques [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 236]
    Brutus et Cassius, qui, se tuans, avec le temps et l'occasion perdirent les reliques de la liberté romiane, de laquelle ils estoient protecteurs [CHARRON, Sagesse, p. 382, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, rilik ; provenç. reliquias ; espagn. et ital. reliquia ; du lat. reliquiae, restes, de relinquere, laisser, de re, et linquere, de même radical que le grec, laisser ; sansc. ric.

relique

RELIQUE. n. f. Ce qui reste d'un saint après sa mort, soit le corps entier, soit une partie du corps, soit même ce qui lui a appartenu, qui a été à son usage; il se dit de Tout ce qui reste des instruments de la passion de Notre-Seigneur, de celle des martyrs, aussi bien que des vêtements des saints, de leurs ornements sacerdotaux, etc. Précieuse relique. Les reliques de la Passion. Les reliques des saints. Exposer les reliques des martyrs. Vénérer des reliques. Baiser des reliques. Porter des reliques en procession. Le culte des reliques. Il a des reliques de tel saint. Enchâsser des reliques.

Fig., Garder une chose comme une relique, La garder soigneusement, Elle garde cette lettre comme une relique.

RELIQUE désigne aussi, sans y attacher le sens religieux, Quelque chose de précieux que l'on garde en souvenir. Les reliques du passé. Les reliques du coeur.

Il désigne encore les Restes de quelque chose de grand. Les reliques de sa fortune. Les reliques d'une ancienne splendeur.

relique


RELIQUE, s. f. [Relike: 1re et dern. e muet.] Ce qui reste d'un Saint aprês sa mort. "Précieûse Relique. Révérer les Reliques est un acte de Religion.
   Rem. On le disait autrefois au pluriel, pour restes; et Ménage trouvait que ce mot a bonne grâce dans les compositions relevées: il cite Ronsard, du Bellai, du Perron, Coeffeteau et Balzac lui-même, quoiqu' il eût prononcé afirmativement, dans son Socrate Chrétien, que le mot de reliques ne se disait jamais en la signification de restes. "Nous nous sentons obligés à Arrian, dit-il, de nous avoir sauvé les reliques de la philosophie d'Épictète.
   Tous ces chefs-d'oeuvre antiques
   Ont à peine leurs reliques.
       Malherbe.
  Serre et cueuille en naissant les reliques du jour.
      Du Perron.
  Bien irai-je aprês eux, de vos vertus belliques,
  Et des aûtres vertus recueuillant les reliques.
       Du Bellai.
= Racine a encore dit dans Bajazet:
  Sauvant de mon débris les reliques plus chères.
Et dans Phèdre:
  Ils s'arrêtent, non loin de ces tombeaux antiques,
  Où, des Rois ses ayeux, sont les froides reliques.
L'Abé Du Bos a dit plus récemment, en parlant des morceaux antiques: "Ces savantes reliques sont pâssées entre les mains du Marquis Massimi; et plus récemment encôre, M. Linguet a dit, dans le siècle d'Alexandre: "Parmi les reliques incontestables des habitans de Memphis, etc. L'Auteur paraît employer ce mot en se moquant, mais il n'est pas à imiter en cela. = L'Académie l'admet dans le style sublime: les tristes reliques de sa fortune. On peut, malgré une si grande autorité, douter que l'usage actuel l'aproûve.

Traductions

relique

relic, relique

relique

reliquia

relique

Reliquie

relique

遺跡

relique

levn

relique

שריד

relique

유물

relique

relik

relique

[ʀəlik] nfrelic