remander

REMANDER

(re-man-dé) v. a.
Mander de nouveau. L'ordre, n'ayant pas été exécuté, fut remandé au commandant de la troupe. On avait mandé le médecin qui ne vint pas ; on le remanda en toute hâte.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    De Flandres est eissuz, à Seissuns s'en ala ; L'endemain à ses humes ariere remanda Qu'il alout [allait] à Seissuns, à lui venissent là [, Th. le mart. 52]
  • XIIIe s.
    Il manderent le conte Baudoin leur seigneur, qu'il estoient à Marseille et qu'il leur remandast sa volenté [VILLEH., LIV]
    Sachiez qu'il se tint à buer né [à bien né, à homme heureux] De ce qu'on l'avoit remandé [rappelé] [, Lai de l'ombre]
  • XVe s.
    Je fus remandé, disant que tout estoit rompu [COMM., VII, 4]
  • XVIe s.
    Le duc [de Savoie] manda et remanda souvent, mais l'on [Genève] n'y vouloit obeir [BONIVARD, Chron. de Genève, IV, 4]